Darth's Blog https://blog.darth.ch Le couteau Suisse de la photo Fri, 04 May 2018 06:58:48 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8.6 Master Tour, petite balade en voiture… https://blog.darth.ch/2018/05/04/master-tour-petite-balade-en-voiture/ https://blog.darth.ch/2018/05/04/master-tour-petite-balade-en-voiture/#comments Fri, 04 May 2018 06:58:48 +0000 https://blog.darth.ch/?p=41407

Oui, je suis toujours en vie, j’ai un peu hiberné, comme les ours, mais je suis toujours vivant.

Mon retour est surtout temporaire, je vous donne RDV en septembre pour le VRAI retour du blog avec toutes les explications et détails sur ma longue absence, mais en attendant je me devais de vous conter une petite histoire que j’ai beaucoup aimé vivre.

Et si on faisait une balade en voiture:

En août dernier, j’ai reçu un très sympathique mail de Gregory, qui me demandait si j’étais intéressé par participer à une mini web série proposé par Euromaster dans le cadre d’une petite opération commerciale. Quand vous aurez fini la lecture de mon billet, vous pourrez allez voir les détails de cet épisode ici: Balade architecturale à Lausanne.

L’idée, c’était de faire la route du point A au point B en voiture en parlant de ma passion, mon métier et le coeur de mon blog, en un mot la photo.

J’avoue que j’ai trouvé l’idée bien sympathique, au-delà de toute autre motivation, pouvoir faire un bout de route pour parler de ma passion et que ce soit dans un cadre différent et un public différent que celui qui me suit m’a beaucoup plus.

C’est donc un oui très positif que j’ai fait suivre dans ma réponse.

Organisation et balade en train:

Bien sûr, après avoir dit oui, il fallait organiser la petite balade, c’est ainsi que j’ai échangé pas mal de mail et de coup de téléphone avec Gregory, et je reconnais très franchement que j’ai tout de suite eu beaucoup de sympathie pour ce sympathique personnage, qui à su m’épater plus d’une fois … mais on y reviendra un peu plus loin.

Après avoir longuement parlé, j’avais le choix de l’étape, soit Colmar -> Genève, soit Genève -> Nice si ma mémoire est bonne.

Comme je n’avais jamais vu Colmar et que j’avais plus d’intérêt pour ce trajet que celui en direction de Nice, j’ai donc choisi cet itinéraire.

L’idée était que je me rende à Colmar en train et que l’on fasse la route jusqu’à Genève en voiture.

Pour ceux qui me connaissent bien, ils doivent savoir que j’ai un problème avec le train, mais quelque chose d’infernal.

En fait, je suis malade en train, level GOD, même en prenant des médicaments contre les mots de voyage et tout, je suis vraiment malade.

Ce qui est le plus étonnant, c’est que je peux prendre l’avion, le bateau sur une mer déchainée, lire dans une voiture …etc, pas le moindre problème, mais le train me rend vraiment malade.

Donc, autant dire que la balade en train Genève/Colmar fut un véritable enfer pour moi.

Découverte de l’équipe et de Colmar:

Découverte de Colmar, c’est un bien grand mot, soyons franc, quand je suis sorti du train, je ressemblais un peu à un Zombie, ma seule et unique envie était de trouver mon hôtel, prendre ma chambre et m’écrouler sur le lit.

C’est donc avec une joie non dissimulée que j’ai appris que l’équipe n’avait pas fini les derniers plans de l’épisode avant le mien et qu’on se verrait un peu plus tard, j’ai donc pu dormir un petit moment, ce qui m’a fait du bien.

Assez tard, soyons francs, j’ai rencontré l’équipe, qui devait tourner LE dernier plan de l’épisode avant qu’on se trouve un petit restaurant pour manger.

C’est à ce moment-là que j’ai découvert l’équipe, que j’ai découvert nos pros de la prise d’image, que j’ai découvert notre charmante présentatrice et que j’ai pu mettre un visage sur le prénom Grégory.

On a cherché un coin sympa dans la ville pour qu’ila puissent tourner cette scène de fin, enfin, quand je dis “on”, je veux plutôt dire “ils”, je n’ai fait que suivre en parlant avec eux.

C’est à ce moment que j’ai commencé à faire connaissance avec les membres de l’équipe et que j’ai eu la surprise de découvrir que Gregory parlait russe.

Quand la prise de vu fut terminée, on a mangé dans un resto Italien, puis nous sommes retourné à l’hôtel passé une nuit afin d’être en forme pour le lendemain … ce qui ne faut pas le cas de tous.

Départ …

Quand je me suis réveillé le lendemain matin, j’étais toujours malade, j’étais même très mal et du coup j’avais un peu d’appréhension pour faire cette route.

Je me suis donc forcé à prendre un bon petit déjeuné, puis je suis parti avec Gregory récupérer notre carrosse pour cette étape, puis direction l’Euromaster ou nous avons rejoint le reste de l’équipe.

Nous avons tourné la première scène de cet épisode de la websérie … oui, vous verrez tout ça, je vous mets la vidéo en fin d’article.

Une fois la petite scène tournée et le “pipi de sécurité” effectué, nous avons pris la route direction Genève … non … pas tout de suite, direction Lausanne en fait, et pour être plus précis, direction l’EPFL.

Un peu de routes à travers les montagnes pour découvrir l’EPFL:

Je vais me faire passer pour un gars un peu chauvin, mais les routes suisse sont à mon goût vraiment très belles, surtout ce trajet, qui nous fait rouler au milieu des montagnes et nous offre de beaux paysages pour ravir nos yeux.

C’est aussi une très bonne ambiance pour se laisser à parler, de tout de rien, et durant notre balade en voiture ou j’étais en compagnie d’Hélène et de Grégory.

Quand je dis que nous avons parlé de tout, je pense qu’on a vraiment parlé de tout, de science, de religion, d’art, de cinéma, de photo bien sûr, bref, de belles discussions très intéressantes, qui avec l’aide de ces beaux paysages, nous on donné l’impression que le temps passait trop vite.

Nous sommes arrivés à Lausanne ou le but était de faire de la photo d’architecture du fameux bâtiment “Rolex”, qui a cette forme particulière de vague donnant droit sur le lac.

Cela m’a fait drôle de revenir presque en pèlerinage sur ce lieu chargé de souvenirs pour moi.

On a passé un moment à faire les prises de vue pour l’épisode, puis nous sommes repartis en direction de Genève, toujours dans une belle ambiance et de belles discussions, profitant de la route pour réaliser mon interview:

Conclusion:

Je fus malade deux jours, d’un point de vue “santé”, j’ai vraiment souffert, par contre, j’ai passé réellement un merveilleux moment et je garde un superbe souvenir de ce roadtrip, un souvenir avec un déclencheur émotionnel simple, quand je croise un Euromaster, j’y repense et c’est vraiment très sympa.

Alors, je sais, comme ce fut une petite opération commerciale, on peut penser que mes mots ne sont pas le reflet d’une réalité, je ne vous demande pas de me croire sur parole, mais tout ce que j’ai écrit ici, je l’ai vraiment pensé, j’ai vraiment passé un merveilleux moment où je me suis bien amusé, j’ai découvert des personnes attachantes et j’ai vécu une très belle aventure.

