Enquête: Les cours photo – comment trouver celui qu’il vous faut?!

Cet article est un peu particulier, et ceci pour plusieurs raisons que je vais vous décrire ci-après et qu’il me semble important de connaitre avant d’entrer directement dans le vif du sujet. Je tiens aussi à vous prévenir que cet article sera un peu long, mais c’était un mal nécessaire ! ^_^

La première, c’est que je voulais vous parler des cours photo en étant au cœur de l’action. Comme vous le savez certainement, je propose moi-même des formations. De ce fait, je ne pensais pas avoir le recul nécessaire pour me mettre à la place d’un élève de façon virtuelle.

J’ai donc décidé pour juger au mieux ces cours de tout simplement en prendre en me mettant à la place d’un débutant !

Avant d’aller plus loin, il est aussi important que je vous explique le deuxième point qui fait que cet article est un peu spécial…

Comme je donne des cours, certains pourraient sous-entendre que mon enquête n’est pas objective et que par le biais de cet article je veux me faire un peu de pub détournée.

Je répondrais que sur environ 6’000 visiteurs uniques par jour, 74% viennent de France, 12% viennent de Belgique et enfin 6% de Suisse et plus précisément 1.5% de Genève, région où je donne mes cours, ce qui représente 90 lecteurs.

Soit une petite goute dans l’océan ! Mais pour être certain que l’on ne me taxe pas de parti pris, je ne citerai pas les noms des écoles ou personnes avec qui j’ai pris ces cours.

De plus, ma conclusion saura vous convaincre que je ne cherche pas à me faire de la pub !

….De toute façon, je suis hors catégorie, vu que je suis le meilleur photographe du monde, je donne donc les meilleurs cours du monde CQFD :-P

Plus sérieusement, celui qui veut apprendre sans prendre de cours aura toutes les infos nécessaires sur mon site et mon blog, et je donne volontiers des conseils et je réponds à toute question que l’on me pose.

Si mon but était d’avoir plus d’élèves, je ne donnerais simplement pas autant de conseils sur ce blog !

Ceci étant dit, voici comment s’est déroulée mon enquête !

Mode opératoire :

J’ai commencé cette enquête il y a environ deux ans, car je la voulais la plus complète possible.

Le but étant de savoir pour un élève quelle est la meilleure structure de cours et surtout sur quel critère choisir où l’on va apprendre la photo.

Les cibles :

Je me suis inscrit à différentes formations que l’on peut séparer en 3 catégories :

  1. Cours de groupe (entre 10 et 15 personnes).
  2. Cours en petit comité (entre 3 et 5 personnes).
  3. Cours particulier (seul).

Pour chaque catégorie de cours, j’ai essayé d’avoir trois formations différentes au minimum. Je reconnais que cela a été plus simple de varier pour les cours particuliers ou en petit comité, que pour les cours de groupe qui sont généralement donnés par des écoles spécialisées.

Mais j’ai tout de même réussi à avoir plus que trois cours dans chaque catégorie !

Mon personnage :

Pour juger au mieux de la qualité des cours donnés, je me suis inventé un personnage pas trop éloigné de ma personne, et ceci pour plusieurs raisons.

Je voulais que ce personnage soit débutant, mais qu’il ait une certaine connaissance de l’image qui permettrait de justifier les questions que je n’ai pas manqué de poser pour connaitre au mieux les compétences et qualités de l’enseignant et de son enseignement.

Pour ce faire j’ai expliqué que je m’intéressais à la photo comme le début d’une passion. Que de par mon métier de graphiste retoucheur j’avais régulièrement des contacts avec le monde de l’image.

Me voilà paré pour commencer mes investigations sans éveiller de soupçon.

Sur toute la durée mon enquête, j’ai eu des périodes où je n’avais que des cours particuliers, d’autres où je n’avais que des cours de groupe et encore d’autres où j’avais tous les styles en même temps.

J’ai décidé ici de vous les classer par catégorie, histoire qu’on s’y retrouve un peu.

Les points essentiels :

Pour qu’un cours photo soit efficace et de bonne qualité, il doit comporter des points essentiels, pour ne pas dire indispensables.

Le formateur doit être capable de transmettre ses connaissances de façon aisée et surtout compréhensible pour son élève.

Il doit avoir de solides connaissances et être capable de répondre à chaque interrogation de ses élèves.

Le formateur doit savoir adapter son cours à son auditoire, et ne pas simplement débiter ou appliquer ce qu’il aura appris par cœur !

Il devra savoir créer une ambiance agréable pour que l’élève se sente à son aise.

Il devra tout faire pour qu’une fois le cours fini, l’élève sente qu’il a réellement appris quelque chose d’important !

Ce sont tous ces points et d’autres petits détails auxquels j’ai été attentif lors de cette enquête.

Les cours de groupe :

Le cours en groupe, avant même de commencer me posait quelques problèmes : le nombre d’élèves !

Je me disais qu’au vu du nombre d’élèves, il serait difficile pour l’enseignant de transmettre son savoir de façon optimale.

J’ai pu constater que parfois mes craintes étaient justifiées, et d’autres fois pas du tout.

En effet, la qualité de l’enseignement dans ce genre de groupe dépend essentiellement de deux choses :

  1. L’enseignant
  2. Les élèves

Si l’un des deux éléments cités n’est pas de « qualité » vous voilà à suivre un cours où vous n’apprenez rien ou presque.

Autrement dit, où le temps est si mal employé que vous ressortez très franchement déçu.

Si je me doute que tout le monde a compris en quoi la qualité de l’enseignant est primordiale, je pense qu’il est bon de vous expliquer pourquoi je parle de qualité des élèves.

Ceux qui lisent ces lignes et qui sont toujours en cours vont reconnaitre le portrait-robot que je vais faire d’une classe.

Sachant qu’ici les élèves viennent de façon volontaire, et qu’ils payent pour ça.

