Quand une fausse information finit par devenir un fait …

shoot-pdc

La photo est un art tout à fait particulier, un art, qui exige un outil spécifique que la plupart des photographes savent utiliser, mais dont la plupart ignorent pourquoi et comment ça fonctionne.

Un peintre utilise ses pinceaux, il sait comment va réagir un pinceau plus ou moins dur, avec tel ou tel type de poils et avec une forme spécifique, mais il comprend aussi pourquoi ces différences induisent une réaction spécifique.

Chez le photographe, c’est plus complexe, si je prends par exemple la profondeur de champs, la plupart des gens savent que l’ouverture d’un objectif a une influence directe sur la PDC, mais la grande majeure partie ne savent pas pourquoi cette ouverture à une influence.

Expliquer pourquoi et comment l’ouverture d’un objectif influe sur la profondeur de champ, n’est pas chose aisée du fait que c’est un phénomène de physique optique.

En effet, pour rester abordable, pour rester compréhensible, il faut faire de la vulgarisation.

On pourrait expliquer la physique optique et son influence directe sur ces phénomènes, mais avouons-le, on perdrait vite la plus grande partie de notre auditoire.

Du coup, on doit expliquer le phénomène dans un langage simple et compréhensible par tous, c’est d’ailleurs ce que j’ai essayé de faire avec mon article, qui explique comment la profondeur de champ fonctionne: Voir ICI

La vulgarisation est un vrai exercice d’équilibriste, on doit simplifier assez pour que ce soit compréhensible par le plus grand nombre, mais on doit rester assez précis pour ne pas émettre de fausses informations ou induire de fausses interprétations, car celles-ci n’aident pas et ont tendance à vite se répandre …

Les fausses informations :

En photo, les fausses informations ne manquent pas, au contraire, on en trouve vraiment, vraiment beaucoup!

C’est tellement vrai, que certaines de ces fausses informations sont si répandues, qu’elles deviennent des vérités et ces vérités sont si profondément ancrées dans la pensée collective que, lorsque quelqu’un explique que c’est faux, personne ne veut y croire pensant que c’est lui qui se trompe …

Le pire étant que ces informations erronées sont souvent transmises en toute bonne foi, sans arrière-pensée, pensant offrir une explication juste.

L’origine de l’erreur vient dans la plupart des cas d’une tentative de vulgarisation ou un élément de compréhension fait perdre l’équilibre avec la précision. C’est souvent délicat pour le vulgarisateur de choisir sur quel point il peut être moins précis pour être plus compréhensible et sur quel point il doit rester précis pour ne pas faire circuler de fausses informations.

Je sais de quoi je parle, car lors d’une discussion sur un groupe de photo sur Facebook, une personne m’a gentiment fait remarquer ce qu’il pensait être une “erreur” de ma part:

discu-fb

Dans l’absolu, il a raison et j’avais pris sur moi de ne pas donner l’info ainsi, évitant  de parler de luminance pour rendre la compréhension de l’ensemble plus accessible sans devoir encore faire une explication sur ce qu’est la luminance … etc.

Il a aussi raison quand il dit que trop simplifier finit par donner des informations erronées que les gens prennent pour une vérité absolue, c’est d’ailleurs pourquoi, quand je vulgarise certains points techniques, j’explique bien que c’est simplifié pour une meilleure compréhension de l’ensemble.

Le pire dans tout ça, c’est que du coup, certaines croyances finissent par être reprises, et ceci même par des personnes qui s’y connaissent en photo et qui continuent à transmettre l’info en toute bonne foi, pensant simplement que c’est juste.

Il y a des dizaines d’exemples dans notre petit monde de l’image, mais je vais m’arrêter sur un seul d’entre eux pour illustrer mon propos, car il vient d’une histoire qui m’est arrivée il n’y a pas si longtemps.

Faisons donc un peu de …

Storytelling :

Information très importante :

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut savoir que je vais vous parler d’un photographe en particulier, sans le nommer, mais comme il y a des chances qu’il soit reconnu par certains, je préfère faire cette mise en garde.

Il ne faut pas voir dans cette démarche une envie de lui nuire ni une façon de me moquer de lui de quelque façon que ce soit! Je pense sincèrement qu’il donne ses informations en toute bonne foi, sans arrière-pensée, étant certain de faire juste.

Si je prends son exemple, c’est uniquement dans le but d’illustrer mon propos par un fait réel et une histoire que j’ai vécue, qui montre à quel point une idée reçue peut devenir une vérité.

La suite est donc à prendre avec tout le recul nécessaire!

Imaginez la scène, je suis sur Facebook et je vois qu’un photographe donne trois jours de formation live de façon tout à fait gratuite.

Je me dis, tiens, intéressant et particulièrement sympa pour les débutants,  je vais me connecter pour jeter un œil à ce qu’il propose.

Dans l’ensemble, son cours est plutôt juste, disons que dans les grandes lignes il donne de bons conseils et propose de bonnes explications.

Malheureusement, il y a pas mal de ces explications qui ne sont pas justes, dans l’ensemble, cela n’empêche en rien de comprendre le principe et/ou de faire de bonnes photos, mais c’est la démonstration qu’on peut en toute bonne foi transmettre des infos qui sont fausses.

Je dois reconnaître que ce qui m’a le plus étonné, c’est que durant toute cette formation, il a réussi à communiquer vraiment beaucoup d’erreurs, souvent le principe est juste, mais l’explication du pourquoi est totalement fausse.

Les deux que j’ai retenues pour l’exemple du jour concernent la PDC, pour ceux qui ne sont pas très au fait de ce sujet, je vous invite à lire mon article de vulgarisation, vous trouvez le lien en début d’article.

Le premier exemple, sur lequel je ne vais pas trop m’attarder, est celui-ci:

Alors, soyons très clairs, le fait qu’une longue focale offre une PDC plus courte n’est clairement pas “une impression”, mais une réalité optique…

J’avoue que cette méprise-là je ne l’ai pas croisée très souvent et je ne sais pas vraiment pourquoi il fait une telle déduction, mais ce n’est pas très important.

On se rend vite compte que, si les gens qui voient cette explication y croient, l’information la plus importante ils l’auront, plus la focale est longue, plus la PDC est courte, c’est uniquement le pourquoi qui est faux.

C’est à la fois sans importance et grave et on va le voir avec l’exemple suivant, car celui-ci est malheureusement très largement plus répandu, à tel point que même des sites très sérieux font l’erreur, car cette erreur est devenue une vérité à force d’être répétée …

Pour rester dans ma petite aventure et pour bien comprendre, voici une capture d’écran de ce que j’avais écrit sur mon compte personnel sur Facebook, je l’ai partagé, car j’ai trouvé ça particulièrement étonnant qu’un formateur, ou disons quelqu’un qui se présente ainsi, puisse faire cette erreur …

crop-screen-fb

Avant d’aller plus loin dans ma petite histoire, je vais donner une explication plus complète sur ce que je voulais dire, afin que vous puissiez mieux comprendre ce qui va suivre.