De mon côté, je vous donne rendez-vous en septembre pour le retour du blog, avec pas mal de changement en perspective, mais faut toujours faire ce que l’on aime … ainsi que des explications détaillées sur ma très longue absence et l’avenir du blog.

Sur ce, bon courage et très bonnes photos !!!

]]>
https://blog.darth.ch/2018/05/04/master-tour-petite-balade-en-voiture/feed/ 9
Trick or treat – Genèse d’un projet de H à N https://blog.darth.ch/2017/10/31/trick-or-treat-genese-dun-projet-de-h-a-n/ https://blog.darth.ch/2017/10/31/trick-or-treat-genese-dun-projet-de-h-a-n/#comments Tue, 31 Oct 2017 13:43:14 +0000 https://blog.darth.ch/?p=40050

C’est de saison, on en parle partout, avec ses couleurs et ses occasions de faire de chouettes photos…. je parle bien sûr d’Halloween.

Cette année fut l’occasion de réaliser mon tout premier projet dédié à Halloween.  Je vais donc en profiter pour vous décrire de début à la fin les étapes que j’ai suivies. Cette façon de procéder est bien entendu valable quel que soit le projet que vous désirez réaliser. Cependant je ne prétends pas que c’est la meilleure ni la seule façon de faire, c’est juste une façon parmi d’autre, en espérant que cela puisse vous aider dans la réalisation de vos futurs projets.

Alors, on commence par quoi ?

Pour commencer, il faut décider du concept général de son projet. Dans mon cas, je voulais quelque chose qui mette un peu mal à l’aise, un peu flippant, un peu inquiétant. En discutant un peu avec mon entourage et en me rappelant un fait divers qui s’est passé dans ma région l’année dernière à la même époque, je me suis dit que les clowns répondaient aux critères précédents. De plus comme le film « CA », allait sortir, ça m’a paru une bonne idée.

Maintenant que j’ai le concept, il faut trouver les bonnes personnes pour les réaliser.

J’ai discuté de cette idée avec une maquilleuse avec qui j’ai l’habitude de travailler pour évaluer la faisabilité. Sa réponse ayant été positive du point du vue grimage, il me fallait trouver la personne pour incarner mon clown. J’ai contacté un ami acteur, lui ai exposé le projet et lui ai demandé s’il connaissait la bonne personne pour ce rôle. Il ne lui a fallu que quelques minutes pour me donner un nom que j’ai contacté directement, et il a accepté.

J’ai le concept, l’équipe, mais on shoote où ?

Pour cette question, j’avais l’idée de séparer la séance de prise de vue en 2 parties : une en studio et une en extérieur. Pour le studio, pas  de problème, j’ai le mien. Pour les extérieurs, j’ai réfléchi aux lieux possibles que je trouvais adaptés, j’ai été faire quelques photos de repérage avec mon téléphone et j’ai opté finalement pour des quais de transport public (bus & train), ainsi que pour un endroit de stockage de matériel ferroviaire, assez tranquille, facilement accessible et près du quel poussent quelques petits arbres. Pour une question d’ambiance, j’ai décidé que l’on réaliserait les photos de nuit.

J’ai le concept, l’équipe, le lieu, mais on le looke comment ce clown ?

J’avais une photo de référence publiée sur un des looks possibles du clown du film. On est donc parti de cette photo. J’ai été chercher les accessoires nécessaires manquant à ma maquilleuses, à savoir une perruque et des fausses dents, ainsi que des fumigènes. Les perruques de clown disponibles en commerce ne nous convenant pas, j’ai opté pour une perruque d’Einstein que l’on a teinté et ensuite modifié afin d’obtenir le look que l’on souhaitait. Pour les tenues, j’ai farfouillé dans mes vielles fringues pour trouver le gilet, le jean’s et le manteau que l’on trouvait adapté. Mon modèle a quant à lui amené un accessoire bien sympathique : sa batte de base-ball. J’avais également à disposition un grand couteau.

J’ai le concept, l’équipe, le lieu, le look, mais on prend quoi comme photos ?

Pour être sûr que je n’allais pas oublier de photos auxquelles j’avais pensées, j’ai écrit une liste des différentes prises de vues que je voulais faire. Cette liste ne doit pas forcément être ultras précises ni reprendre tous les détails de chaque plan. Il y peut avoir des croquis, du texte, des symboles, peu importe, c’est un document de travail qui vous est personnel et vous permettra durant du shooting d’avoir un fil conducteur, histoire qu’une fois dans le feu de l’action, vous n’oubliez le plan super important que vous vouliez faire.

J’ai le concept, l’équipe, le lieu, le look, mon fil conducteur…. maintenant YAPLUKA.

Une fois toutes les étapes précédentes réalisées, arrive le jour du shooting. Et comme tout a été planifié et préparé en amont, vous vous rendrez compte, que tout vous parait bien plus simple et que vous pouvez vraiment vous concentrer sur les prises de vue, sans devoir vous disperser en divers détails. N’oubliez jamais de bien observer quand vous arrivez sur place pour pouvoir profiter des opportunités non-prévues. Dans notre cas, ce fut une petite pluie.

Voilà, j’espère que ce petit mode d’emploi vous aura été utile dans la planification et la réalisation de vos futurs projets. Et si je devais vraiment insister sur un seul point, ce serait de vous entourer des bonnes personnes, compétentes et motivées.

Je vous laisse, j’ai quelques bonbons à aller récupérer !

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/31/trick-or-treat-genese-dun-projet-de-h-a-n/feed/ 4
9ans déjà … Joyeux Anniversaire Darth’s Blog !!! https://blog.darth.ch/2017/10/19/9ans-deja-joyeux-anniversaire-darths-blog/ https://blog.darth.ch/2017/10/19/9ans-deja-joyeux-anniversaire-darths-blog/#comments Thu, 19 Oct 2017 05:41:55 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39859

⚠️ Petite info rapide avant d’entrer dans le vif du sujet ⚠️

Remontons nos manches … enfin … heu …. JE remonte mes manches !

Sans entrer plus dans les détails, comme tu le sais je dois aller de l’avant, du coup, je n’ai pas beaucoup de temps, mais plein de choses à faire, beaucoup, beaucoup … beaucoup!

Comme le but est de sortir vainqueur de mon combat épique, je dois y consacrer le temps nécessaire, et comme je n’ai pas le don d’ubiquité, je fais le choix de me consacrer à remonter la pente et me bouger pour réussir.

Du coup, si le blog reste en place, car il fait partie de ma vie et je ne peux pas l’abandonner, je vais le mettre au ralenti au moins jusqu’à début décembre, je ne publierais plus de façon aussi régulière, je le ferais quand j’ai le temps ou qu’un sujet me tient à cœur.

Écrire pour ce blog étant une activité que j’adore, les choses vont rentrer dans l’ordre et je vais à nouveau avoir la régularité très typique de la Suisse, mais pas avant début décembre.

En attendant, je vous invite à garder l’œil ouvert sur les réseaux sociaux où j’annoncerais les nouveaux articles quand ils viendront.