Une classe, quel que soit le cours, se partage avec les personnages suivants (qui peuvent être seuls ou plusieurs, masculin ou féminin) :

  • La grande gueule : On les reconnait très facilement, ils prennent un cours, mais ont cette envie de montrer à tous qu’ils savent tout. À tel point qu’on se demande souvent ce qu’ils font là, vu qu’ils pensent tout savoir, et parfois même mieux que le prof.
  • Le timide : Lui se cache au fond de la salle, rougit quand on s’adresse à lui et ne répond jamais aux questions. On le reconnait d’entrée de jeu, il va se placer au fond de la classe dans un coin, loin des regards, prendre des notes sans un mot.
  • Celui qui pose les questions inutiles : Celui-là est un cas que je n’arrive pas à comprendre, l’enseignant demande si quelqu’un a une question, et cette personne lève la main. Soit elle pose une question à laquelle il a déjà répondu (parfois plusieurs fois) soit une question totalement hors sujet, à tel point qu’on le regarde tous en se demandant comment une telle interrogation a pu traverser son esprit !
  • Le lèche bottes : Sans utilité aucune (car nous ne sommes pas notés) il va faire de la « lèche » auprès de l’enseignant. À la limite d’applaudir chacune de ses interventions.
  • Le prétentieux : Qui regarde tout le monde de haut, comme si « nous n’étions pas du même monde » et qu’il avait bien plus de valeur que nous… et ceci sans aucune raison apparente si ce n’est le fait qu’il est persuadé d’être au-dessus du lot.
  • Et pour finir, l’élève lambda, qui forme la grande majorité de la classe.

Si de ces élèves nait une bonne dynamique, si le groupe s’entend bien, le cours pourra avancer dans une ambiance sympathique propice à l’apprentissage.

Il faut donc une parfaite alchimie entre la qualité de l’enseignant, et les élèves pour avoir un groupe dynamique d’où l’on ressort grandi.

Sur quatre cours de ce type, je n’ai eu droit qu’à une classe qui correspond à la description harmonieuse décrite ci-dessus.

Le prof, Pascal, qui est un vrai amoureux de la photo, avait su dynamiser son groupe, et transmettre sa passion de l’image à un groupe très réceptif avec une grande envie d’apprendre.

J’en suis ressorti avec beaucoup de bons souvenirs… malheureusement, ce fut le seul.

Les autres se sont plutôt mal passés, soit à cause d’un enseignant pénible qui n’avait pas envie de travailler, soit à cause d’élèves très concentrés sur eux-mêmes sans envie de partage… et pire encore, quand l’enseignant et les élèves sont si pénibles qu’on a l’impression qu’ils se sont mis d’accord pour pourrir le cours.

  Prix très abordable – facilité pour avoir connaissance de la réputation du cours – connaissance des formateurs.
  La qualité dépend trop de facteurs extérieurs incontrôlables – le choix des dates est restreint

Cours en petit comité :

Si pour les cours en groupe le choix se fait assez facilement, car sauf exception, ce sont des entreprises ou établissements connus qui les donnent, les cours en petit comité sont plus délicats à choisir.

Il y a de grandes enseignes de la vente qui en donnent, mais pour le reste, ce sont des photographes et il est plus difficile d’avoir un retour sur la qualité de leur enseignement.

Il y a ceux qui ont pignon sur rue, on peut donc aller directement leur poser des questions, et il y a ceux qu’on ne trouve que sur internet, il est alors plus difficile d’avoir un retour.

Surtout que la description des cours est souvent très vague. Il faut reconnaitre que c’est un peu au hasard que l’on finit par choisir.

Et surtout, il ne faut pas se fier aux descriptions qui parfois sont pompeuses, mais où la qualité des cours ne suit pas.

Je n’ai d’ailleurs eu aucune bonne expérience dans ces cours, et j’en ai pris 5 du genre.

À chaque fois le formateur semblait être exaspéré d’être là, mais le pire c’est que dans les 5 cas ils avaient une connaissance limitée de leur sujet, pour ne pas dire superficielle !

Par exemple aucun d’eux n’a su me dire comment calculer le NG pour une autre valeur que 100 iso… Désespérant !

Ces cours sont souvent bien plus chers que les cours en groupe, et les enseignants ne s’écartent jamais de leurs « fiches« , le cours semble vraiment préformaté.

De plus on est souvent noyé dans la théorie avec peu de pratique.

Sans compter que, les élèves qui sont avec nous étant peu nombreux, il suffit de peu pour qu’un d’eux accapare le formateur et que les deux ou trois autres restent sur le carreau.

Dans l’ensemble je n’ai peut-être pas eu de chance avec mes choix, mais clairement des trois catégories c’est celle que j’ai le moins apprécié.

Je cherche encore…
Le prix – choix des dates et un peu tout le reste !

Le cours individuel :

À l’instar du cours en petit comité, il est difficile de trouver des références juste sur ce genre de cours.

D’autant qu’ils sont plus rares à dénicher et le plus souvent ils sont prodigués par des amateurs qui se désignent comme formateurs sans en avoir les capacités.

Il faut donc se méfier et ne pas hésiter à demander des références.

Un premier critère, qui peut sembler paradoxal, c’est d’être attentif au prix. Pas des prix trop chers, mais bien des formations trop bon marché, qui sont, sauf exception, signe que le formateur n’a pas les capacités nécessaires.

Le tri est plus long, mais au final on finit par trouver plus facilement des gens sérieux qu’avec les cours en « petit comité« , car on a plus de critères pour faire son choix et il est souvent facile de s’adresser directement au formateur.

Ici, la qualité des formations va dépendre uniquement de l’enseignant. Si vous avez fait le bon choix, vous ne regretterez certainement pas  ce cours particulier. Le formateur ne se consacrera qu’à vous et de ce fait pourra plus facilement adapter son cours à vos besoins, ce qui est un plus indéniable.

Cependant attention, dans un cours particulier, même si la théorie à toute son importance, elle ne doit pas excéder 1/3 du temps total du cours.

Il ne faut pas hésiter à vous renseigner sur le sujet avant de faire votre choix.

Cours adapté à vos besoins – formateur qui ne s’occupe que de vous – horaires au choix.
Le prix !! – Quand on tombe sur le mauvais formateur, ça fait mal, et ça arrive souvent !

Faire le bon choix :

Quelle que soit la catégorie de cours que vous allez finir par choisir, il va falloir faire le bon choix.

Pour cela, il ne faut pas hésiter à prendre des renseignements !

Téléphonez, écrivez, cherchez sur le net les retours d’élèves… etc.

Inspirez-vous des points essentiels cités plus haut dans l’article pour faire votre choix.

