Les fêtes

geneve-plat-de-fete

Voilà, le temps arrive ou la ville se couvre de lumière et où tout le monde se creuse la tête pour savoir quoi offrir … et à qui.

C’est aussi la période ou tout bon photographe est en effervescence, il essaye par tous les moyens d’immortaliser les belles décorations qui parent nos cités.

Haaa! Que tout ça est parfait, enfin presque….

Parce que dans ce splendide décor, on oublie une petite chose, les fêtes ça se fête!

Et là, je ne pense pas qu’à Noël ou Nouvel An, mais bien à toutes les fêtes qui vont réunir la famille et les amis.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi les fêtes sont devenues un moment redoutable, photographiquement parlant je veux dire, car pour le reste j’adore!

Une grande fête est organisé, Noël, Nouvel An, l’anniversaire des 20ans de Julie, le mariage de Jean, le baptême de Sarah….j’en passe et des meilleurs.

C’est le genre de fête de famille où votre passion pour la photo va être mise à rude épreuve!

Si vous êtes comme moi et que votre grande joie lors de ce genre de réunion est de photographier votre assiette et toute chose totalement inutile qui n’intéresse que vous….et bien c’est mal parti!

Vous êtes en tant qu’amoureux de photo désigné de force comme LE photographe de la fête….et c’est là que les galères commencent!

Fini votre petit délire culinaire qui vous donne pourtant tant de satisfaction, vous voilà embarqué de force comme photographe officielle de la soirée….que ça vous plaise ou non!

Plus la fête est importante, plus les problèmes vont s’accumuler.

Attention, je ne parle pas de problèmes de prises de vus, non, des problèmes bien plus dramatiques, les problèmes que provoquent votre famille adorée.

Première étape (la demande):

Le plus souvent, la demande est aussi simple et subtile que ça:

Toi qui aimes la photo avec tout ton matériel tu feras les photos de la fête !

Ce qui est en règle général ne souffre d’aucuns refus!

Jusque-là, tout va bien.

Il faut avouer qu’on est souvent flatté de cette demande, du moins la première fois, la deuxième on est tout de suite moins enchanté!

Deuxième étape (les préparatifs):

Ici tout devient difficile, car rien n’est fait pour aider le travail du photographe.

Et comme vous faites partie de la famille, vos remarques sont autant prises en compte que celles du chien.

Pour toute réponse on a généralement le droit à un:

Tu te débrouilleras très bien.

Le fait que la salle soit rouge du sol au plafond, que l’éclairage soit un mélange de bougies, lampes tungstènes, de néons et d’une boule disco surmontée d’une lumière bleue….ne doit pas vous faire peur!

On respire un coup, et là on entend:

Tu restitueras bien l’ambiance…hein!?

Beh oui! Pourquoi pas, tant qu’on y est!

On pourrait changer un truc ou deux, comme le spot de 5’000 watts…ce n’est pas excessif avec les bougies ?!

C’est bien sûr hors de question, faudrait pas bouleverser la déco de tati Jeanne experte autoproclamée “Décoratrice d’intérieurs”, elle a tous les numéros de “viva déco”.

Troisième étape (la fête):

Vous arrivez et constatez avec soulagement que les conditions de prise de vu sont peut-être moins difficile que vous ne l’aviez imaginé.

Un peu rassuré vous prenez quelques photos test. C’est là que vous découvrez le menu (buffet ou autre) qui vous fait tant envie et que vous ne pourrez de toute façon presque pas toucher.

Mais votre gout prononcé pour ce genre de photo vous pousse à prendre quelques clichés :

Hé! Mais va plutôt prendre tonton Jean qui joue des culières plutôt que le saladier…ce n’est pas intéressant!

Flash en place, carte mémoire prête, mesure spot et en RAW pour palier à l’éclairage affreux…et tout le monde qui ce place devant votre objectif avec des sourires forcés et des poses hallucinantes.

Mais où est-ce qu’ils ont bien pu apprendre à faire ce genre de contorsion?