Bien sûr, dès qu’un retour à la normale pointera le bout de son nez, je vous le ferais savoir avec le plus grand des plaisirs !

N’hésitez pas à me contacter par mail ou par message si vous avez quelque chose à me dire, je continue à répondre … non, non, je ne vous abandonne pas complètement.

Ceci étant dit, passons au sujet qui nous intéresse … celui des 9ans du blog !

3’285 jours sont passés entre le moment ou j’ai écrit cet article (je ne sais pas si je dois en être fier) et le moment ou vous lisez ces lignes.

Habituellement, j’écris mon article en sachant ce que je vais dire, je prépare un peu les choses, mais aujourd’hui, j’improvise, donc, ça risque de partir un peu dans tous les sens.

Alors, bien sûr, 9ans c’est le genre d’anniversaire, qui est important du simple fait qu’il est celui qui annonce THE anniversaire celui des 10ans, celui qui arrivera l’année prochaine (oui, comme on fête les 9ans cette année … bon, faut suivre un peu).

Pour celui des 10ans, j’ai déjà prévu pas mal de choses bien sympas, comme un concours de fou furieux, et … heu … oui, on parle des 9ans je sais, mais je suis prévoyant comme on peut le constater, je prépare un anniversaire plus d’un an avant, et celui du jour je l’improvise, logique !

Du coup, je ne vais pas vous sortir les statistiques, car ce serait gâcher le suspens pour les 10ans, je ne vais pas non plus vous raconter l’histoire du blog, car du coup, l’année prochaine, vous allez avoir l’impression de relire le même article.

Alors je dis quoi pour ces 9ans ?

Finalement, pas grand-chose, à part MERCI, car cela fait 9ans que vous êtes fidèle, que vous me suivez, que vous me poussez en avant, que vous me permettez de grandir et m’aider à m’améliorer.

Merci pour votre fidélité, pour vos bons mots, pour vos encouragements et pour être les meilleurs lecteurs que je pourrais espérer.

Alors, tous avec moi, 1 …, 2 …, 3 …

🎂JOYEUX🎂

🎂ANNIVERSAIRE🎂

 

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/19/9ans-deja-joyeux-anniversaire-darths-blog/feed/ 21
Les Vidéos du Jeudi: Ma vie de Photographe – cours photo spécial lingerie https://blog.darth.ch/2017/10/12/les-videos-du-jeudi-ma-vie-de-photographe-cours-photo-special-lingerie/ https://blog.darth.ch/2017/10/12/les-videos-du-jeudi-ma-vie-de-photographe-cours-photo-special-lingerie/#comments Thu, 12 Oct 2017 06:37:26 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39800

Bonjour à tous, et bienvenu sur cette série d’articles, qui va vous proposer chaque jeudi une nouvelle vidéo.

Aujourd’hui un nouvel épisode de ma vie de photographe, un peu sexy, et surtout très intéressant.

Vous trouverez plusieurs types de vidéos :

  • Les retouches complètes, qui partent d’une photo et dont on suit le développement de Lightroom jusqu’à Photoshop
  • Les tutos sur les outils ou actions spécifiques, qui sont là pour vous expliquer un point précis de Photoshop, pour mieux comprendre comment fonctionne l’engin et avoir quelques astuces.
  • Les astuces Photoshop, ici le but est de vous donner des astuces de retouche pour des travaux spécifique, ce n’est ni une retouche complète, ni la présentation d’une fonction, mais plus une façon de faire spécifique pour un sujet précis.
  • Les critiques des photos des Tipeurs : je prends les photos que mes tipeurs ont envoyées, et j’en fais une critique simple et je donne quelques astuces pour améliorer les choses le cas échéant.
  • Ma vie de Photographe: Description prochainement

Aujourd’hui, c’est donc un épisode sexy de ma vie de photographe sur un cours de photo lingerie :

Vous trouverez d’autres vidéos directement sur ma chaine YouTube abonnez vous c’est important, c’est ça qui me motive à vous faire une vidéo par semaine !!!

Si vous aussi vous voulez que je développe l’une de vos images dans un tuto, vous pouvez m’envoyer un RAW ou le TIFF d’un RAW avec le formulaire ci-dessous:


Taille maximum 100Mo

S'il vous plaît patienter ...

Si vous voulez que je traite d’un sujet précis dans un de ces tutos, faites-le-moi savoir avec les commentaires, ici ou directement sur ma chaine YouTube.

Si vous voulez du contenu supplémentaire exclusif tout en me soutenant, je vous invite à regarder mon Tipeee, vous ne serez clairement pas déçu.

Vous pouvez aussi vous abonner à ma chaine YouTube si ce n’est pas déjà fait comme dit plus haut, c’est très important.

Sur ce, rendez-vous lundi, bon courage et bonnes photos!

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/12/les-videos-du-jeudi-ma-vie-de-photographe-cours-photo-special-lingerie/feed/ 3
Ce n’est qu’une question d’ergonomie … https://blog.darth.ch/2017/10/09/ce-nest-quune-question-dergonomie/ https://blog.darth.ch/2017/10/09/ce-nest-quune-question-dergonomie/#comments Mon, 09 Oct 2017 05:56:06 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39792

Bon, j’avoue le titre n’est pas des plus explicites et vous devez vous demander de quoi je veux bien parler.

Pour bien comprendre, je dois vous faire part d’une conversation que j’ai eue avec une personne au sujet du choix d’un appareil photo.

En effet, il me demandait ce que je pouvais lui conseiller pour son amie, qui s’intéresse à la photo.

Bien sûr, très vite la question de savoir s’il fallait choisir du Nikon, plutôt que du Canon ou l’inverse est venu dans la discussion.

Je lui ai dit, le mieux, c’est qu’elle le prenne en main!

Et voilà, article terminé … Heu … ok, je vous en dis un peu plus.

Pour bien comprendre, on va parler de …

La qualité des appareils photo :

Je sais, c’est pas très intuitif de parler de la qualité des appareils photo pour parler de leur ergonomie, mais je suis obligé de passer par là pour que l’on comprenne bien la suite.

Je vais enfoncer quelques portes ouvertes, mais on dira que c’est pour faire un rappel et que la lecture de ce billet se fasse sur de bonnes bases.

Je ne vais pas refaire l’historique de la photo, on va donc se contenter de parler des appareils que l’on trouve au jour d’aujourd’hui.

Force est de constater que les appareils ont atteint une certaine maturité et qu’ils sont de très bonne qualité, offrant souvent des possibilités et une qualité que l’on aurait rêvé avoir il y a de ça 10ans.

C’est d’ailleurs souvent ce qui me pose problème dans mes tests, certains de mes lecteurs étant certains que je n’ose pas dire du mal de l’appareil, car je serais “payé” pour le faire.

Il est évident que je ne peux pas dire d’un appareil qu’il est nul si ce n’est pas vrai et il faut reconnaitre qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas vraiment d’appareil photo qui soit nul.

C’est d’ailleurs si vrai, qu’à catégorie égale, il n’y a que de petits détails qui changent vraiment.

Ceux qui me fait d’ailleurs sourire quand je vois ceux qui se battent pour dire que Casykon a plus de dynamique que Koncasy, mais que Sycakon est mieux en colorimétrie.