En effet, pour ceux qui comprennent bien le principe de la PDC, le problème est flagrant, je me suis rendu compte plus tard que malheureusement, même pour les photographes expérimentés, l’explication simple ne semble pourtant pas si évidente que ça!

Alors, je vous offre un peu de lecture sur le sujet, en vous montrant comment on doit procéder et pourquoi on doit faire ainsi …

Il faut savoir que ce qu’a fait ce photographe est une erreur que beaucoup, beaucoup … beaucoup de photographes font.

En effet, pour illustrer la différence de PDC entre l’APS-C et le 24×36, les gens font en règle générale une photo à cadrage équivalent, qui ressemble à ce genre de photo (celle-ci est certainement une des plus répandues sur internet)* :

comparaison-pdc

*je ne connais pas l’auteur d’origine de l’image ci-dessus, si quelqu’un connait, je me ferai un plaisir de le créditer

C’est donc assez naturellement que notre cher formateur du jour a fait de même avec un portrait, pris avec deux focales différentes.

Mais ce n’est pas la seule méthode qui soit fausse, on trouve aussi la version où la personne va changer la distance de mise au point toujours dans l’idée de garder un cadrage équivalant.

Et c’est là que se trouve toute l’erreur!

En effet, on sait que ce sont les points suivants qui font varier la PDC:

  • cercle de confusion – CdC *
  • Focale
  • Distance de mise au point
  • Ouverture

*Erratum : comme on doit parler de CdC sur le capteur, il est donc en effet faux de parler de taille du capteur, vu que certain capteur plus petit ont un  CdC, qui peut donner une PDC plus courte que certains “grand capteur”.

De fait, si on veut faire la démonstration que la taille du capteur a une influence sur la PDC, on doit en toute logique “verrouiller” les autres variantes pour que la seule influence de la taille du capteur entre en ligne de compte.

En changeant la taille du capteur et une autre variante, que ce soit la distance de mise au point ou la focale, on influe de façon artificielle et exagérée sur l’effet de la taille du capteur sur la PDC.

Pour faire l’expérience de façon plus rigoureuse, l’idée est de procéder ainsi.

On détermine une distance focale, par exemple dans mon cas j’ai choisi 200mm, car le 70-200mm f/2,8 L IS USM II a un collier de pieds, ce qui me permet de le le fixer sur un trépied et ainsi m’assurer que sa position reste exactement la même, et ceci même si je change d’appareil photo, je verrouille ainsi de façon certaine la distance de mise au point ainsi que la longueur focale, 200mm étant sur la butée du zoom.

On prend ensuite un appareil photo APS-C (un 550D pour cet exemple), on choisit l’ouverture, qui sera la même sur les deux appareils, dans mon cas, j’ai choisi la pleine ouverture, soit f/2,8 et j’ai ainsi verrouillé l’ouverture, cette variante étant à présent fixée.

J’ai fait mon cadrage et j’ai ensuite pris la photo, pour m’assurer d’un rendu de lumière homogène, j’ai pris une vitesse de 1/200 de seconde pour 100 ISO soutenu par un flash cobra, même si ces deux points n’ont aucune influence sur la PDC, je les ai également fixés:

demo-pdc-550d

Camera
Canon EOS 550D
Focal Length
200mm
Aperture
f/2.8
Exposure
1/200s
ISO
100

Une fois la photo prise, je change simplement le boîtier, pour l’exemple, le plein format a été assuré par le Canon EOS 1Dx, monté sur le même objectif, qui est resté fixe sur son trépied, j’ai bien sûr sélectionné exactement les mêmes réglages, aussi bien pour l’ouverture de f/2,8 que pour tous les autres paramètres afin de garder une homogénéité parfaite sur tous les paramètres.

Quand on regarde la photo, la différence de cadrage est plus qu’évidente:

demo-pdc-1dx

Camera
Canon EOS-1D X
Focal Length
200mm
Aperture
f/2.8
Exposure
1/200s
ISO
100

C’est cette fameuse différence de cadrage qui rend souvent la comparaison difficile, et je suppose qu’elle est à l’origine de cette fameuse erreur que beaucoup de photographes reproduisent en changeant de focale ou de distance de mise au point.

Pourtant, le meilleur moyen de faire la comparaison est simplement de recadrer l’image réalisée avec le plein format afin que l’apparence corresponde à la photo réalisée en APS-C, cela à l’avantage de faciliter la comparaison tout en préservant les caractéristiques physiques/optiques et donc les différences qu’il peut y avoir entre les deux formats:

demo-pdc-1dx-rec

Camera
Canon EOS-1D X
Focal Length
200mm
Aperture
f/2.8
Exposure
1/200s
ISO
100

Comme on peut le voir, la différence de PDC ne paraît pas flagrante, c’est peut-être un deuxième élément, qui a poussé à l’erreur, le changement de focale ou de distance de mise au point rendant la comparaison bien plus spectaculaire.

Pour bien se rendre compte de cette différence entre les deux, j’ai fait un crop à environ 20% du fichier du 550D et j’ai mis les deux fichiers l’un au-dessus de l’autre.

La photo avec le plein format est dessus, celle avec l’APS-C est dessous, voici ce que ça donne:

demo-pdc-comp-21-100

Camera
Canon EOS 550D
Focal Length
200mm
Aperture
f/2.8
Exposure
1/200s
ISO
100

Comme on peut le constater, il y a bel et bien une différence, elle n’est pas aussi flagrante que quand on change deux paramètres sur quatre, car ici, il n’y a réellement que la taille du capteur (CdC) qui a fait varier la PDC et son influence reste assez limitée dans la réalité des faits, même si elle existe réellement.

Attention: Il ne faut pas sauter trop vite aux conclusions, car si le CdC sur le capteur avait été différent, on aurait pu voir le phénomène inverse et voir l’APS-C avec une PDC plus courte que le FF!!!

C’est donc ainsi que l’on doit procéder pour comparer les changements induits par une variante.

Mais voilà, l’idée que le vrai protocole est de faire varier la focale ou la distance de mise au point, en plus de la taille du capteur, est si profondément ancrée dans l’esprit des photographes que quand on explique que c’est faux, certains ne comprennent pas et arrivent à se fâcher!

En voici l’illustration …

Suite à mon poste sur mon compte personnel Facebook, un photographe est venu me parler.

Je dois avouer que cette conversation ne s’est pas finie dans les meilleures conditions, le Monsieur (photographe donnant des formations) a tout simplement effacé toutes ses interventions – J‘ai pourtant eu le bon réflexe d’en faire une petite capture -, disant que j’étais trop sûr de moi et prétentieux (c’est pourquoi j’ai surligné en vert les interventions où il manque de courtoisie, histoire que vous ne pensiez pas que je suis juste un méchant ^^).