Et pourquoi il y a toujours une fille qui penche la tête comme si elle avait mal au cou, une autre qui met sa main sous le menton…etc.

Les hommes ne sont pas mieux, entre celui qui se sent obligé de faire des grimaces et l’autre qui pense que s’il fait un sourire il risque de mourir, on a de quoi faire des crises de nerfs.

Il y a aussi les faux timides qui refusent qu’on les prenne en photo se cachant de 1’000 façons et qui courent vers vous:

Je peux voir la photo?

Mais tout ça ne s’arrête pas là…malheureusement.

Vous n’avez pas 5 minutes de pause, pas le temps de manger, car tout le monde veut ça photo, mais surtout veux voir sa photo et voir…toutes les photos que vous avez faites.

On imagine alors la meilleure esquive:

Ha….désolé, je t’aurais bien montré les photos, mais l’écran arrière est cassé…dommage!

*sourire hypocrite*

Et surtout, n’ayez jamais, au grand JAMAIS la mauvaise idée d’oublier quelqu’un! Je vous en parlerais après. Il faut prendre TOUT le monde en photo, même ceux qui refusent, de force en les scotchant au mur s’il le faut!

Pendant la fête, on a aussi droit aux questions du genre:

Pourquoi tu fais un coup de flash au plafond, ça ne sert à rien d’éclairer le plafond!

N’essayez pas d’entrer dans une explication, cela ne servirait à rien. Faites un sourire et dégagez en touche:

Wouaw, mais ta robe (costume, cravate chaussure..etc) est vraiment classe, tu l’as acheté où?

Parce que des remarques sur votre matériel et votre façon de photographier, vous allez en avoir, par dizaine, par centaine, tout au long de la fête.

Vous aurez droit à celui qui pose des questions en toute bonne foi, mais qui ne va rien comprendre à vos explications.

Vous avez celui qui va vous poser des questions sans vraiment attendre de réponse.

Puis mon préféré, le cousin jaloux qui à son appareil photo autour du cou, mais qui n’a pas été choisi comme LE photographe et qui va vous sortir une phrase gentille du genre:

Pfff, t’es obligé de prendre tout ça pour faire des photos ?!

Mais on a aussi l’inverse:

Avec un matériel pareil, normal de faire des belles photos!

Merci, nous, on y est pour rien, heureusement que l’appareil est là!

Quatrième étape (le retour à la maison):

Si vous avez réussi à passer la soirée sans mourir de faim et sans tuer quelqu’un, vous allez maintenant devoir triller les 20’000 photos que vous avez faites.

Attention, cette étape est CRUCIALE, car personne n’est jamais totalement content, mais tout le monde veut les photos.

On a ceux qui vont nous offrir le texte type:

Ho, il n’y a que 5 photos de moi, mais pourquoi avec toutes celles que tu as prises?

On va éviter de lui répondre qu’elle a mis toute la soirée les mains devant le visage en disant “arrête, je ne suis pas photogénique”

Si par malheur vous avez oublié quelqu’un, que Dieu vous en préserve, car entre le pauvre délaissé et tout le reste des invités vous n’avez pas fini d’en chier…heu…je veux dire de le regretter!

Pourquoi tu ne m’as pas pris en photo, tu ne m’aimes pas?

Il n’était pas assez bien à ton gout?

T’as bien fait le vieux Roger c’est un con!

Pff, si c’est moi qui avais fait les photos elles auraient été meilleures et je n’aurais oublié personne!

Le pire, c’est que cette oublie vous suit année après année:

Ha ha n’oublie personne cette fois…

Sourire de circonstance et envie de commettre un homicide.

Il y a aussi les:

  • “c’est tout?”
  • “c’est sombre”
  • “c’est trop clair ”
  • “je ne suis pas bien sur cette photo”
  • “mais où est tonton André”
  • “je tournais la tête”
  • “Au final, tu n’es pas si doué”

Malgré que tout le monde ai quelque chose à dire sur vos photos, ils vont TOUS les réclamer!