En réalité, ces différences sont si ténues, que même les plus experts ont de la peine à les voir, d’ailleurs, vous pouvez mettre au défi n’importe qui de vous donner la marque de votre boitier à la seule visualisation de vos photos … sans les exif, cela va sans dire.

Du coup, switcher d’une marque à l’autre quand on est déjà équipé coûte cher très souvent pour pas grand-chose, et quand on n’est pas équipé, ce n’est clairement pas les différences de qualités, qui seront déterminantes pour faire le choix, mais bien …

L’ergonomie :

L’ergonomie est un élément vraiment important dans le choix d’un appareil photo, à mon sens, même plus important que les caractéristiques mêmes de l’appareil en question.

Le meilleur exemple que je peux vous donner, c’est le mien.

Je vais faire ici un simple résumé, si vous voulez l’histoire en entier, il faut aller voir par ici: L’histoire de notre passion, et je vais vous expliquer comment l’ergonomie d’un appareil a eu une influence sur ma vie de photographe.

Mon premier appareil photo fut un Pantax 100% manuel, quand il fut disparu de ma vie, ma famille m’a offert un Nikon F50, puis pour monter en gamme après quelque temps, un Nikon F70, mais je ne me suis jamais senti à mon aise avec ces deux appareils.

Ce que je veux dire, c’est que je les aimais vraiment, c’était de superbes appareils pour moi, mais un truc clochait.

Il m’a fallu prendre un Canon en main pour comprendre d’où venait le problème avec mes Nikon. Ce n’était pas l’appareil, qui était en question, mais bien l’ergonomie de Nikon, qui ne me convenait pas.

Je suis donc passé chez Canon et même si aujourd’hui j’ai les deux marques, je suis toujours plus à mon aise avec la marque rouge et cela va bien au-delà de la qualité de l’appareil, mais bien de la façon de penser l’ergonomie, qui me va mieux chez les rouges que chez les jaunes tout simplement.

Le sens de rotation des molettes, la répartition des menus, où se trouve chaque bouton, dans quel sens on tourne pour mettre ou retiré un objectif, la disposition des informations dans le viseur …etc.

C’est si vrai, que sur les modèles pros haut de gamme, les constructeurs autorisent à paramétrer chaque commande pour les configurer de façon à être au plus proche de vos besoins, on peut ainsi inverser le sens des molettes ou encore changer la fonction d’un bouton pour la remplacer par une autre.

De petit plus ergonomique, que l’on ne retrouve pas plus bas en gamme, mais qui démontre l’importance de ces “détails”, qui n’en sont pas.

Si on peut changer certaine chose à l’ergonomie d’un appareil en haut de gamme, on ne peut pas tout changer, il faut donc bien faire attention.

Par exemple, on ne peut pas changer la disposition de certaines commandes, les boutons, qui se trouvent à certains endroits resteront en place, même si on en change la fonctionnalité.

Ces détails sont très importants, et il est tout aussi important de bien les repérer avant de se lancer dans l’aventure.

Conclusion :

Souvenez-vous simplement la prochaine fois que vous donnerez un conseil sur l’achat d’un appareil photo, le plus important c’est vraiment l’ergonomie, l’appareil peut-être le plus parfait du monde d’un point de vu technique, si l’utilisateur n’est pas à l’aise quand il l’utilise, il ne sera jamais satisfait.

Le meilleur moyen est simplement de tester, de prendre en main et comme je l’ai dit plus haut, à l’heure actuelle, les différence technique et de performance dans une même catégorie ne sont pas du tout un point capitale pour choisir.

Je sais que ça va faire grincer des dents plus d’un, mais j’assume parfaitement cette prise de position, qui n’en est pas une, c’est juste un constat logique …

Sur ce, bon courage et bonnes photos.

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/09/ce-nest-quune-question-dergonomie/feed/ 18
[Le Mardi Mercredi c’est Denis] Move, Baby, Move. https://blog.darth.ch/2017/10/04/le-mardi-mercredi-cest-denis-move-baby-move/ https://blog.darth.ch/2017/10/04/le-mardi-mercredi-cest-denis-move-baby-move/#comments Wed, 04 Oct 2017 06:30:40 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39725

Et si on se bougeait un peu ? Juste un peu, faut pas déconner non plus.

Aujourd’hui, nous allons voir comment introduire du mouvement dans vos portraits. Cela nécessite certes un peu de matériel mais rassurez-vous,  rien de très exotique et surtout ça vous offre plein de possibilités de créations.

Le principe

Le principe que nous allons utiliser est assez simple, il s’agit d’une sorte de lightpainting.  Ce sera donc des temps d’exposition « longs », un environnement noir et des sources de lumières contrôlées, continues et flashs. Le mouvement sera créé soit par vos propres mouvements, soit par ceux du modèle ou des accessoires.

Le matériel

/frame]

Au minimum, il va vous falloir un boitier et un objectif (ou un smartphone si vous avez lu l’article de la semaine passée), une pièce (ou un endroit) sans lumière, une source de lumière  continue, un flash (cobra ou studio), un modeleur qui ne diffuse pas trop la lumière (beauty dish avec grid, réflecteur standard de flash studio avec grid, petit soft ou octo avec grid, bref… faut un grid). En option, il est possible de rajouter des gélatines de couleurs sur la lumière continue pour plus de créativité.

Selon les effets que vous désirez créer, il faudra aussi penser à des accessoires qui vont « créer » un mouvement : par exemple des bouts de rideaux (ou autres tissus translucides) assez longs, des accessoires, une 2ieme source de lumière continue, des assistants pour secouer les tissus…

La mise en place

Il est finalement assez simple : vous posez votre modèle et réglez votre flash principal pour que votre modèle soit correctement exposé. N’utilisez pas une ouverture trop grande car vous allez voir besoin de profondeur de champ pour assurer un maximum de photos nettes et réglez votre boitier pour qu’il déclenche le flash au deuxième rideau. Attention si vous utilisez un flash studio, il faut impérativement éteindre votre lampe pilote. Ensuite, vous allumez votre source continue et éteignez tout le reste. Vous la placez ¾ arrière ou complétement derrière votre modèle en l’orientant vers lui afin de préserver votre fond de la lumière continue et vous testez différents temps de poses plus longs (dans les 1.5 – 3 secondes) jusqu’à obtenir une bonne expo avec votre source continue. Une fois que vous avez tout réglé, vous allez pouvoir commencer à créer en vous amusant.

La prise de vue

Vous avez donc tout votre setup réglé et prêt. Vous allez maintenant pouvoir créer plusieurs sortes de mouvement.

Soit vous allez faire bouger votre boitier pendant le temps d’exposition : droite, gauche, haut, bas, en rotation, ou vous pouvez également zoomer, dezoomer. Pendant vos mouvements, votre boitier ne va enregistrer que la lumière qu’il voit, c’est à dire celle que la source continue. Vos mouvements ne doivent être ni trop rapides, ni trop lents. Faites quelques essais pour trouver le bon rythme. Juste avant la fin de votre exposition, recomposez avec votre modèle placé là où vous le voulez et attendez que le flash se déclenche pour fixer votre modèle.