Il n’y a pas de méthode infaillible pour trouver le bon cours, on risque toujours de tomber sur le « mauvais cheval« .

Sur 15 cours toutes catégories confondues, il n’y en a eu que 3 qui étaient vraiment bien, 4 pas trop mal et le reste était clairement épouvantable !

Il ne faut pas hésiter à perdre du temps pour faire un choix réfléchi, après tout, vous allez payer pour apprendre, autant choisir ce qu’il y a de mieux !

Conclusion :

La première question qu’on aurait pu se poser est : « Est-ce qu’un cours est nécessaire ? »

Comme je donne des cours, je devrais écrire OUI ! … Mais je dirais non ! Un cours n’est pas nécessaire.

En réalité avec internet, de bons livres et beaucoup de pratique on peut y arriver sans avoir besoin d’autre chose.

Cependant, il est vrai que dans le cas où l’on trouve la bonne formation, un cours peut nous faire gagner du temps et nous apprendre bien plus rapidement les choses que si l’on est autodidacte.

Malheureusement, il est difficile de faire son choix.

Certaines formations peuvent paraitre géniales sur le papier et finissent par être en réalité d’une qualité médiocre. Le contraire est aussi valable.

Quand on dépense une certaine somme d’argent pour apprendre, il est normal d’espérer en retour des résultats. Rien de plus frustrant que de payer pour ne pas obtenir ce que l’on veut.

Pour finir, aucune catégorie de cours n’est parfaite, tous les styles ont leurs bons et mauvais côtés… si on oublie les formations en petit comité qui ont tous les désavantages des deux autres catégories, sans les qualités !

Pour finir, je dirais que rien ne remplace l’expérience, un cours vous aidera à aller plus vite, mais rien ne sera plus efficace que la pratique !

Dans tous les cas, je vous dis bon courage, bon cours et bonnes photos !

 

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

140 Comments
  1. Oud_s

    Franky, je pense que tu es très pédagogue et souple.

    Au salon de la photo, nous avons parlé d’un pseudo-prof qui donne des cours de studio en faisant sa pub sur le net, qui a découvert le flashmètre en 2010 (lol). Et qui édicte des règles pour tous les types de photos. Nous avons cependant tous reconnu qu’il sait bien se vendre (^^).

    Je dois former un de mes clients sur les bases du pack-shot. Pourquoi moi ? Pourquoi « partager mes connaissances » avec ce client ? Sachant qu’il a déjà un studio installé ?

    Pour 2 raisons : la première est que je lui réalise des photos très sophistiquées. Et celles-là le font rêver, il a parfaitement conscience qu’il n’a ni le temps, ni la capacité de le prendre pour apprendre. Mais il aime beaucoup (même avec une arrière-pensée commerçiale).

    La deuxième, c’est son image. Ses photos de packshot sophistiqué, je les lui fait déjà. Ses photos corporate également, pour la plupart. Et si il améliore légèrement ce qu’il fait lui-même actuellement, il va encore améliorer son image, et donc avoir besoin de photos encore meilleures, donc revenir vers des photographes qui rendent un bon résultat (je n’ai aucune prétention de monopole).

    Enfin, contrairement à beaucoup, j’aime bien transmettre et partager. La photo, c’est être vivant. Franky, donne des cours si ça t’attire des moments de bonheur et de partage.

    Amitiés

    • C’est vrai que j’adore donner des cours.

      Partager ma passion a toujours été une grande source de joie pour moi, la preuve ne est, ce blog.

      Comme tu donnes aussi quelques cours, d’après ce que je vois, et que tu es aussi un passionné, j’imagine que tu comprends très bien!

    • Passionné et pédagogue, ce sont deux choses différentes. 8)

      Un passionné n’est pas forcément un bon pédagogue, de même qu’un bon pédagogue n’a pas besoin d’être passionné. C’est juste plus agréable pour ses élèves. :tumbsup:

  2. ça fait quelques temps que je cherche des cours plus « avancé » pasque tout les cours que l’ont peut voir c’est du genre « comment ont allume notre slr pour prendre mémé en photo l’été a barrow »
    J’ai fait un cours photo il y a 4 ans environ (de base) sur 4X 3H et comme tu la dit, même si le prof était vraiment cool le reste ne suivait pas (et surtout le fait d’être tomber sur une foutue ex a ce cours aide pas) 99% du cours c’était de la théorie et ca trainais en longeur.. bref j’était saouler très vite environ 3H de cours sans pause clope c’est vite lourd c’est pour ça que j’avais mon pic-nic en cours et que j’était le seul.
    Après c’était pas le seul problème, ont était environ 7, et que 2 personne dans la sale avec des capacitée d’assimillation plus grande (moi et un autre) ce qui fait que.. certaines personne demandais de répéter des chose simple (comme par exemple pourquoi la lumière entre moins a petite ouverture.. alors que le prof a fait un topo de 1H sur la diff d’un F10 ou d’un F3.2) et toi a coté ben si tu avais compris c’était .. chiant.
    Le pire c’était le jours ou il nous a apprit a balancer les toph sur pc, plutôt que de passer 10 minutes.. ca a pris 2H et la c’était le record.. ce qui a pris 2 minutes a moi et a l’autre type.. non il a fallut faire 2H sur ça, et refus complet d’essayer les autres outils photo dispo sur le pc .. comme lightroom que je conaissais pas a l’époque.
    Enfin bref depuis la les cours je me méfie même si je voudrais avoir un autre, pasque bon je trouve que ont assimile plus vite si ont a une source exterieur qui parle et non du text a lire (je sais même pas si j’ai deja dit ça tiens)

    Le mieux serais limite les cours individuel ou a petit groupe (3 personne maxi) avec de la pratique (surtout ça).
    Et après pour moi le prof na pas besion d’être pro, temps qu’il connais le sujet et qu’il sait que durex n’est pas une marque de slr ça me va.

    • Si tu habitais pas trop loin de Genève, je t’aurais volontiers proposé des cours.

      Comme je le disais à Oud_s plutôt, la photo me passionne, et j’adore partager sur cette passion.

      Donner des cours est un pure moment de bonheur pour moi.

      Voir mon élève sourire car il a enfin compris tel ou tel chose, voir ses yeux briller parce qu’il se dit que ses futures images seront mieux avec les astuces apprise, c’est réjouissant! 8)

  3. Sarah

    Il est énorme ton article. Je voulais le lire avant d’aller à l’école, mais il est trop long. Je le lirais en revenant.