Le fait est qu’il n’arrivait pas à comprendre que le protocole du formateur était faux, il n’arrivait pas à comprendre, car lui-même formateur, il emploie la même technique pour faire la démonstration.

J’avoue bien humblement qu’au bout d’un moment, sa façon de ne pas essayer de comprendre ce qui me semblait pourtant d’une logique implacable m’a fait réagir de façon pas aussi courtoise que j’aurais voulu, quand je relis l’échange à tête reposée.

Dans l’ensemble, il a été provocateur, mais je l’ai également été … Ceci étant dit, il faut s’attarder sur l’échange du point de vue de la démonstration pour la différence entre l’APS-C et le 24*36, c’est surtout ça qui nous intéresse (petite précision, voir mon Erratum un peu au dessus, entre taille du capteur et CdC) :

screen-fb-1

Comme on peut le constater ici, l’idée que la démonstration que je nommerai “du cadrage identique” est devenue une vérité absolue qu’on ne peut plus nier.

Certes, comme dit plus haut, cela n’empêchera personne de faire des belles photos, mais par contre, c’est triste de savoir que beaucoup pensent que cette différence de PDC est réellement dû à la différence de taille du capteur, ne comprennent pas que c’est en réalité le changement de la distance de mise au point pour garder un cadrage “homothétique”, qui influe cette PDC  … et ce n’est malheureusement pas la seule idée préconçue!

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ici j’ai isolé un exemple pour illustrer le propos de mon article, mais que des “vérités toutes faites” de ce genre, il en existe beaucoup, elles sont défendues avec la même vigueur, que ce soit sur les forums, sur Facebook ou ailleurs.

Certaines finissent par s’estomper, comme le nombre de pixels, qui serait garant d’une certaine qualité, bien que celle-ci à eu la vie dure et continue parfois à être un argument de vente …

D’autres perdurent en se faisant discrètes, cachées au milieu d’informations sérieuses, ces petites imprécisions et croyances ne sont jamais remises en question.

En plusieurs jours de formation live que j’ai vus avec ce fameux photographe, il a dit autant de vérités vraies, que de vérités qui ne le sont devenues qu’avec la propagation d’erreurs non vérifiées …

Conclusion :

Cette petite histoire nous montre une chose, c’est qu’une erreur sans conséquence réelle sur la pratique de la photo a pris tant et tant d’importance qu’elle est devenue une vérité absolue.

Dans mon cas, cela m’a juste conduit à avoir une discussion plutôt animée avec un photographe formateur, car il a refusé de comprendre, tout simplement sûr qu’il avait raison, car c’est ainsi qu’il avait appris les choses et que c’est ainsi qu’on les voit le plus souvent.

De la même façon, un photographe formateur à offert plusieurs jours de cours gratuit en live, donnant des informations qu’il est sûr d’être justes et ne se rendant pas compte qu’il continue à cumuler des erreurs et à les apprendre à ses élèves, qui croient forcément ce qu’il dit, car il est leur référence du moment.

Ici, je n’ai détaillé qu’un exemple, mais si je continue sur cette formation de plusieurs jours, ce photographe a cumulé vraiment beaucoup d’erreurs en affirmant avec certitude certaines choses, que je l’ai trouvé parfois vraiment aberrant, juste pas acceptable pour un formateur.

Le problème c’est qu’il ne faisait que répéter ce qu’il a entendu, tout simplement, sans chercher plus loin.

Mon avis va être assez tranché, mais pour moi un photographe n’est pas obligé de tout savoir, il peut avoir de fausses certitudes, de toute façon, avec internet, difficile de faire autrement, mon billet du jour en étant une parfaite démonstration et ça ne va pas forcément l’empêcher de faire de bonnes images.

Par contre, une personne, qui se veut être formateur, qui veut transmettre l’information, se doit d’aller au-delà de la simple lecture et retranscription toute faite de ce qu’il a appris.

Il doit vérifier que les informations qu’il va donner ne sont pas erronées, il doit vérifier que ce qu’il dit est parfaitement juste et, s’il simplifie les données pour une meilleure compréhension, il doit savoir pourquoi il le fait et s’assurer que ce qu’il a simplifié n’aura pas de conséquences.

Quand on décide de devenir formateur, on a le devoir moral de s’assurer que sa formation est pertinente !

En bref, je terminerai par dire qu’il faut profiter du fait que l’information est devenue très accessible, mais ayez la prudence de prendre le recul nécessaire et de vérifier que ce qu’on vous dit est juste, ne prenez pas les infos qu’on vous donne pour argent comptant, soyez vigilant!

Si vous avez des anecdotes sur de fausses vérités, n’hésitez pas à partager dans les commentaires!

Bon courage et bonnes photos

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

88 Comments
  1. Ha, intéressant!
    Je suis curieux de savoir s’il s’agit d’une erreur de vulgarisation ou de compréhension. Si c’est le deuxième cas, alors on peut, à mon avis, détecter là un des “danger” de l’accessibilité de certains métiers (dont la photographie) lorsque l’on n’a pas suivi les bases élémentaires d’une méthode officielle pour se former. Il y aurait de quoi disserter…
    En tant qu’amateur, j’ai une certaine compréhension de la photographie qui n’est pas forcément toute juste et dont certains principes m’échappent forcément, mais je me garde de donner des leçons, car ce n’est pas parce que je peux m’offrir du matériel que je sais l’utiliser à 100% ni n’en connais les principes.

    ABE

    • En tant qu’amateur et même en tant que pro, le mieux est de savoir comment faire une photo, le pourquoi ça fonctionne n’est pas essentiel, ça le devient plus quand on veut former les gens

  2. Cédric68

    Intéressant tout ça. La démonstration sur la pdc m’a bluffé. Je croyais aussi que la pdc était la même à distance focale et ouvertures égales.

  3. Malheureusement il n’y a pas que dans la formation photo que l’on peut voir ce genre de phénomène. Aujourd’hui dans de nombreux métiers d’in-formation on ne prend plus le temps de vérifier ses données, de tester de se renseigner. Il faut aller vite, rendre accessible et tant pis si il y a des erreurs.

    Parfois il y a bien des correction mais le mal est fait, l’information erronée circule déjà et continue de faire des dégâts.

    Dans le cas que tu cites il faudrait pouvoir compléter la formation du formateur, mais je doute que celui ci y soit très ouvert. Il est triste de voir cela mais c’est le cas de nombreux formateurs qui n’acceptent pas la remise en cause ni le débat… Le statut de formateur/professeur est à défendre et il le font le plus souvent en montrant les dents :/

    Je me rappelle de pseudos formateurs qui n’avaient pas l’experience mais étaient capables de proposer des tutos contenant des solutions dangereuses fautes d’expérience suffisante dans le domaine.
    On pourrait par exemple prendre l’exemple de la “chasse à l’orage” qui selon certains serait un “jeu d’enfant” sans danger ou presque, mais la réalité c’est qu’un jour un chasseur d’orage après avoir lu un de ces tutos se fera mettre à la terre.