Soit c’est votre modèle qui va bouger (ou des assistants) qui vont faire bouger des tissus et ainsi qui créer le mouvement. Le principe est le même sauf que cette fois, vous demandez à votre modèle ou assistant de commencer les mouvements que vous avez indiqués au préalable, vous faites la mise au point, déclenchez et c’est tout… enfin presque, comptez mentalement votre temps d’expo afin de préciser au modèle si c’est lui qui bouge qu’il doit arrêter de bouger et poser juste avant que le flash en se déclenche.

Rassurez-vous, ça a sans doute l’air plus complexe à lire que ce n’est à le faire dans la réalité, d’autant plus si vous êtes déjà familiarisé avec le lightpainting.

Une fois que vous avez bien intégré les lumières, les mouvements et leurs effets, seule votre imagination sera à la limite à vos créations.

Quelques petites recommandations pour finir

  • Choisissez des bijoux avec des brillants, ils reflèteront mieux la lumière
  • Utilisez des tissus translucides (genre rideaux, organza,…) ils prendront mieux la lumière que du gros coton
  • Si vous utilisez des gélatines et des lampes pilotes de flash, faites attention que les gels peuvent fondre au bout d’un moment avec la chaleur de la lampe pilote si elle n’est pas LED.
  • Pour vos mouvements, si votre exposition est relativement longue, faites des mouvements plutôt souples et si elle est relativement courte, faites des mouvements plutôt vifs.
  • En dépit du fait que vous utilisiez une ouverture plutôt petite, précisez a votre modèle lorsqu’il bouge qu’il doit rester sur le même plan, donc bouger gauche-droite et non avant-arrière)
  • Attention à ce que le visage de votre modèle ne sorte pas de la zone qui sera éclairé par votre flash.
  • Les lampes LED ont l’avantage de ne pas chauffer et en plus certaines peuvent changer de couleur.

Et voilà, vous êtes maintenant prêts à vous bouger….. Donc normalement, vous ne devriez plus être là pour lire ces derniers mots !

Amusez-vous bien et à la semaine prochaine !

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/04/le-mardi-mercredi-cest-denis-move-baby-move/feed/ 2
L’histoire d’une photo: Stylo Montblanc https://blog.darth.ch/2017/10/02/lhistoire-dune-photo-stylo-montblanc/ https://blog.darth.ch/2017/10/02/lhistoire-dune-photo-stylo-montblanc/#comments Mon, 02 Oct 2017 05:51:53 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39716

Je vais essayer un nouveau concept d’article, c’est donc une petite expérience pour voir ce que vous en pensez et si ça plait, j’essayerais de renouveler de temps à autre l’opération.

Le but est de vous expliquer l’histoire d’une photo, de son idée, jusqu’à sa réalisation.

Et comme vous l’aurez deviné, la petite histoire du jour concerne cette photo.

L’idée :

Trop de liberté, c’est parfois difficile !

Il y a plusieurs types de clients, ceux qui ont un cahier des charges très complet ou tout est millimétré et ceux qui font “confiance” au photographe, entre ceux deux extrêmes, on a toute sorte de degrés de “confiance”.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à choisir je préfère un cahier des charges HYPER précis ou le moindre petit reflet et la moindre petite ombre est programmée, qu’un client qui te dit fait ce que tu veux.

Dans le cas de cette image, c’était un “fait ce que tu veux”, du coup, c’était à moi de poser les bonnes questions, car un client qui te laisse faire ce qu’il veut à toujours une idée en tête, même s’il ne le sait pas sur le moment, c’est juste au photographe de savoir trouver les bons mots pour obtenir l’information.

Finalement, après une discussion, il est ressorti que l’on allait partir sur une image minimaliste, avec la présentation du stylo et de sa pochette et un reflet pour mettre en avant le produit.

Préparation :

J’ai fait quelques croquis rapides pour cette montre, mais l’idée était assez claire pour que je n’aie pas eu besoin de les utiliser, surtout, que j’avais une bonne marge pour interpréter la scène à ma manière.

J’ai donc surtout réfléchi à comment j’allais éclairer cette scène, comme j’allais tenir le tout en place …etc.

Pour le support, j’ai simplement utilisé une plaque de plexiglas blanche brillante.

Pour tenir la pochette, je l’ai posé sur une petite … brique Lego, parfois être photographe c’est aussi faire preuve d’astuces.

Pour maintenir le stylo en place sans qu’il ne glisse, l’astuce fut d’utiliser une peu de “patafixe”, simple et efficace et sans risque pour le stylo.

Une fois tout bien en place, surface nettoyée, poussière dégagée, il est temps de passer à …

La prise de vue :

Ici, le but était d’avoir un fichier très qualitatif très haute résolution, j’ai donc choisir de shooté avec le PhaseOne XF – IQ3 100MP et l’objectif LS 120mm f/4 Macro.

Pour l’éclairage, comme on peut le voir sur le plan, je suis resté dans la simplicité, ici le but est de faire une sorte de HighKey, jouer sur la douceur de la lumière pour mettre en avant la matière du stylo.

Une grande softbox à gauche de 135cm, une softbox carré à droite avec un panneau diffuseur placé près du stylo pour répartir la lumière de façon très uniforme avec une bonne gestion des reflet.

L’idée est également de créer le petit effet de vignettage directement à la prise de vue, grâce au flash placé de façon stratégique à l’arrière de la scène derrière le fond blanc.

Le point difficile étant le petit rubis, que je devais faire ressortir tout en respectant sa colorimétrie.

Un autre point important étant d’avoir une netteté parfaite sur tout l’objet du point le plus proche au plus éloigné de l’objectif.

Pour réussir à faire ça, j’ai fait ce qu’on appelle un focus Stacking.

C’est une méthode, qui consiste à prendre plusieurs photos successivement en décalant la mise au point et en “remontant” limage en post-traitement pour avoir une PDC impossible à obtenir autrement.

Le but est vraiment d’obtenir le rendu le plus parfait possible à la prise de vue pour avoir le minimum de retouche à faire et ainsi gagner du temps.

Post-production :

La post-production, sur ce genre de photo est capitale, car en packshot tout doit être parfait et il ne doit pas y avoir le moindre défaut.

C’est ainsi qu’on passe un temps fou à nettoyer la scène, car malgré le soin apporté à rendre la scène la plus propre possible, il reste un nombre incroyable de petites saletés.

On passe également beaucoup de temps à corriger les défauts des objets mêmes, sur le stylo il n’y avait presque rien, mais la fourre étant en cuire, il est clair qu’elle n’était pas parfaite et du coup on doit travailler à rendre le tout le plus parfait possible.

On ne finit pas une correction de la colorimétrie et du rendu final.

Présentation au client :

C’est la partie la plus délicate, car même quand on a l’habitude, même quand on est sûr de soi, c’est le moment stressant où l’on va avoir son avis, ses retours, ses compliments ou ses critiques (parfois les deux en même temps).

Le plus souvent, si on a bien fait son travail en amont, si le cahier des charges était clair ou que l’on a bien récupéré les infos pour le rendre le plus précis possible, tout devrait bien se passer.