    En tout cas j’adore la photo d’illustration :-P

  4. Encore un article « fleuve » qui se lit tout seul! Bravo déjà pour cette enquête de terrain, ça n’a pas dû être facile de garder ta langue dans la poche en entendant certaines énormités, je suppose!

    Pour ma part, je n’ai pris qu’un cours, c’était il y a une dizaine d’année; une formation de 5 jours sur le développement noir et blanc. On était 6 je crois et j’en garde un bon souvenir. Une heure de théorie le matin, le reste de la matinée à faire des photos et l’après midi, tirage en labo. Le prof était très bien (ceci dit je n’avais pas le niveau en photo que j’ai aujourd’hui) et le groupe était top. J’ai appris plein de trucs et rencontré des gens extra. Il faut dire aussi que c’était à Arles ;-) Il y a peut-être un bon esprit photo dans cette ville??

    Aujourd’hui, je n’irai plus prendre de cours. Je ne suis plus débutant et j’apprends énormément avec Internet (comme ici par exemple), des livres ou des magazines comme Chasseur d’images.

    Par contre, je ne serai pas contre un master class avec un grand photographe, histoire de m’imprégner un peu du talent qu’il a ;-)

    • J’avoue que parfois cela me démangeait de corriger le prof.

      Jouer un rôle pour une enquête n’est pas aussi aisé que l’on peut penser.

      D’autant que parfois je me disais, si je laisse dire ça, les autres élèves vont apprendre des choses qui ne sont pas juste.

      C’était vraiment difficile parfois de garder le silence…je me suis tellement mordue de fois la langue, qu’elle doit ressembler à un steak haché! :lol:

      Un master class avec quelqu’un comme Vincent Munier me ferait aussi bien triper! :tumbsup:

    • Gordon Shumway

      Arrivé à vos niveau,ce n’est plus le technique qui joue.
      Vous maîtrisez très bien vos APN.

      Je pense que pour le master class, on a largement dépassé l’aspect technique et qu’il ne s’agit quasiment plus que de l’aspect artistique (composition, vision, …). Ce qui est loin d’être inintéressant. Mais on discute Art à ce niveau et ca n’a pas la même valeur que de simples cours. 8)

    • C’est pas faux! 8)

      Mais d’un autre côté, on en apprend toute notre vie, et régulièrement je découvre de nouvelles petites astuces qui facilite la vie.

      Donc, je suis presque certain que dans ce cas, j’apprendrais un tas de chose aussi, aussi bien sur la vision qu’à le photographe que sur sa façon de faire.

    • Gordon Shumway

      A ce niveau il n’y a plus de profs/étudiants, maître/élèves. Il s’agit plus d’un échange de points de vue, d’expérience, de façon de voir les choses entre gens d’un bon niveau. :$$:

      Et même (surtout) les profs ont toujours quelque chose apprendre. ;-)

  5. Marckaos

    Bonjour à tous.

    J’adore la description des élèves en préambule à l’article. Cela me rappelle l’époque pendant laquelle moi même donnait des cours, rassurez-vous pas de photographie!

    En ce qui me concerne je me contente de bouquins et d’Internet pour tenter de maitriser mon APN.

    Pourquoi ne pas avoir renseigné sur les tarifs de ces différents cours, est-ce indécent d’en parler?

    Amicalement, Marckaos.

    • Je n’ai pas renseigné sur les tarfis, car j’imagine qu’entre Genève et Paris, voir de petites ville, la notion de coût doit pas mal fluctuer.

      De plus, ici on trouve des prix de toute sorte, de 15.- CHF/H pour un cours Migros (grande enseigne Suisse), jusqu’à 200.-CHF/H pour certain cours particulier.

      Comme tu vois, difficile de donner une fourchette de prix.

      Et j’imagine que selon la région les tarifs peuvent encore plus fluctuer!

  6. Très bon article comme d’hab’ !
    J’ai ma propre expérience en terme de « cours » pour moi ça aura plutôt été des stages offerts par ma famille …
    Le premier je me suis retrouvé seul tout un week end avec un photographe qui m’a vraiment appris pas mal de chose notamment sur la gestion de la lumière. La photo c’eétait son boulot et il donnait des petits cours pour arrondir ses fins de mois, bref un mec qui savait de quoi il parlait et qui savait communiquer ses connaissances.
    Le second a été un stage de photo nocturne sur Paris, un groupe d’une dizaine de personne de tous les niveaux, un formateur pas franchement présent, bref pas l’extase et ça s’est réduit à une balade sur paris avec le pied sans plus de conseil que « bdb sur lumière incandescente et sous exposer de 2 IL … » En gros de l’argent balancé par les fenêtres …
    Enfin le troisième et dernier à eut lieu courant septembre, un stage photo sur la photo macro et proxy que j’ai trouvé intéressant avec un prof qui savait de quoi il parlait et qui s’est montré capable de s’adapter à son auditoire …
    Comme tu le dis dans ton article pour ce genre de cours il est très difficile de se faire une idée du formateur avant de l’avoir en face de soit et pour moi c’est quand bien plus agréable d’être en petit groupe voir seul … Après il faut vraiment cibler ses besoins, son niveau et ses envies avant de se lancer quand on voit les prix pratiqués …

    • Avant tout merci pour le compliment!

      En effet, tu as raison de souligner que chaque photographe à sa spécialité, et que choisir selon tes besoins est une très bonne idée.

      Je parlais là de cours débutant, mais il est clair que pour les cours plus avancer, il faut encore plus faire attention, car la notion de spécialisation va être capital.

      Prendre un cours sur la photographie d’oiseaux avec une personne qui ne connait rien au volatile, c’est une très mauvaise idée! 8)

    • Bien sûr, tout les jours.

      Plus sérieusement, je peux donner un cours d’initiation à la macro, car la théorie je la connais.

      Si la personne veux pousser plus loin, je passe la main…du moins pour le moment, car l’année prochaine je serais peut-être plus calé et capable de transmettre mon savoir! 8)

  7. Dans le choix d’un cours il faut que l’élève soit capable de donner un niveau sans quoi il risque de tomber dans le mauvais groupe.