Pas que sur un CD, ils voudront un tirage papier pour mettre dans l’album en plus du CD:

Regarder les photos en vrai, c’est tellement mieux

Ha, parce que sur un écran les photos sont fausses?

Cinquième étape (enfin seul):

Après votre sortie de l’hôpital pour dépression nerveuse et votre serment de ne plus jamais faire de photo de famille, vous retourner devant votre écran.

Et là, se trouve la photo de ce petit plat si bien présenté, vous avez fait votre photo inutile!

Le pire, tout le monde s’en fou, personne ne veut la voir, mais vous la trouver si sympa, ça vous donne presque envie de rephotographier une fête!

….Heu….enfin, faudrait quand même pas exagérer!

Bon courage….et bon courage!

PS: Bien sûr, ce texte est sarcastique et à prendre au second degré…quoi que… ;)

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

33 Comments
  1. Danielle

    Que c’est bien dit et tellement réel !
    et, lorsque vous êtes photographe débutant … mais que vous avez un appareil qui fait forcément des photos réussies sans que vous y soyez pour quoi que ce soit ….
    et bien, il est difficile de s’en remettre et d’affronter les regard apitoyés ou courroucés de la famille !!! parce que les photos ne sont pas si terribles que cela ….

    • Hé oui, mais c’est le genre de situation qui prévaut pour tout le niveau rassure toi.

      Que tu sois débutant, expert, pro…la famille est souvent un publique difficile.

      Parfois à l’opposé un public trop gentil.

      Tu fais une photo (un paysage par exemple) tu leur demandes leur avis, et c’est toujours magnifique…même s’il ne le pense pas! :mrgreen:

      Il n’y a que pour les fêtes et autre événement qu’ils deviennent particulièrement difficile ;)

  2. Gunter

    C’est vraiment comme ça.

    Ton article m’a fait beaucoup rire, il est très réaliste.

    En plus ta photo ma donné faim, ce n’est pas bien pour mon régime.

  3. +1 : c’est effectivement tout à fait ça.
    Très jolie photo Darth. Chaque convive avait ce dessert ? Ça met l’eau à la bouche.

    Quand j’accepte de faire ce genre de photos, c’est toujours à mes conditions : ”
    -d’accord, mais ce sera en noir et blanc, dans mon style, …”
    – Oui, pas de problème … ”
    :grin:

    Je ne vous dis pas le malaise à la vue des photos !

    Mariage :

    • Gunter content que la photo te donne faim, ça prouve que je l’ai pas trop mal réussit!

      Marc pour le flash, c’est du vécu…et pas qu’une fois le pire!

      Jérôme merci pour le compliment, très touché, surtout venant de ta part!

      Effectivement, tout les convive avait droit à ce dessert qui en plus d’être beau était très bon.

      J’imagine qu’avec ton style les gens doivent être vraiment supris.

      Ouds je n’aurais pas dit mieux lol :mrgreen:

  4. steve54

    Vraiment marrant cet article !!! :mrgreen:
    Malheureusement, proche de la réalité. J’ai eu l’occasion de faire 2-3 mariages pour des amis, et c’est un peu ce qui se passe ; comme le professionnel, on ne participe pas pleinement aux festivités et, contrairement à celui ci, on ne peut pas solliciter les personnes à poser comme l’on veut.
    “ben, ça sert à quoi des photos dans le magnifique parc ?”, c’est vrai que dans 20 ans autant se contenter des prises effectuées en conditions difficiles avec des sujets pas concentrés, ça laisse un souvenir mémorable !
    Mais bon, t’es passionné avec du matos qui tiens la route, donc tes clichés seront forcements bon !!!
    Donc, maintenant c’est fini les soirées festives avec l’appareil autour du coup, je profite de la fête comme tout le monde et tourne avec une carte de 256Mp, comme ça 60 photos et basta, et pour clouer le bec, “tu sais ça prend de la place des fichiers de 60Mpixels” :lol:
    Bonnes fêtes quand même !!!!

    • Je vois qu’on a un peu tous vécu la même chose.

      D’un côté…c’est presque rassurant!