Ce qui fut le cas pour cette image, qui a été beaucoup appréciée.

Si part hasard, cela ne devrait pas se passer de la meilleure des façons, aucun souci à se faire, corriger certains points selon les indications des clients et parfois même reshooter une image fait parti des choses, qui arrive et n’est pas synonymes d’un ratage, mais bien d’une façon de peaufiner le travail.

En effet, c’est parfois en ayant la photo réalisée sous les yeux que l’on se rend compte de certains points à revoir sans y avoir pensé avant, entre imaginer une image et l’avoir en réelle, il y a toujours une certaine marge.

Ensuite, qu’est devenue cette image … je dois bien avouer que je n’en ai pas la moindre petite idée.

Ce qui est amusant, c’est qu’il m’est arrivé beaucoup de fois de faire des photos dont je n’ai jamais su la destination finale et même si elles ont été publiées un jour.

Ce petit mystère est quelque chose qui m’amuse quelque part et parfois j’ai eu de bonnes surprises, croisé une de mes photos lors d’un voyage de l’autre côté du monde au milieu d’un magazine dont je ne comprends pas la langue ou sur une affiche publicitaire dans une rue si loin de chez moi!

Conclusion :

J’espère que cette petite expérience pour vous faire un billet un peu différent vous aura plus et que vous avez apprécié l’idée.

N’hésitez pas à me faire des remarques et des propositions, je suis ouvert à toutes vos suggestions.

Sur ce, je vous dis bon courage et bonnes photos!

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

]]>
https://blog.darth.ch/2017/10/02/lhistoire-dune-photo-stylo-montblanc/feed/ 6
Les vidéos du Jeudi: De Lightroom à PhotoShop retouche en 5 minutes Chrono https://blog.darth.ch/2017/09/28/les-videos-du-jeudi-de-lightroom-a-photoshop-retouche-en-5-minutes-chrono/ https://blog.darth.ch/2017/09/28/les-videos-du-jeudi-de-lightroom-a-photoshop-retouche-en-5-minutes-chrono/#comments Thu, 28 Sep 2017 06:00:13 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39660

Bonjour à tous, et bienvenu sur cette série d’articles, qui va vous proposer chaque jeudi une nouvelle vidéo.

Aujourd’hui on un tuto spéciale pour vous montrer qu’on peu faire une retouche qualitative, sans passer des heures devant son ordinateur.

Vous trouverez plusieurs types de vidéos :

  • Les retouches complètes, qui partent d’une photo et dont on suit le développement de Lightroom jusqu’à Photoshop
  • Les tutos sur les outils ou actions spécifiques, qui sont là pour vous expliquer un point précis de Photoshop, pour mieux comprendre comment fonctionne l’engin et avoir quelques astuces.
  • Les astuces Photoshop, ici le but est de vous donner des astuces de retouche pour des travaux spécifique, ce n’est ni une retouche complète, ni la présentation d’une fonction, mais plus une façon de faire spécifique pour un sujet précis.
  • Les critiques des photos des Tipeurs : je prends les photos que mes tipeurs ont envoyées, et j’en fais une critique simple et je donne quelques astuces pour améliorer les choses le cas échéant.
  • Ma vie de Photographe: Description prochainement

Aujourd’hui, c’est donc Tuto de LR à PS – 5 Minutes Chrono:

>

Vous trouverez d’autres vidéos directement sur ma chaine YouTube abonnez vous c’est important, c’est ça qui me motive à vous faire une vidéo par semaine !!!

Si vous aussi vous voulez que je développe l’une de vos images dans un tuto, vous pouvez m’envoyer un RAW ou le TIFF d’un RAW avec le formulaire ci-dessous:


Taille maximum 100Mo

S'il vous plaît patienter ...

Si vous voulez que je traite d’un sujet précis dans un de ces tutos, faites-le-moi savoir avec les commentaires, ici ou directement sur ma chaine YouTube.

Si vous voulez du contenu supplémentaire exclusif tout en me soutenant, je vous invite à regarder mon Tipeee, vous ne serez clairement pas déçu.

Vous pouvez aussi vous abonner à ma chaine YouTube si ce n’est pas déjà fait comme dit plus haut, c’est très important.

Sur ce, rendez-vous lundi, bon courage et bonnes photos!

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

]]>
https://blog.darth.ch/2017/09/28/les-videos-du-jeudi-de-lightroom-a-photoshop-retouche-en-5-minutes-chrono/feed/ 5
[Le Mardi c’est Denis] Non mais allo quoi … https://blog.darth.ch/2017/09/26/le-mardi-cest-denis-non-mais-allo-quoi/ https://blog.darth.ch/2017/09/26/le-mardi-cest-denis-non-mais-allo-quoi/#comments Tue, 26 Sep 2017 07:12:09 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39645

A l’heure des « luttes »  pro/cons hybrides vs reflex, où l’on parle de disparition du reflex, où les avancées technologiques permettent à nos appareils d’être presque plus intelligents que nous (oui, ok, pour certains le « presque » est de trop), bref, au moment où nous sommes à l’aube d’une sans doute nouvelle ère photographique, il est amusant de constater que l’appareil le plus communément utilisé pour prendre des photos dans le monde est ….. Et par « dans le monde », j’entends par là  pas uniquement par l’élite que nous sommes, nous les photographes, mais bien par l’ensemble de la population terrestre, ou presque (non, là, le « presque » peut rester)…. Bref disais-je avant d’être assez grossièrement interrompu par moi-même, ce dont je ne me félicite pas, l’appareil le plus utilisé dans le monde pour prendre des photos est donc …. le smartphone. Je ne vais pas rentrer ici dans la différenciation des amateurs de pommes ou de batteries qui explosent, on va parler de smartphones en général.

Voilà, c’est fait, c’est définitif le futur de la photo, c’est le smartphone, on arrête de se prendre la tête avec les luttes inter marques et inter-systèmes, ça nous fera gagner du temps pour nous permettre de prendre plus de photos.

Cette constatation est finalement assez logique quand on y pense : tout le monde a un smartphone… ou presque (et arrêtez de me les brisez avec vos remarque sur les « ou presque », non mais !),  tout le monde aime prendre des photos… ou presque (…. no comment…) et puis surtout, le smartphone, on l’a tout le temps avec soi. Or il n’est de meilleur appareil que celui qui l’on a avec soi. Amen, la messe est dite une deuxième fois.

Le but de cet article n’est pas vous convaincre que votre smartphone est le meilleur appareil du monde. Déjà, parce que ce n’est pas vrai et ensuite parce que c’est plein de limitation. Non, l’idée de ce billet, c’est d’attirer votre attention sur le fait que vous pouvez tirer le meilleur parti de ce petit objet que la grande majorité d’entre nous a toujours sur soi.

Un bloc note de repérage.

Il m’arrive très régulièrement en me déplaçant pour quelque raison que ce soit, de passer par des endroits sympas, de voir une lumière plutôt cool à une certaine heure a un certain endroit,  de découvrir  un « fond « qui pourrait être utile pour une future séance. A la longue, Il n’est pas toujours évident de s’en souvenir. Or si à ce moment-là, vous prenez une simple petite photo avec votre smartphone, en y ajoutant une petite note, vous vous faites vite une petite bibliothèque de possibilités de photos à exploiter au moment voulu. Votre photo ne doit pas être la meilleure au monde, il s’agit juste d’un document de travail que vous utiliserez dans le futur.