    C’est aussi pour ça que je préfère les cours en individuel avec une personne spécialiste du domaine choisi (animalier macro, nocturne etc) car quoi que l’on puisse dire chaque domaine de la photo à ses caractéristiques

    • C’est vrai que pour un élève choisir lui-même son cours selon sont niveau est parfois quelque chose de délicat.

      Par exemple, certaine enseigne donne un cours d’initiation et un cours débutant.

      Le cours d’initiation est réellement, puisqu’il présente l’appareil photo.

      Quelqu’un qui à déjà fait un peu de photo, je parle de photo familiale, qui sait ou se trouve le déclencheur, va clairement s’ennuyer dans un cours d’initiation.

      Pourtant, parfois peu sûr d’eux, les débutant on tendance à se sous-estimer et faire ce genre de choix.

  8. Pour finir je dirais que c’était très intéressant! Bon je suis plutôt dans la catégorie « autodidacte ». Je pense qu’on peut se trouver un mentor en pratiquant pour affiner les points où l’on « pêche » ou ceux où l’on peine à comprendre. :-?
    Les livres c’est bien mais parfois on a dû mal à mettre en pratique autrement que par l’échange avec une personne je pense! :-P

    Pour finir, il faudra qu’un correcteur repasse mais là je n’ai pas le temps. :mrgreen:

    Bon j’arrête de te charrier sur la fin de ton article. Il était très bien et je te remercie d’avoir pris 15 cours dont tu n’avais pas besoin pour nous écrire tout ça! :tumbsup:

    • Ma correctrice est en congé pour le moment…les études avant tout!

      Sinon, j’ai effectivement pris 15 cours, et certains m’ont coûté les yeux de la tête pour offrir au final un résultat médiocre.

      Mais je ne regrette pas, c’était une très bonne et enrichissante expérience, deux ans de travail pour obtenir un vrai retour sur ces cours, pour moi c’était une bonne chose.

      De plus, j’ai pu noter certain point faible que j’avais et « piquer » quelque astuce pour mes propres cours, au final j’en ai même tiré quelque chose pour moi et mes élèves.

      Mais le principal, c’est que j’ai pu écrire cet article, et j’espère très sincèrement qu’il pourra être utile!

  9. Super article fort intéressant qui me conforte dans mon choix de rester autodidacte :zooh:
    Personnellement je préfère apprendre ce qu’il me faut pour faire telle ou telle chose une fois que j’en ai envie et que j’en ai besoin. De toute façon je préfère apprendre les bases en lisant énormément et je trouve que la meilleure école est la pratique et non le théorique. Et comme tu le dis toi même, nous disposons aujourd’hui (internet, livres et j’en passe) de tous les outils nécessaire au développement personnel et solitaire : pas d’impératif de temps, lieu, argent…
    Puis quand je croise certains formateur dans les rues de ma ville (ville bien connus surtout pour ses rencontres) je me pose la question sur le bien fondé de cette pratique :mrgreen:
    En revanche, si tu avais été plus proche je ne dis pas que mon discours aurait été forcement le même et que je me serais peut être laisser tenté.

  10. cyril

    Merci pour cet excellent article.
    Habitant sur Paris, je recherche actuellement un stage du format 4 x3heures. Vu la quantité de formations proposées, il est très difficile de faire un choix et je ne voudrais pas me faire avoir car vu les tarifs annoncés… Cet article va me permettre de faire un peu le ménage !! Merci encore pour le retour d’expérience.

  11. Bonjour,

    Premier commentaire sur ce blog que je suis depuis un moment, justement pour apprendre. Merci au passage pour ce partage (ça, c’est mon côté lèche-botte :hihi: ).

    J’ai adoré tes « élèves-type » que je rencontre toutes les semaines dans les formations que je donne (pas en photo, je n’oserai pas !) mais tu as oublié l’élève « hyper-impliqué » bourré de questions intelligentes et super moteur de groupe… tant qu’il est seul dans son genre. A partir de deux, ça commence à devenir épuisant avec risque d’exclusion des autres.

    Ensuite, j’appuie ce que tu dis, aucune formation ne peut se passer d’une majorité de pratique (sinon c’est un exposé, pas une formation). Qui apprendrai à conduire sans prendre le volant ?

    Enfin, faut-il prendre un cours ? Il faut au moins se confronter aux autres et si ça prend un cours pour ça, prenons un cours. Sinon les clubs, les rencontres… L’information ne suffit pas. Pendant que mon fils au visage magnifiquement surexposé prenait la pose devant deux ravissantes jeunes femmes au salon de la photo, j’ai discuté cinq minutes avec leur « prof ». Passionnant, passionné, et assez intelligent pour comprendre en une seconde que j’en avais besoin d’au moins dix pour saisir ce qu’il me disait. J’ai hâte d’essayer les « trucs » que j’ai appris comme ça, au bord d’une allée encombrée de monde.

    • Je dis bien que les cours sont un plus, et c’est sûr que ce sera toujours plus facile avec que sans.

      Mais je pense, malgré le fait que je donne des cours (je me tire une balle dans le pied?) que quelqu’un qui à de la facilité avec la lecture, s’il prend de bonnes infos, qu’il lit beaucoup et pratique peut s’en sortir.

      Ce sera plus long, mais il finira par y arriver.

      Surtout s’il je joins parfois à des sortirs entre photographes, comme certaines sont organisées sur Twitter où sur certains forums.

      En tout cas, merci pour ton premier commentaire très complet!

      • Oud_s

        Oui et non. Maintenant, j’éprouve le besoin de voir d’autres travailler. Pas pour apprendre des règles ou les imiter, mais pour casser ce qui devient un train train.

      • Oud_s

        Plutôt une balade avec eux, un échange en réel, boitier ou flash en main. Je suis très observateur et curieux. Et surtout, je sais parfaitement que ce ne sont que des idées, des bases à travailler.