    • Ton exemple est plus que pertinent!

      C’est clair qu’en photo, pas savoir pourquoi la PDC agit ainsi, c’est pas grave, quand on commence à parler de pratique spécifique, tel que la chasse à l’orage, on finit vite par avoir des accident.

      J’avais parlé avec une équipe de scientifique Canadien (il voulait que je les accompagne une saison de chasse à la tornade) quand ils m’ont expliqué le nombre d’accident (parfois mortel) qu’ils ont vu car les gens “pensaient savoir”, ça fait peur!

  4. Merci pour cet article. (et tous les autres bien sur)
    L’article est justifié, et le plus offusquant n’est pas pour moi, le fait que quelqu’un donne gratuitement des explications peu juste, mais bien qu’il fasse payer de tel cours (en temps normal).

    Je suis aussi passionné sur internet lorsqu’on confond calibrer et étalonner un écran!
    Il y a des vérités qui mérientent qu’on se batte pour elles!

    • C’est vrai qu’il fait payer ses formations habituellement, d’ailleurs cette formation était gratuite en direct mais payante pour la revoir.

      Disons que tout le monde doit manger, et c’est pas le fait qu’il se fasse payer, qui me gêne, mais le manque de sérieux qui va derrière, comme tu l’as bien souligné. :tumbsup:

  5. ManuD59

    Sujet très intéressant, j’ai due regarder cette fameuse formation 2 ou 3 heures sur les deux derniers jours. Pourtant pas aussi expérimenté que toi, j’ai relevé beaucoup de fausses infos, j’ai décroché le dernier jour….

    Récemment j’ai fermé mon compte sur plusieurs sites où l’on retrouve un “gourou” qui fait des vidéos youtube donnant son avis mais repris après par les forumeurs en boucle sans même se demander si c’était juste ou non. Résultat on se retrouve avec des moutons incapable de raisonner par soit même et c’est bien triste…

      • ManuD59

        Si tu veux partager le nom du gourou (ici ou en MP) je serais ravis de voir si je pense au même que toi :tumbsup:

        Lol, la liste est si longue… Je pense à un fou espagnole de nice… Un loco quoi :-P
        et un autre et je sais que ça va moins faire rire… qui shoot à pleine ouverture et à 50mm :zooh: Mais là c’est surtout les zombis qui le suivent qui ont oublié de réfléchir. :gne:

    • Alors, pour ce qui est de Monsieur Blaise Fiedler, je trouve ce personnage absolument imbuvable et c’est quelqu’un qui n’accepte pas qu’il puisse faire des erreurs.

      Il y a quelques temps de ça, il avait posté une vidéo sur la mesure spot de son Canon, qui ne fonctionne pas comme il le voulait.

      Je lui fait remarquer en commentaire qu’il comment plusieurs erreurs, que ce qu’il raconte est faux … mais le monsieur vire mes commentaires, je poste alors sur deux forum l’information, car c’est si énorme que j’ai l’impression qu’il plaisante.

      Le gars intervient sur l’un deux, se faisant passer pour la victime d’un horrible coup monté de ma part, promet de me parler en privé.

      Je lui donne mon numéro par mail pour qu’on puisse un peu causer, il ne m’a jamais rappeler et sa vidéo est toujours en ligne sans aucun correctif!!!

      Pour Sébastien, c’est différent, il ne dit pas spécialement de bêtise, disons, rien qui m’a fait grincer des dents, mais il est vrai que ces fans sont souvent très très … très fan et on ne peut pas leur dire grand chose ^^

  6. Mathieu

    Aïe, la taille du capteur influe sur la profondeur de champ. Je te retourne ton affirmation. Elle est fausse.

    Soyons méchant :) ce n’est pas la taille du capteur qui influe sur la profondeur de champ. L’image projeté par un objectif est identique quelque soit le capteur ou sa taille (bon oui, le cadrage sera plus ou moins resserré).

    Par contre, il y a une chose qui va influer : C’est la taille et la profondeur des photosites. Les plus profonds et étroits ne vont pas recevoir les rayons qui arrivent en diagonale de la même manière. Donc il va y avoir une différence entre les capteurs, mais ce n’est pas la taille du capteur qui joue. Il est d’ailleurs probable qu’à F5 la différence soit négligeable. Par contre, sur ton exemple, tu aurais pu obtenir l’inverse de ta démo avec d’autres capteurs. I’image plein format aurait pû avoir une meilleure profondeur de champ (un canon 5Ds par exemple).

  7. Mathieu

    Donc je retouche ton precepte de base :

    Les points suivants qui font varier la PDC:

    – Taille et profondeur des photosites
    – Focale
    – Distance de mise au point
    – Ouverture

    • En fait le cercle de confusion sur le capteur a bien une influence on est d’accord c’est d’ailleurs pour ça que j’ai choisi les capteur avec soin … Mais je parle du CDC dans mon article sur la PDC.

      Donc dans l’absolu tu as raison, dans la pratique c’est bien ce que je veux démontrer la différence est très tenue et moins spectaculaire quand in fait les choses dans les règle de l’art.

      Ici tout le problème c’est qu’il sait qu’il y a une différence mais il ne sait pas pourquoi du coup sa démonstration est erronée ou du moins l’explication de sa démonstration l’est !

      J’ai pris cette exemple car justement il est subtile et mon but était de pousser les lecteurs à se méfier et chercher eux même les réponse.

      En tout cas merci pour ton intervention pertinente

      • Petrus

        Donc pour être parfaitement clair, si l’on avait fait les choses dans les règles de l’art et modifié uniquement la taille du capteur (et pas sa densité ou la taille de ses photosites), on n’aurait pas obtenu de différence du tout… La taille du capteur n’a donc aucune influence.
        On utilise les termes “taille du capteur” abusivement pour parler du capteur en général…

    • C’est tout là le problème, c’est qu’il est de notoriété que la taille du capteur influe sur la PDC; alors qu’à la base,ce n’est pas tant ça taille que celle de ces photosite (à cause du cercle de confusion), et que du coup, c’est effectivement un abu de langage de dire que c’est la taille du capteur, qui a une influence, alors qu’en réalité c’est le maintient de l’homothétie de cadrage qui a un vrai impacte sur la PDC.

  8. Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt l’article, mais n’est-ce pas plutôt la taille ou la densité des photosites que la taille du capteur lui même qui influence la PDC ?

    Puisque tous les autres paramètres sont fixés la lumière arrive de façon identique sur le capteur, avec les mêmes effets optiques, non ?

    Ou alors le capteur lui même n’applique pas le même tirage (i.e. n’est pas à la même distance de l’optique), ce qui ne l’empêche pas de fonctionner mais fausse toute comparaison.