Un petit outil d’apprentissage.

On est d’accord, malgré les progrès réalisés, l’appareil photo de votre smartphone est encore plein de limitations si on le compare à votre boitier habituel. Mais de par ces limitations, il en devient un ludique outil pour apprendre à mieux gérer vos lumières, vos compos, vos réglages… Quand vous l’utilisez, pour peu que vous n’utilisiez par le moment full auto inclus, mais que nous prenions la main en manuel via une des nombreuses applis dédiées, vous allez être amené à réfléchir autrement. « Think outisde the box » comme diraient nos amis anglo-saxons. (oui, j’ai laissé l’expression en anglais, parce que je trouve que c’est plutôt joli qu’en français « réfléchir à l’extérieur de la boîte ») Et tout ce qui nous force à changer nos habitudes et à voir les choses sous un angle différent est toujours bon à prendre et vous permettra lors de vos séances de peut-être penser à des possibilités auxquelles vous n’auriez jamais pensé auparavant.

Un appareil photo.

Finalement,  il faut bien le reconnaitre, on peut aussi réaliser de sympathiques photos avec nos smartphones. Et une fois que vous commencez, ça peut même devenir un challenge pour vous. J’aurais bien rajouté le terme « addictif », mais c’est peut-être un peu poussé quand même….encore que, suivant les cas…. (là, j’ai évité le ou presque ! Na !). Et vous n’êtes même pas obligés de repasser par la case « ordi » pour développer vos photos, vous avez à votre disposition tout une série d’applis disponibles (gratuites ou payantes) pour vous permettre de  finaliser vos photos directement sur votre smartphone. De plus, si vous êtes abonnés à Adobe CC, je vous rappelle que LR Mobile est inclus dans votre abonnement (et en plus, ils ne cessent de le perfectionner).

J’espère qu’à la suite de ce petit billet, vous regarderez votre smartphone différemment et que vous n’hésiterez plus à vous amuser avec, parce que, le plus important n’est-il d’essayer de s’amuser autant que possible ?

Sur cette pensée philosophico-bistrotesque, je vous dis à la semaine prochaine. Et surtout, on se rappelle hein ?

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

]]>
https://blog.darth.ch/2017/09/26/le-mardi-cest-denis-non-mais-allo-quoi/feed/ 22
La mort des Reflex … https://blog.darth.ch/2017/09/25/la-mort-des-reflex/ https://blog.darth.ch/2017/09/25/la-mort-des-reflex/#comments Mon, 25 Sep 2017 06:10:00 +0000 https://blog.darth.ch/?p=39637

Pourquoi vous parler de la mort du reflex?

La raison est simple, c’est un sujet que l’on croise de plus en plus sur les différents forums et autres groupes photo où la mort future du système reflex est évoquée.

L’idée de ce billet est d’essayer de voir si cette mort va vraiment arriver et si oui, quand elle va se produire.

Encore une fois, je m’essaye à l’exercice de la prédiction même si le jeu ne m’a pas toujours réussi, j’en veux pour preuve ma prédiction dans l’article sur le 24*36 face à l’APS-C, à lire ici pour ceux qui ne l’auraient pas déjà fait.

Mais, vous me connaissez maintenant, j’aime prendre des risques et si je veux répondre à cette question, c’est pour le faire de façon très objective au-delà du petit combat que se livre d’un côté les fans des hybrides et de l’autre ceux du “bon vieux reflex”.

Regarder les faits, les analyser avec le plus d’objectivité possible.

Ceux qui me connaissent savent que j’ai en effet un parti pris que je ne renie pas, je vais juste le mettre de côté (autant que faire ce peut) le temps de ce billet, bien que je vous donnerais mon avis “hors propos argumenté” en fin d’article.

Prédire la mort d’un système peut se faire dans différents cas, mais le plus souvent c’est lorsqu’une technologie remplace une autre technologie et apporte un vrai plus, tant et si bien que l’on va abandonner l’ancien système au profit du nouveau.

Dans cette analyse, je vais exprès mettre de côté l’idée d’une certaine “survie”, car oui, il existe des technologies dont on prédisait la mort et qui continue leur vie, mais leur pratique étant restreinte on peut justifier du fait qu’elles ne sont qu’une histoire de passionnés spécialisés.

En photo on trouve les amateurs d’argentique et en musique les aficionados du vinyle, en téléphonie, certains préfèrent la longévité de batterie des petits Nokia aux possibilités offertes par les smartphones.

Pour autant, dans les trois cas, qui nous intéresse on ne peut pas dire que la technologie bien qu’elle survive soit le choix d’une grande part de la population, c’est un choix, qui existe, mais qui reste plus “restreint”, et de toute façon l’idée n’est pas de débattre sur l’intérêt ou non de continuer à utiliser certaines technologies, mais bien la façon dont va se profiler l’avenir sur sa part la plus représentative.

Le postula étant posé, passons à …

L’argumentation :

Il y a plusieurs arguments, qui laissent penser que l’avenir de la photo à objectif interchangeable se fera sans miroir, on ne va pas tous les détailler, car après avoir lu des centaines de discussions, certains arguments sont pertinents et d’autres sont discutables, quand ils ne sont pas simplement faux.

L’un des exemples, c’est la possibilité d’avoir des informations de prise de vue en direct dans le viseur, comme l’histogramme, cet argument serait recevable s’il était totalement illusoire de penser qu’il est possible d’avoir ça sur un viseur optique.

On peut afficher plus ou moins tout ce qu’on veux en surimpression sur un viseur optique et personne ne devrait douter des avancées possibles dans cette configuration, et ensuite, contrairement à ce que l’on pense, on peut extrapoler de façon assez précise un histogramme sans pour autant donner un accès direct au capteur … la technique ici n’étant pas le but de cet article, passons, c’était juste pour vous montrer que certaines argumentations ne tiennent pas la route.

J’ai donc pris le temps de retenir les arguments massue, ceux qui sont indéniables.

Pour bien comprendre la suite, petit jeu de couleur:

  • En vert l’argumentation du point de vue de l’hybride.
  • En bleu l’argumentation du point de vue du reflex.

La compacité :

C’est l’un des arguments poids lourd (sans mauvais jeu de mots), pour prédire la fin du reflex.

En effet, enlever le miroir reflex, le prisme et toutes l’optique qu’il demande, et vous voilà en possession d’un appareil très compact, gain de place, gain de poids, bref, on réduit le tout.

À taille de capteur égale, on peut vraiment faire plus léger.

La compacité (contre argument) :

Le contre argument de la compacité n’existe pas vraiment, certains vous diront que beaucoup de photographes apprécient le fait d’avoir un appareil avec une certaine stature.

Ce n’est pas faux en soit, je fais partie de ces personnes, mais ce n’est pas un argument, car comme on le sait, qui peut le plus, peut le moins, du coup, il est tout à fait envisageable pour un constructeur de faire des boitiers plus ou moins costauds selon la demande.