        Et comme aucun photographe ne travaille pareil qu’un autre, c’est toujours constructif, d’échanger …

  12. Lorenzo

    Merci pour cet article, très utile comme d’hab :-)

    Dernièrement, j’ai pris des cours particulier avec un excellent prof avec qui j’ai eu la chance d’avoir un bon feeling et qui s’y connait extrêmement bien en photo. J’ai pris une bonne quinzaine au total… si je devais tirer un bilan voici ce qui en ressortirait :

    1. malgré le fait que je m’étais bcp auto-formé à l’aide d’internet avant de commencer ces cours, je dois dire qu’il y a tout de même une grande différence entre lire et pratiquer
    2. il est extrêment important que le formateur soit une personne organisée (structure et cohérence de l’ensemble des cours, fil rouge de chaque cours, support papier, etc)

    Bilan très positif in fine, je suis particulièrement satisfait d’avoir suivi ces cours même si je ne suis pas allé jusqu’au bout du programme (d’ailleurs je vais certainement reprendre contact avec lui pour terminer ce que nous avons commencé).

    L’unique point négatif serait au niveau de la théorie et du support papier. Il est vrai que si les sociétés type Migros ont une structure bien formatée avec des enseignants qui ne sortent pas du cadre de leurs cours, le support papier que l’élève reçoit l’aide et l’aidera certainement un bon moment avant qu’il soit parfaitement capable d’appliquer sa théorie instinctivement.

    En revanche, un formateur particulier autant passioné puisse-t-il être par la photgraphie n’a peut être pas nécessairement cette même structure pédagogique en place et même s’il est vrai qu’il est agréable de faire bcp de pratique, la théorie et s’assurer que celle-ci soit bien comprise a aussi un rôle important.

    Par conséquent, si je puis vous donner un conseil, assurez-vous que votre formateur fasse un PV de chaque cours des sujets traités lors de celui-ci. Ceci permet à l’élève, x mois/années plus tard, de pouvoir s’appuyer sur ses cours pour se remémorer certains points.

    • Merci pour ton com!

      En effet, tu fais bien d’appuyer sur le fait que la documentation qui va avec la théorie est primordial, et n’hésiter à taper sur ton formateur s’il a oublié de t’en donner une partie, je suis certain qu’il se fera un plaisir de corriger le tire! :lol:

      Sinon, je pense que tu as fais un très bon résumé des choses importante et merci pour ton compliment! 8)

  13. Gordon Shumway

    SI UN COURS EST NÉCESSAIRE !!!!

    Ne serais-ce que parce qu’un prof peut corriger un/des défaut(s) ce que ne peut pas forcement faire un livre et évite de faire perdre beaucoup de temps. C’est le but principal du prof. L’expérience ne suffit parfois pas. Des fois, le « sujet » manque de « jujotte » pour trouver la solution, et c’est valable pour tout le monde (un ex. est le petit théorème de Fermat). :mmmh:

    Après que le prof soit un ami ou un correspondant sur un blog ( :nange: ) ou un vrai pro ben ca dépend des circonstances.

    Le problème est que souvent les cours nécessites des personnes TECHNIQUES ET PASSIONNÉES et qu’il est parfois difficile d’en trouver pour satisfaire tout le monde. On trouve le même problème en informatique.

    -début du mode critiqueur
    Le défaut de ton article, c’est que tu juges les cours avec tes connaissances et ton recul (ce qu’il te sera à jamais impossible de désapprendre). Tu seras toujours incapable de te mettre véritablement à la place d’un élève. Il aurait fallu un vrai néophyte. :-P
    -fin du mode critiqueur

    Revoir quelque chose qui a été assimilé peut être vraiment chiant alors qu’un néophyte pourra prendre de nombreuses heures pour le comprendre.

    Pour les petits comités, je pense au contraire que c’est le meilleurs moyen d’avancer (4/8 personnes).
    Car il y a assez de personnes pour faire de l’émulation et assez peu de personnes pour avancer rapidement et passer assez de temps avec chacun. Il est ainsi plus facile de corriger rapidement un élève et de suivre attentivement tous les élèves.

    Les défauts que tu soulèves ne sont pas du a la structure du cours (ie le nombre d’élèves) mais à la qualité
    des enseignants que tu as rencontré pour ce type de cours. Cela doit essentiellement provenir du fait que ces cours ne sont peut être pas assez rentable pour mettre quelqu’un de compétent.

    Après, tout dépend de le synergie (ahh ouuiii j’aime ce mot) qui s’instaure entre élèves et profs. Et effectivement, ce qui est très chiant, ce sont les gens qui s’inscrivent en tant que débutant alors qu’ils sont avancés. Aucun intérêt et ils gênent vraiment.

    • En fait, tu ne vas peut-être pas me croire, mais je me doutais que je pouvais avoir des problèmes de recul, apprendre encore ce que j’ai déjà appris était forcément un élément à ne pas ignorer.

      J’ai donc essayé de pallier à ce problème de deux façons.

      La première était l’envie qu’à ma petite maman d’apprendre et sa flemme chronique à ce mettre au boulot.

      Franky tu me règles mon appareil pour prendre cette photo…

      Je lui ai donc proposé de prendre certains cours en duo avec moi.

      Le deal était simple, elle apprenait, et ce qu’elle ne comprenait pas, je pouvais lui expliquer dans le cours.

      L’avantage, c’est qu’elle était obligé de venir une fois qu’elle avait accepté.

      Bien entendu, elle n’a pas fait les 15 cours avec mois.

      Mais simplement un en cours de groupe et deux en comité restreint.

      Le reste du temps, j’essaye de me lier d’amitié avec un des élèves pour avoir son ressentie.

      Et pour les cours où j’étais seul, je ne pouvais compter que sur moi.

      Tu vas donc me demander pourquoi je ne l’ai pas expliqué dans mon article.

      La réponse est simple.

      Mon élève test, ma petite maman, n’a pas pu venir à tous les cours, et je me suis vite rendu compte qu’au bout de trois cours elle avait le même problème que moi…le niveau débutant, elle connaissait par cœur!

      Quant au fait de me lier d’amitié avec quelqu’un, me permettaient d’avoir un retour et de pouvoir facilement poser des questions, mais je devais aussi me fier à lui sans connaitre sa réelle capacité à comprendre.

      La personne serait très réceptive? Pas réceptive?

      J’ai donc encore une fois pallié à ce léger problème en posant des questions aux autres élèves mine de rien.

      Tu vas me demander pourquoi je ne l’ai pas précisé dans l’article, la réponse est simple.

      Ce n’était pas une constante que je pouvais répéter.

      Je n’avais pas d’élève témoin qui pouvait être neutre.