  9. Hello!

    Je pense qu’un formateur doit avoir une connaissance pointue de son sujet, et ensuite en passer la majorité sous silence pour éviter de trop compliquer les choses. Dans l’exemple que tu donnes par exemple, il est évident que ta méthode de crop en post pour montrer le même cadrage est la seule valable, quand tu as conscience que c’est un cercle d’image qui est projeté par l’objectif, et que le capteur est un rectangle “découpé” au milieu de ce cercle. Un APS-C est finalement juste un rectangle plus petit. Donc recadrer en post est exactement la même chose que diminuer la taille du capteur.

    Avoir la connaissance de ce “cercle d’image” est indispensable, par contre il ne faut pas le dire à ses élèves pour expliquer la PdC, ça ne sert à rien :-P

    Cela dit, c’est toujours un exercice difficile que de vulgariser. Mon principe perso est se “simplifier au maximum sans atteindre le moment où ça devient faux”. Pour expliquer la profondeur de champ, je prends le parti de dire qu’avec leur appareil, ils peuvent l’influencer grâce à l’ouverture, la longueur focale et la distance au sujet, ET je rajoute que s’ils doublent la longueur focale ET doublent la distance au sujet (en s’éloignant donc), la profondeur de champ sera la même. L’image sera différente pour des questions de perspective par contre :-)
    Il semblerait que ce soit clair pour eux comme ça.

    En parlant de perspective, quand je commençais le blog, je lisais partout que “la longueur focale modifiait la perspective”. J’ai voulu le vérifier, et du coup j’ai fait ce que fait tout bon sceptique : une expérience scientifique. Et je me suis rendu compte que c’était faux (enfin, incomplet tout du moins). J’avais écrit ça du coup (il y a 5 ans, my God) : http://apprendre-la-photo.fr/les-secrets-de-la-perspective/
    Donc être exact, ça nécessite juste de savoir se remettre en question finalement :-)

    (d’ailleurs, si un jour je dis une connerie, dis-le moi, on est jamais 100% à l’abri ;-) )

    • Personne n’est à l’abri d’une erreur, la démarche d’essayer d’en faire le moins est la meilleur, mais on peut toujours se tromper, mal comprendre ou mal interpréter.

      La suite, reste d’admettre quand on a fait une bêtise et de la corriger. :tumbsup:

  10. belnea

    Perso, j’ai bien envie de dé fricher l’arnaud et son 95% d’images dont les couleurs ne sortent pas de l’espace Srvb surtout que j’ai déjà démontré que les tons chaires claires ne rentrent pas dedans. on se retrouve avec une inversion qui fait remonter du vert et le résultat est moche à l’impression jet d’encre comme en impression presse. c’est déjà un peu visible sur un écran srvb (qui, en fait, dépasse un peu sur cette teinte, le gamut srvb…) au moment de la conversion et encore plus flagrant sur un wide mais tout le monde finit par croire que c’est vrai…

    • la gestion des couleurs est un art difficile, vraiment, et c’est sûr qu’on finit par croire des personnes, qui s’annonce comme étant ” le maitre du domaine”.

  11. Jack

    Personnellement, dans l’explication de cette théorie; C’est à dire sans modifier quoi que ce soit, si ce n’est que la surface d’enregistrement (APS-C et FX), j’ai du mal à comprendre cette différence de PdC de l’un et de l’autre capteur. Pourtant j’ai lu et relu…quelques chose doit m’échappé !

    • Ce qui t’a échappé c’est la notion simple de cercle de confusion (dont je n’ai pas parlé pour ne pas alourdir le tout) et qui est elle réellement à l’origine de cet modification de la PDC.

      Comme d’usage on dit que le CDC d’un FF est de 0,03 et celui d’un APS de 0,019, la différence ce situe là.

      Mais si on va un peu plus loin dans la recherche explicative, on se rend compte que le CDC doit tenir compte de la taille des photosite, et cette notion peu varier et la différence ne plus être existante et même s’inverser :tumbsup:

      • bob

        bonjour,

        petite confusion, tu indiques l’inverse dans ton article sur la pdc : ”un capteur 24*36 aura un cercle de confusion de 0.03, alors qu’un APS-C aura un cercle de confusion de 0.018 (qu’on peut arrondir à 0,02).”

        et dans cet article (http://bit.ly/1PDvpye), C. Métairie va beaucoup plus loin dans la prise en compte de la taille des photosites.
        Curieux de savoir ce que tu en penses.

  12. Paul

    Bonjour et merci pour l’article,

    comme je ne suis pas bien réveillé en ce we pascal, je voudrai m’assurer d’avoir bien compris :
    la différence de cadrage entre les deux photos est bien due à la différence de taille des capteurs ? le 200mm est absolu (la distance entre capteur et lentille (je crois)) et la taille du capteur fait varier cette impression : le APSC transforme le 200mm en 300mm (a peu près).

    Mille merci pour la précision

    • En fait, l’idée est juste, je ne vais pas entrer dans les détails optique, mais disons que la taille du capteur va faire que l’APS-C “cadre” comme si on avait utilisé une optique plus importante, mais l’optique ne changeant pas, toutes ses caractéristique physique reste inchangée.

      Tu auras exactement le même résultat que si tu prenais un capteur plein format et que tu recadrais dedans en post-traitement.

  13. MGS

    Dans le fond, je comprends le pourquoi du comment de l’article, mais là ça a je trouve un arrière-gout de règlement de compte. Tu aurais pu je pense à minima masquer les noms. Tu vaux mieux que ça :)

    • Si tu parle de la conversation FB Je pense avoir masqué le nom (sauf celui d’Olivier car il assume et allait dans mon sens) et si pars hasard j’en ai loupé un (mais après relecture je n’ai pas vu ) c’est une erreur.

      Si tu parles du photographe à la base de mon histoire je ne crois pas avoir laisser ou dit son nom et si il y a un oublie de ma part je corrigerai

    • Alors, j’ai édité le screen pour enlevé l’adresse du site en question, mais je précise que c’est un site de formation et non pas le site du photographe.

      On trouve toute sorte de formation dessus, il aurait été très difficile de le retrouver à partir de cet élément, mais dans le doute, j’ai retiré la mention. :tumbsup:

  14. Excellent article et démonstration ! :)
    N’étant qu’amateur, c’est le genre de détail qui aurait pu m’enduire d’erreur.. Heureusement que les études m’ont apprises, comme tu le dis, que pour démontrer quelques chose il vaut mieux une seule variable ^^
    Ce genre de fausse certitude se retrouve vraiment dans tous les domaines.. D’autant plus, comme dans ce cas là, où le point à démontrer est influencé par N autre points (dont on connait les grandes lignes des effets, mais sans plus..)