La visualisation directe du rendu de la photo :

Avec l’hybride, on a la visualisation directe du rendu de la photo, on sait à quoi va ressembler l’image avant même de la prendre que ce soit sa profondeur de champ, sa colorimétrie, son exposition, les zones cramées des zones bouchées, on a un vrai aperçu de l’image en temps réel.

La visualisation directe du rendu de la photo (contre argument) :

Dans l’absolu, c’est vrai, on a une “visualisation directe du rendu” en temps réel, mais ce n’est pas si évident que ça.

En effet, à l’heure actuelle la visée au viseur électronique s’améliore, mais est loin d’être parfaite.

Le problème vient de la difficulté de rendre la dynamique de l’image réelle, en effet, il peut indiquer une zone bouchée alors qu’elle ne l’est pas ou une zone cramée encore bien exposée.

De même, si on veut utiliser le viseur électronique comme un simple viseur, sans prédictivité du rendu, la dynamique des écrans est trop courte et n’offre pas une lecture suffisante entre les zones claires et les zones foncées.

Sans entrer dans les détails techniques du pourquoi, si je ne doute pas d’une certaine amélioration, il est certain que la visée directe, même si elle n’affiche pas le “futur” rendu de l’image, reste plus confortable.

La vulnérabilité et la limitation du miroir reflex :

La cage miroir et tout son mécanisme induisent une grosse faiblesse dans le système du reflex.

Il faut se dire que de nombreuses pièces sont en mouvement, ce qui provoque des vibrations que n’ont pas les hybrides, ce qui provoque une usure et un risque de panne, que n’a pas l’hybride, ce qui provoque une limitation de la rafale, ce que n’a pas l’hybride, cela provoque un frein pour la prédictibilité de l’AF, ce que n’a pas l’hybride.

La vulnérabilité et les limitations du miroir reflex (contre argument) :

Un des plus gros arguments en faveur de l’hybride, en effet, on ne peut pas nier que tout le système reflex se base sur une technologie avec des pièces en mouvement, de fait, il y a des risques de pannes et bien sûr le fait que chaque fois que le miroir redescend pour permettre à l’AF de faire son travail va limité la rafale.

Le 1Dx avec ses 14 images par seconde flirt avec ce qui peut se faire de plus rapide dans ce genre de configuration et par effet logique, le fait que le miroir doit se relever pour permettre de prendre la photo ralentit les possibilités de l’AF.

La qualité de l’autofocus :

L’autofocus des reflex est largement supérieur à ce qui se fait de mieux en la matière sur les hybride, car l’AF sur le capteur n’est pas aussi performant que la détection de phase des appareils reflex.

La qualité de l’autofocus (contre argument) :

Si à l’heure actuelle, il est évident que la visée directe capteur ne permet pas un AF aussi impressionnant que ce qu’offre les reflex, les progrès effectués sont plus que prometteur.

Si on prend simplement le système dual pixel de Canon, qui en n’est qu’à ses débuts et qui fonctionne de façon plus qu’impressionnante, il est clair que tôt ou tard l’AF des hybrides rattrapera son retard face au reflex et à mon avis, plus tôt que tard.

Après, difficile de prédire lequel des deux systèmes finira par emporter le trophée, mais à mon sens, la visée directe finira par avoir le dernier mot sur cette histoire.

La durée des batteries :

Un reflex est bien moins énergivore qu’un hybride et là ou un hybride sera épuisé, un reflex n’aurait pas utilisé le 1/3 de ses capacités.

La durée des batteries (contre argument) :

C’est l’un des arguments les plus forts et les plus difficiles à contrer!

En effet, un viseur optique ne pompe pas sur les batteries, il ne dépense pas la moindre énergie et même le fait d’activer le miroir ne pompe pas autant sur les accus que la visée directe.

Il n’y a de fait pas de réel contre-argument, si ce n’est la recharge par induction, qui pourrait permettre de recharger l’appareil presque en tout temps, mais cela n’est pas encore arrivé et je doute de voir l’apparition partout, genre au milieu de la forêt.

La prédiction :

Il est difficile à dire quand ça va arriver, mais il est clair que de mon point de vue la visée reflex va se perdre et va finir par devenir une partie très restreinte de la production d’appareils photo.

Les deux géants de la photo n’ont pas encore passé le pas, pas de boîtier haut de gamme chez Canon ou Nikon en mirrorless.

On va dire que c’est un peu eux qui vont signer l’arrêt de mort du reflex, quand ils produiront une gamme complète d’hybrides ce sera le début de la fin.

Il est évident que l’argumentation citée plus haut même si elle semble équilibrée va en faveur du système mirrorless et je ne doute pas que le temps aidant les faiblesses des hybrides soient surmontées par une technologie mieux maîtrisée.

Il faut donc se faire à l’idée d’une mort lente et certaine du reflex, difficile de déduire une date, mais je ne vais pas me défiler et annoncer quelque chose.

Je pense qu’il faudra encore une dizaine d’années pour que le système mirrorless soit proche de la perfection et encore 5ans pour que la production de reflex soit devenue minimaliste.

Je sais que c’est une vision “longue” et que possiblement cela va aller plus vite, mais certainement pas plus lentement.

Mon avis, mes espérances et Conclusion :

J’aime la visée reflex, je suis un vrai amoureux de cette façon de “voir” la photo et à l’heure actuelle je n’ai jamais mis mon oeil dans un viseur électronique, qui m’apporte autant de plaisir et une sensation comparable à un superbe viseur reflex.

Je suis heureux qu’une marque comme PhaseOne soit loin d’envisager une visée électronique et continue à privilégier des viseurs optiques, même si leur vision du futur me paraît le meilleur compromis, j’explique ça tout de suite après.

Je ne rejette pas la visée électronique, je trouve juste dommage que celle-ci n’offre pas un confort de visé à la hauteur d’une visée reflex, et peut-être que psychologiquement j’aime voir ce qui se passe en direct et “en vrai”.

Du coup, l’idée de PhaseOne (dans un futur proche) de faire de vrai viseur hybride, un mélange qualitatif entre le viseur optique et le viseur électronique me semble l’idéale.

Je pousse encore plus loin le délire en imaginant un appareil comme le Canon EOS 1N RS et son miroir fixe semi-transparent, qui sur un appareil numérique pourrait offrir à la fois une visée électronique et une visée reflex.

Le meilleur des deux mondes, avec un écran LCD en surimpression on pourrait avoir un rendu juste extraordinaire et choisir ou non le double affichage, bref, le meilleur des deux mondes.

Malheureusement, je doute fortement que ce soit sur cette voix qu’aillent les constructeurs, ou alors, dans le haut de gamme.

Bref, vous aurez compris que je ne peux pas nier l’avenir de la photo, même si a fond de moi j’espère que cette transition arrive le plus tard possible.

Et de votre côté, quelle est votre vision ?

Sur cette question et ces bonnes paroles, je vous laisse en vous disant bon courage et bonnes photos.

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

]]>
https://blog.darth.ch/2017/09/25/la-mort-des-reflex/feed/ 68