      J’ai donc préféré ne pas créer le doute dans la tête de mes lecteurs en « omettant » cette partie de la mise en place qui m’a pourtant causé bien des soucis! :-P 8)

      • Oud_s

        A l’occase, si tu as besoin, tu me donnes un « pseudo » cours par skype/msn.

        Je fais très bien l’ignare à ce propos ;) et surtout, ça te permettra d’avoir un point de vue « hard ». Amitiés

      • Promis, je vais y penser.

        Mais je te rassure quand même, j’ai moi-même pris des cours pour apprendre à donner des cours.

        Je suis donc un vrai formateur!

        Mais sinon, pour le fun, je te donnerais une fois un cours par webcam interposée!

        • Oud_s

          Je prendrai des notes ^^, et te donnerai un avis. Pour préciser : donner des cours ne m’intéresse pas, en ce sens que je n’ai ni la patience, ni l’envie d’être pédagogue.

          De plus, si je devais en prendre, on partirait plus dans un coté ultra-technique, qui nécessite de très très grosses bases auparavant. Comme par exemple, une formation dispensée au sein d’un fabricant de matériel très spécialisé. Ou là, le contact avec le technicien ou l’ingénieur m’apporte plutôt un « ouverture » vers des pistes artistiques.

    • Gordon Shumway

      Merci pour les précisions. :tumbsup:

      Donc, en fait, la plus grosse difficulté est de savoir ce qui se cache derrière les mots comme par ex le qualificatif de débutant, intermédiaire et avancé. :hihi: De même, avoir un cours sur la PDC, ca peut aller de 15 minutes à beaucoup plus. :mmmh:

      C’est le problème de tous les cours pour des activités de « loisir ». Chacun met ce qu’il veut dans le descriptif (souvent en fonction du niveau du prof) et fait ce qu’il veut derrière. :lol:

      Et je maintiens que le petit groupe doit être la meilleure solution même si tu es convaincu du contraire. Le problème est de doser l’homogénéité du groupe. D’où le point un.

      Cela permet d’avoir l’émulation sans le désavantage du trop grand nombre.

      En fait, une des meilleures solutions serait de pouvoir essayer un cours avant de s’inscrire. Genre premier cours gratuit pour tester le niveau. :)

      • Oud_s

        C’est pour cela que je parle d’échange arrivé à un certain niveau (c’est valable dans tous les domaines).

        J’ai eu un moment de gloriole la semaine dernière, au salon de la photo. Sur le stand d’un constructeur, un type arrive avec un boitier et je pense un 70-200 2.8. Il demande un convertisseur 2x, le monte et râle direct : « C’est bien 2 diaphs que fait perdre le convertisseur ? Ben alors pourquoi le boitier m’affiche 5.6 ? »

        Bon. Voilà. les bases de fonctionnement simples. Une lacune incroyable. Énorme comme truc. Je n’ai évidemment pas résisté, et lui ai expliqué qu’en fait il y avait 4 demi-diaphs d’écart. Avant évidemment de lui expliquer.

        Ce genre de notions je pense qu’un cours en réel avec support écrit peut vraiment faire gagner du temps, et du plaisir dans la pratique.

      • C’est drôle, car expliquer les diaph (ou IL) à mes élève se fait assez facilement, mais ils comprennent rarement tout de suite, puis, d’un seul coup ils ont le déclic.

        Pour les iso ou la vitesse d’obturation, ça va, mais pour l’ouverture, comme il ne connaisse pas les ouverture de base, ils ont un peu de peine.

    • En fait, c’est exactement ce que je fais.

      Sans rire, la première rencontre est gratuite, là où je vais parler avec la personne, regarder son niveau, discuter de ses besoins et envie….c’est gratuit.

      La totalité des formateur que j’ai rencontrer, tu téléphones et tu convient du rendez-vous pour le premier cours…et donc, tu payes pour la première rencontre.

      Comme toi, je pense qu’un élève pour être bien doit avoir le filling avec son formateur, une première rencontre (qui dure en règle général 30 minutes) est indispensable à mon avis!

  14. Tres bon article d’investigation. 2 ans de travail et des heures de filature 8-O , un résultat qui sent le vécu
    Ce que j’aime dans le cours en groiupe, c’est le partage de la passion. C’est pas évident de parler de sa passion avec des non passionnés. En Groupe qu’en on s’entend bien, il y a un coté « secte » :twisted: et private joke qui renforce l’envie de partager et progresser :ll: :ll: .

    • Gordon Shumway

      Pour le partage, il est aussi amusant de se mettre à la portée des autres (pas pour se moquer mais pour « travailler » sa qualité d’expression et de se mettre à la place de l’autre). Ca permet aussi, au passage, de se remettre en question et de savoir si on est capable de transmettre correctement un savoir et une passion.

      Et puis des fois, on se fait surprendre par un point de vu original et inattendu et la c’est le pied. :$$:

      Argh zut, ca fait un peu trop prof tout ca …. :oops2: :nawak:

      • Gordon Shumway

        Je cherche pas à être prof, de toute façon on ne m’a jamais formé à ça. :-o
        Je fais juste semblant. :-P

        Après tout, être prof c’est être fonctionnaire.

        Par contre, les salaires suisses sont quand même plus intéressants.

      • Surtout les salaires d’enseignant en suisse! Être payé 100.-CHF/H (pour des heures de 45 minutes) dès la première année et pour le niveau primaire, avoir 4 mois de vacances et des classes de maximum 15 personnes, j’imagine que c’est un peu le paradis de tout les enseignant! :)

      • … Mais tu n’es pas fonctionnaire? :roll:

        Un Maître de Conférence aspire à être professeur non? :-P
        Bon ok, l’HDR ça demande un minimum de boulot… c’est plus dur de faire semblant. :lol: :lol:

        [Edit] Je ne parle pas de l’HDR attendu sur un blog photo mais de l’Habilitation à Diriger les Recherches.

    • Le bouche à oreille fonctionne très bien.

      Ce qui marche aussi, c’est les demande spontanées.

      Très souvent quand les gens me voient donner un cours dans la rue commence à me poser des questions.

      Si d’eux-même il demande la carte de visite, c’est gagné, j’ai un client de plus :lol:

  15. cool, moi qui me demandais s je demanderai pas des cours photos pour noel en cadeau^^
    ben du coup je ne sais pas

    en tt cas super article, merci de t’être autant investit pour nous écrire ce bel article.