  15. Cyrille

    Effectivement, on ne peut changer qu’un seul paramètre à la fois si on souhaite faire une expérience, c’est le B A BA de la science…

    • Oui, mais le problème c’est que comme c’est moins démonstratif et bien il devient plus aisé pour marquer l’esprit de faire autrement, même si pour ça on ne respecte pas le protocole le plus basique.

  16. AlbertLeVert

    Merci pour tes explications, j’ai toujours été perplexe avec les exemples de photo qu’on m’a donnée pour « démontrer » la différence PDC entre les tailles de capture.

    Je sentais bien qu’il y avait qqch qui clochait, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus.

  17. Julien

    Je suis content de voir cet article car c’est un vrai problème. Sans être moi même un champion des règles optiques ou autre, je me suis déjà surpris à rechercher une information sur Internet et trouver, simplement en cliquant sur les premiers liens proposés par Google, 3/4 réponses complètement différentes !

    Mais oui, on fréquente le même “Groupe Facebook” et certaines vérités ont la vie dure. Me viennent à l’esprit :
    – “Un 50mm sur APS-C ça DEVIENT un 75mm” : Devient, carrément, y’a même l’inscription 50mm sur l’objectif qui se transorme :nawak:
    – “Pour publier ses images sur le net faut exporter en 72/96 DPI” : Raté, DPI = Impression
    Etc…

    Et celle de la différence APS-C / FF, dont tu as bien résumé et expliqué la chose, donc bravo pour ça.
    (Et je salue ta patience pour la conversation sur FB, il est quand même sacrément têtu le monsieur)

    • C’est vrai qu’il y en a beaucoup, l’une d’entre elle par exemple est de dire que le LowKey est du clair obscure (dans le sens, visage éclairé d’un côté et noir de l’autre), ce qui est faut.

  18. Wphil67

    J’adore ton article Darth ! Moi qui suis débutant, je cherche toujours à aller plus loin dans mes connaissances de la photo.

    On a vraiment l’impression que le formateur photo, une fois la main pris dans le sac par TA faute, cherche à embrouiller les pistes le mieux qu’il peut. Il tente de donner des explications avec des propriétés physiques qui n’ont plus de rapport entre eux une fois que tu modifies une de leur caractéristique.
    (Tiens ca me rappelle une vidéo d’expert, un projet de tracer 7 lignes rouges perpendiculaires avec de l’encre verte et transparente, cherchez sous youtube “L’expert en réunion”)

    Et ne pas se remettre en question c’est de la bêtise, même Einstein savait reconnaitre ses tords quand il affirmait que l’univers est statique (et avait pour expliquer ses équations introduit sa fameuse constante cosmologique), un grand merci au physicien Russe Alexandre Friedman au passage. Albert le grand physicien s’est trompé et le reconnait officielement ! C’est pas beau ca ? Recconaitre ses erreurs est une forme d’intelligence, vous ne pensez pas ?

  19. Steve54

    Très bon article Darth !
    Il m’a permis d’ouvrir les yeux sur quelques lignes et photos qu’il m’a été donné de voir ici et là sur le net.
    Bon, premier constat : le web permets de colporter de fausses vérités (c’est pas nouveau, je sais !) ;) .
    Le problème est vraiment présent sur certains forums où il suffit qu’un nombre important d’intervenants aillent dans le sens de celui qui a sorti la “connerie” du départ (parce qu’en plus, ils se connaissent (virtuellement) à force de chatter sur les mêmes fofos) pour que cette erreur soit assimiler comme vérité absolue par ceux qui iront chercher l’info ! Le malheureux qui ira les contredire aura tout intérêt à être bien vu pour que son observation soit prise au sérieux ! Autrement, il se fera lapider en place publique. :momi:

    Concernant l’exemple abordé, tes explications et ton exemple me paraissent largement plus probant que tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. En effet, j’ai pu constaté sur différents exemples que les intervenants modifiaient également focale (ou des fois distance avec l’objet) pour avoir le même cadrage. Ce qui me paraissait pour le moins bizarre.

    Récemment, j’ai également lu qu’un crop dans un full frame à F/2.8 était équivalent à un F/4 qur une photo retaillée au format APS-C. D’après les photos que je vois, il y a bien une différence de profondeur de champ entre un APS-C et un full frame recadré (la cicatrice de la figurine placée derrière est quand même bien plus présente sur la deuxième photo). J’ai compris dans vos échanges laissés dans les commentaires que ce delta de PDC est plutôt dû au Cercle de Confusion (va falloir que je gratte de ce côté là) et à la taille des photosites….

    ++

  20. Arvernhà

    Comme le disait Audiard “Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. !
    Du coup, Darth, ton article remet pas mal de choses en perspective, et c’est tant mieux.
    Alors merci pour ça.
    Cordialement. ;)

  21. Ha oué,
    Mais ça malheureusement c’est le lot quotidien, les joies du colportage sur internet…qui d’ailleurs est un fait de société. (exemple avec les chaines d’infos h24/7)
    bref,
    Je ne pense pas que ce soit une question d’avoir (ou pas) vérifier l’infos. Il est surtout question de connaitre sont travail à proprement parlé. De se creuser la tête à essayer de comprendre le pourquoi du comment est tellement plus révélateur.
    Ensuite être un bon pédagogue c’est autre chose, mais comme tu le dit Darth il y a des formations pour ça.

    En tout cas, chapeau bas d’avoir pris le temps (et le courage) d’analyser tout ça. Car tu n’a pointé que les 8% de l’icberg ! il y en reste tellement :plok:

    • Ho oui, il en reste des tonnes!

      Le pire, c’est que je peux pas y faire grand chose, je suis un grain de poussière sur la totalité du web, du coup, c’est peut de chose!

      En une semaine, cet article aura été lu par environ 50’000 personne, autant dire, rien du tout ^^

  22. Goodix

    J’ai trouvé ton article très intéressant. Je fais partie des pauvres gens qui auraient cru qu’il fallait se mettre à focale “convertie” identique. C’est bien parfois de connaître la vérité.
    Juste comme ça en passant, il n’est pas tout à fait vrai de dire que scientifiquement on ne fait toujours varier qu’un paramètre à la fois. Les méthodes de plan d’expérience permettent de limiter le nombre d’essais à réaliser quand il y a beaucoup de variable. Le principe c’est que par le calcul on limitera le nombre d’essai mais que pour chaque essai on fera varier plusieurs paramètres. C’est l’exception qui confirme la règle :)

    • Alors, je suis d’accord avec toi, ce qu’on appelle “le plan d’expérience”, est une technique pour aller bien plus vite quand on a un très très grand nombre de variable.

      J’ai utilisé cette technique pour une partie de ma thèse, afin d’isoler les élément de structure intéressant, disons, pour séparer le bon grain du bruit.

      Mais ici, il n’y a que 4 paramètres et on ne veut démontrer QUE la variance d’un de ces paramètre, donc, inutile d’en changer plus, du fait que le but de l’expérience n’est pas de toute les tester, mais de n’en tester qu’un sur les 4!