    Pour le moment je continue avec internet, mes livres , je pense que pour noel je vais demander autre chose.

    J’aimerai bien vivre en suisse ça doit etre trop chouette un cours avec toi, tes super sympa.
    tu veut pas venir en donner un a paris, j’suis sur que t’aurai un paquet de personnes, moi la première ^^

  16. Bah moi des cours j’en ai tout les jours ! Et je bouffe de la photo toute la semaine !
    En meme temps… Normal quand on est en BTS Photo.

    Faudrait que je regarde, je crois que mon ecole propose des journées de formations. Si c’est vrai, je pense qu’elle valent vraiment le coup.

    • Très bonne idée de nous donner un retour.

      On devrait lister les endroit et lieu qui donnent des cours de bonne qualité.

      Ce serait bien pour quelqu’un qui cherche d’avoir le retour de personne qui ont déjà essayé la formation.

    • Le problème c’est le suivi.

      Les cours peuvent se dégrader, disparaître, ou d’autres formations exister… bref, ça part d’un bon sentiment mais il faut un suivi régulier du niveau pour que ce soit vraiment intéressant.

      Ce n’est pas simple à faire, il vaut peut-être mieux pointer vers un forum où la discussion pourrait rester plus d’actualité et toucher un plus large public.

    • Chopperrette:
      Le pro­blème c’est le suivi.

      Les cours peuvent se dégra­der, dis­pa­raître, ou d’autres for­ma­tions exis­ter… bref, ça part d’un bon sen­ti­ment mais il faut un suivi régu­lier du niveau pour que ce soit vrai­ment intéressant.

      Ce n’est pas simple à faire, il vaut peut-être mieux poin­ter vers un forum où la dis­cus­sion pour­rait res­ter plus d’actualité et tou­cher un plus large public.

      C’est vrai que c’est pas facile à mettre en place, c’est donc à murement réfléchir, mais si je fais ça, ce sera un peu sous la forme d’un site….mais peut-être est-ce trop compliqué?

  17. super la démarche, mais il faudrait carrément un classement avec des niveaux, etc…bref un guide.
    parce qu’il y a bcp de cours, bcp de sujets différents, de niveaux différents, et pas toujours la réponse qui correspond à l’attente.
    Je prendrais bien des cours, peut être sur des sujets un peu pointus, mais difficile de trouver les offres, et difficile de savoir si c’est ca qu’on cherche ou pas.

    • Sans rire je veux bien passer quelques jours à Paris pour donner quelque cours, mais je le ferais en profitant d’un séjour, autant joindre l’utile à l’agréable. 8)

  18. Mél'Ly Mello

    Merci pour ces conseils!
    Je pense aussi que ce n’est pas la peine de prendre des cours et puis sur votre site j’ai trouvé des renseignements très intéressants! :o)
    J’ai le « Photo numérique pour les Nuls » et quand on s’y penche un peu…on trouve des choses bien utiles sur l’exposition et la mise au point surtout…:o)

    Mél’Ly

    • Pas tout le monde à besoin de prendre des cours.

      En fait, on peut trouver toutes les infos nécessaire sur internet, entre autre, sur mon blog.

      Mais certains préfèrent avoir des cours pour comprendre plus vite et plus simplement. 8)

  19. Mél'Ly Mello

    Ohhh làààà! Euhh… je viens de m’inscrire sur le blog…
    Comment puis je faire pour changer cette horrible, hideuse, image de mon profil????!!!!!
    merciiiiiiiiii d’avance !! ^^

  20. Mél'Ly Mello

    Plus lisible effectivement sous « écrire un commentaire » mais j’avoue que les « modes d’emploi » comme les « CGV »… c’est pas trop mon truc ;)

    Je ne suis pas une blogueuse pour deux sous mais là…avec ce site…sujets et commentaires bien enrichissants et je me devais de te féliciter!!

    J’aurai appris des choses aujourd’hui ;) coool!

    merci et bon courage, bonnes photos ! :p

  21. Cher Darth,

    Il y a une méthode de cours que tu n’a pas pu tester, la mienne !
    Je propose depuis peut des cours photo à distance (par téléphone, album web et webcam)
    Ca existe pour d’autres sortes d’enseignement, mais pas encore pour la photo !
    Je suis en phase de test, et j’offre un mini cours de photographie gratuit, il suffit de s’inscrire, pour que je rappel et entamer une discutions sur la photo.

    • On sent que ton commentaire ressemble à un gros coup de pub….

      Mais soyons faireplay, je vais le laisser.

      J’avoue que je suis un peu perplexe à l’idée de donner des cours photos par téléphone ou webcam, mais peut-être que cela fonctionne.

      Bref, je te souhaite vraiment bonne chance pour ta démarche! 8)

  22. Boursignol

    Bon ben, je crois que je pourrais donner des cours de photos alors parce que moi, je peux t’expliquer comme calculer le NG pour une autre valeur de 100 iso. J’ai appris ça sur un blog assez sympa… Si tu me le demandes gentiment je te donne l’adresse.

    Plus sérieusement, je fais un petit passage ici pour confirmer que je tiens bon et que comme je l’avais annoncé il y a quelques temps, je poursuis la lecture systématique de ton blog, commencée depuis le début. Je sais, je suis lent et encore loin d’être au bout. Mais bon, j’ai quelques circonstances atténuantes. Il y a beaucoup à lire et il me faut le temps d’assimiler et de mettre en pratique. Et puis, je suis belge mais bon ça je sais, ça compte pas….

4 Pings & Trackbacks
  1. [...] quelque chose de nouveau ?Plusieurs questions qui ont très bien été abordées par Franky sur son blog (super blog photo d’ailleurs !) qui a testé les 3 types de cours. Etant lui-même formateur, [...]

  2. [...] Gobert a choisi de tester un cours photo: A lire! Vous pouvez également jeter un oeil sur l’enquête qu’avait fait Franky il y a une an sur ce [...]

  3. [...] Enquête: Les cours photo – comment trouver celui qu’il vous faut?! | Darth’s Blog [...]

  4. [...] Enquête: Les cours photo – comment trouver celui qu’il vous faut?! | Darth’s Blog [...]

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