  23. Cela me fait sourire ces crêpages de chignon sur la profondeur de champ, par contre on ne trouve pas d’explication comment l’exploiter correctement, et l’on voit beaucoup de photo faite avec les bons outils (ceux faits pour avoir de beau bokeh) avec des arrières plans trop net et disgracieux.
    L’explication théorique est une chose, l’utilisation pratique est une autre. Je joue beaucoup avec les fonds , que cela soit en macro ou en portrait, et j’ai appris sur le tas, je n’ai jamais vu les bonnes explications, celles qui feront la différence.. Surtout, que la plupart du temps cela ne coûte pas plus cher.

    • En fait, il peut pas vraiment y avoir de recette pour bien gérer sa PDC, cela dépend de tellement de facteur, entre autre un facteur esthétique, celui qui aime les PDC très courte,ne sera pas en adéquation avec celui qui l’aime plus étendu.

      En bref, le meilleur moyen d’apprendre la PDC, c’est encore de pratiquer!

  24. Superbe article, très intéressant et je vais aller lire également ton lien sur le site “La Photo en fait”. C’est dommage que certaines personnes s’entêtent à rester sur une idée qui est fausse. Bien sûr, il n’y a pas mort d’homme, et bien sûr ça n’empêche pas de prendre des photos, mais quand on a la possibilité de préciser un sujet, d’en savoir plus, je ne vois pas pourquoi on devrait s’en priver. Ce monsieur parle du fait que la science n’est pas forcément rigide, ça m’a fait un peu rire, de part sa batterie de tests, de formules de théorèmes voire de normes de sécurité et de santé, la science ne peut qu’être rigide, et c’est tant mieux, car sinon, ça serait un peu la foire d’empoigne ! J’imagine mal des médicaments avec des dosages approximatifs, des fusées lancées dans l’espace avec des calculs fait sans rigueur et expérimentation …

  25. Et pourtant, c’est bien la règle du cadrage identique qui est la plus pertinente pour un photographe quand on veut choisir un outil plutôt qu’un autre. Si je veux faire un portrait au 24×36 ou en APS, je vais choisir une focale équivalente et non identique, et là, on peut expliquer qu’effectivement, à ouverture égale, l’APS aura une profondeur de champ plus importante du à la focale plus courte.
    En photographie, c’est le sujet qui compte, enfin, il me semble même si vous avez parfaitement raison d’un point de vue scientifique.
    Cordialement.

    • Le problème ici, c’est bien la façon de présenter les choses!

      En effet, quand on dit, attention, un capteur d’APS-C à une PDC plus étendu qu’un capteur FF, c’est une faute.

      Car, soyons sérieux, je pense que bien 90% des photographes sont sur que c’est bel et bien la différence de taille du capteur qui induit cette réduction ou augmentation de la PDC.

      Il serait donc plus juste de dire: “avec un APS-C, pour avoir un cadrage équivalant à un FF, il faut soit reculer, soit utiliser une focale plus courte, ce qui induit une zone de netteté plus grande.

      Et non pas, l’APS-C donne un PDC plus grande que le FF. 8)

  26. Amaury

    Dans l’ensemble, son court est plutôt juste, disons que dans les grandes lignes il donne de bons conseils et propose de bonnes explications.

    Une petite coquille s’est glissée ici, on veut pas connaîte la taille de sa… :lol:

  27. ManuD59

    Je viens de trouver le dernier live d’hier soir, c’est juste lamentable….
    Dans deux mois on en parlera plus…. 48K € mensuel pour tourner, il se fait pas chier niveau salaire,
    Pour quelqu’un qui vend ses mariages entre 5 et 10K€…

  28. Hello,
    Le dos phase one P65+ a un + pour pouvoir passer à des isos supérieurs,
    on passe de photosites de 6 microns à 12.
    C’est l’intérêt principal de ce mode / mais,
    Est-ce que dans le cas du mode “+”de ce dos, on change aussi les valeurs de pdc ?
    je crois que tu l’as testé, peut être as-tu regardé de ce côté ?
    Personnellement je suis bien loin de comprendre tout en ce qui concerne le fonctionnement des photosites.

    Merci aussi au passage pour tes articles qui sont une mine d’informations.

  29. Je lis ce billet en retard.

    Je pense que les fausses informations ont de très beaux jours devant elles et j’ai bien peur que les nouvelles générations n’aient pas le recul ni la culture critique vis-à-vis de l’information… A l’heure où tout est accessible et qu’il faut tout savoir tout de suite, la critique et le recul ne sont pas “à la mode”. Les gens sont des moutons et j’ai bien peur que ce soit de pire en pire.

    Pour la PDC c’est vrai que le résultat est biaisé dès qu’on modifie plus d’un paramètre. C’est une question de méthodologie et de rigueur scientifique. Mais peut-être que ton erreur dans ta discussion avec l’autre photographe est de ne pas avoir expliqué que le capteur n’est qu’un élément influant sur la PDC et qu’il vaut mieux dire “qu’à cadrage équivalent avec les objectifs appropriés, on aura une PDC plus courte en FF qu’en APS-C”. Ce qui est ce que l’on constate qu’on ait une bonne connaissance ou non de la photographie et de ce qui va derrière. En fait c’est une question de raccourcis…
    Et on cumule le fait d’avoir un FF + son objectif à plus grande focale qui influent sur la PDC.

    Les gens aiment bien les raccourcis et n’aiment plus trop réfléchir. C’est assez triste à constater.

  30. APY

    Juste pour savoir, à la même ouverture sur un ff et un apsc le flux lumineux est plus important sur le ff, est-ce que c’est cette apport de flux lumineux en plus qui fait que la pdc est plus courte?
    Et je ne comprends pas pourquoi la photo n’est pas plus lumineuse sur le ff.
    Peux-tu éclairer ma lanterne Dc Darth?

  31. Bonjour, plutôt que du Dark vador, la photo en FF Vs APS-C si elles avaient étés prises sur un réglet mis en diagonale on aurait pu relever de manière exacte la différence de profondeur de champ et c’eût été intéressant.

    Je pense avoir encore besoin de vulgarisation car je ne comprend pas la différence de profondeur de champ entre FF & APS-C si on part du postulat que l’objectif a une focale bloquée et une valeur d’ouverture bloquée sur la même valeur.

    Quel que soit ce que l’on met derrière l’objectif, son plan de focalisation est le même puisque fixe et la prof de champ aussi non ? Quel est le phénomène à l’origine de la différence lors du recadrage ? Le cercle de confusion ?
    Comment expliquer une (éventuelle) différence de profondeur de champ ?

    • La règle est moins drôle que Darth Vader et l’idée était de montrer que la PDC ne change pas (ici, il y a eu une variation à laquelle je ne m’attendais pas pour être franc).

      Ce qui fait varier la PDC, c’est le cercle de confusion sur le capteur, tout simplement.

      Dans les calcul de base de la PDC on admet que le cercle de confusion sur un FF est de 0,03 alors que sur un APS-C on est sur 0.018.

      Ce qui était vrais et à peu près juste il y a de ça 8ans, ne l’est plus vraiment maintenant, car un APS-C pourra avoir un cercle de confusion identique à un FF et parfois même la différence sera en faveur de l’APS-C qui du coup aura une PDC plus courte que le FF.

      Mais, dans l’ensemble, la différence est très tenu, presque inexistante.

      Je vais d’ailleurs refaire le test avec le 1Dx Mark II et le 80D et cette fois, il ne devrait plus y avoir aucune différence.

    • Pour une fois qu’il y a une vidéo intéressante sur son site … mais en même temps, c’est pas lui qui l’a faite.

      Après, je ne vais pas aller jusqu’à crier au “pompage” d’idée, car on peut tous avoir les même idées et parfois il m’arrive aussi de traiter des sujets que d’autres on déjà traité.

      Merci pour l’info dans tous les cas :tumbsup:

  32. Oui, suite à mon interrogation ou je comprenais l’énoncé du problème (fortement bien argumenté) de Darth mais pas sa résolution (on peut toujours avoir raté qq chose même si on “touche un peut” en optique (on essaie quoi) la vidéo est accessible ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=hMbbabzIDFs&feature=youtu.be

    Bref, revenu témoigner sur ton blog Darth, après tout … je regarde les deux et chacun a ses qualités et j’y prend ou apprend ce qui me manque …
    Bef, on arrive sur un résultat différent (chez les “loco”) et qui me semble conforme à mes principes optiques et finalement la vidéo est simple d’accès et je suis d’accord avec le “prof” …

    Si darth veut me faire changer d’avis, j’écouterais avec plaisir sauf si il me perd en chemin … on ne sait jamais … (par contre, j’ai pas de notification de retour)

  33. Malheureusement, les réseaux sociaux grouillent de ce genre de personnages qui ont tout vu, tout vécu, tout photographié… C’est bien triste car ils ne sont pas ouvert à la discussion, leur vision est juste car ils ont lu cela dans un livre. Présenter une image ou une autre explication devient un blasphème, au risque de se faire exclure de certains groupes car la façon de penser est différente. Ce qui est bien dommage.
    Heureusement il existe encore de nombreux forums sympa où l’échange est nettement plus respectueux

  34. guillaume

    Hello,

    J’ai commencé à lire mais je me suis arrêté quand vous indiquez que la PDC est un phénomène optique (sic). Je partage l’avis du “formateur” sur la notion d’impression.

    La PDC est l’impression :
    – de la diffraction des rayons traversant l’objectif (l’image de chaque points d’un objet sera une tâche plus sauf sur le plan de netteté définit par la focal, la distance du sujet par rapport aux points focaux)
    conjuguer à
    – la capacité de l’oeil a distinguer deux tâches image (notion de cercle de confusion) car au final se sera l’oeil qui fera cette distinction même si la chaîne d’acquisition et de rendu est plus performante.

    Lorsque l’on part de biologie donc il y aura une variance d’un individu à l’autre. De facto, d’un oeil à l’autre le cercle de confusion sera différent. La PDC dépendant directement du cercle de confusion, celle-ci sera perçue de façon différente d’un individu à l’autre. Je pense à priori que l’on peut donc parler d’impression de profondeur de champs.

    Enfin, physiquement il n’existe qu’une seule surface sur laquelle tous les rayons d’un point du sujet convergeront exactement pour donner une image ponctuelle. Renforçant ainsi l’idée d’impression.

    A vous lire
    Cordialement
    Guillaume

    • C’est bien de vouloir démontrer les notions que j’exprimais ici, faut-il encore ne pas prendre un argument, pour le placer dans un autre contexte …

      Quand ce formateur parle “d’impression” il ne dit pas que c’est dû à notre biologie, mais ” à la compression des perspective induit par les longue focale”.

      Ensuite, la PDC n’est PAS une impression, c’est un fait de physique optique, la sensation de netteté est quant à elle en partie dépendante de notre acuité visuel, mais dans une moindre mesure.

      Autant dire qu’un objectif de 100mm ouvrant à f/1,2 avec la mise au point au minimum visant un arrière plan se trouvant à 30 mètre donnera une photo entièrement flou et quelque soit l’acuité visuel du “spectateur” cela ne changera rien à ce fait … physique!

      Peut-être que le mieux serait de continuer la lecture avant de juger trop vite 8)

    • C’est intéressant de parler biologie mais c’est un autre problème que celui évoqué au départ sur la PDC. Il est évident que chacun a sa vision en fonction de la santé de ses yeux, et on pourrait disserter sur le sujet des heures entières si on y rajoute la perception des couleurs. :-P

      Mais si on en revient au problème de départ, une image floue (que le flou concerne tout ou partie de l’image considérée) n’a aucune chance d’être vu nette par un oeil humain, qu’il nécessite ou non une correction optique pour voir un objet net (l’image en l’occurence) à une distance de moins d’1m. Et c’est là que le vocabulaire a ses limites car un oeil parfait verra l’image floue nette… car c’est une histoire de contenant et de contenu, le contenant (image, quel que soit le support) sera net mais si le contenu lui-même est flou, il ne peut être transformé en quelque chose de net par notre cerveau. (J’exclus le cas particulier des images 3D avec ou sans lunettes et autres joyeusetés de trompe l’oeil)
      Une fois qu’on est d’accord sur le net et le flou, la plage de netteté est donc considérée avec un oeil à la vision parfaite. Je pense que le “formateur” utilisait aussi ce postulat sans y penser ou l’exprimer, sinon on ne s’en sort pas.

      Je suis par contre d’accord que d’un point de vue mathématique (plutôt que physique), il n’existe qu’un plan strictement net. D’un point de vue physique, il existe au contraire un ensemble de plans parallèles considérés comme nets car le flou y sera négligeable ou indétectable (justement à cause des cercles de confusion). Il ne faut pas oublier que les mathématiciens ne supportent pas les approximations alors que les physiciens sont focalisés sur le mesurable/quantifiable et les marges d’erreurs associées et acceptables.

      De même qu’on part du principe que l’optique utilisée est exempte de défaut de fabrication! Sinon pareil, on ne s’en sort pas.

  35. Primus

    Bonjour. Je tombe sur cet article très intéressant mais je reste dans le flou sur un point particulier. J’avais lu un jour dans Chasseur d’Images un dossier conséquent sur la profondeur de champ où l’auteur indiquait que la focale n’avait absolument aucune influence, sauf dans le cas particulier, et seulement celui-ci, où le dernier plan net était à l’infini. Que faut-il comprendre ?

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