      C’est vrai aussi ce que dit Franck et Steve54, souvent faire les photos c’est ne plus faire parti de la fête!

      Un bon moment les fêtes pour oublier quelques seconde notre passion…au du moins le faire avec modération ;)

  5. j’ai eu à faire les photos du mariage de mon fils (normal hein?)
    et bien du stress, et pas l’impression d’avoir partagé ce moment précieux…
    pour ma fille : j’embauche un(e) photographe!!!
    ;-)

  6. Très bon article. Ca sent le vécu! :mrgreen:

    J’aime beaucoup:
    “Pour quoi tu fais un coup de flash au plafond, ça ne sert à rien d’éclairer le plafond!”
    Tu devrais répondre un petit “t’as raison je vais l’orienter sur toi…” *flash*
    :mrgreen:

    Une petite vengeance pour garder le sourire, ça passe mieux dans une fête que le “hurlement primaire” de Bigard. Même si je suis méchante, car j’ai déjà posé le même genre de question il y a quelque temps mais la réponse m’intéressait vraiment.

    Ca me rappelle tes 10 commandements mais ça me conforte dans le fait que les photos de fête, ce n’est pas mon truc. J’ai essayé un peu au mariage, je me suis forcée un peu…. non ce n’est pas mon truc. Par contre, j’ai adoré prendre le fois gras poêlé. :grin:
    http://farm5.static.flickr.com/4077/4736773740_75d7049c6e.jpg

    Je sais j’aurais sûrement pu mieux faire mais au moins le souvenir va rester.

  7. Ta photo est vraiment sympa, j’aime beaucoup !!!

    Sinon, c’était une vision un peu noir de la chose, on peut passer du bon temps à faire des photos lors d’une fête ;)

  8. Merci pour le compliment.

    Oui c’est peut-être un peu noir, il y a une autre version moins noire en commentaire d’un autre article. Sauras-tu la trouver?
    Mais malgré tout, je ne pourrais pas me lancer en “photographe de fête” parce que je ne ferais pas l’affaire. Je n’ai pas un style aussi particulier que Jérôme mais ça n’ira pas quand même. L’important c’est aussi d’être honnête avec soi-même et les autres, non?

  9. Ho oui !

    Il faut connaitre ses limite et savoir admettre que certaine chose ne sont pas faite pour nous.

    Le graphisme dans mon cas est un exemple très parlant :lol:

  10. Non là je ne suis pas forcément d’accord pour le graphisme. D’ailleurs je t’avais mis un commentaire sur ton article où tu demandais une contribution et des conseils mais je ne sais pas si tu l’as vu.

    Photographier l’humain, c’est très particulier car chacun à sa vision et celle de Jérôme est un bel exemple de “contre-courant”. Il y a beaucoup d’émotions en jeu et pas de véritables règles. Je pourrais le faire mais ça m’ennuie vraiment et donc le résultat ne sera pas au rendez-vous. Mais j’ai réussi quelques photos sympa dont je suis contente. Mais je ne peux pas tenir la durée d’une fête.

    Le graphisme, ça se fait seul, il n’y a que toi en jeu, pas d’autres personnes. Il y a plus de “règles” quelque part mais tu peux prendre ton temps, revenir au même endroit, faire des essais. En plus, toi ça t’intéresse, tu es motivé mais tu n’as pas encore trouver le “chemin” pour arriver à tes fins. Pour moi c’est complètement différent!

    Mais je ne suis pas sure d’être très claire..

  11. Si, tu es clair, plus cette fois qu’avant.

    Là j’ai mieux compris ton explication (peut-être que tu étais claire avant, mais que je n’étais pas très réceptif).

    Mais je pense avoir compris ton point de vu cette fois.

  12. A mon avis, c’est moi qui n’était pas clair.
    D’ailleurs je ne me trouve pas beaucoup plus claire dans le précédent commentaire. :lol:

    Le point que j’ai oublié c’est que dans mon cas pour la fête, je ne vois pas de marge de progression car je n’arriverai pas à tenir la durée de l’événement, même si j’améliore ma technique.
    Pour toi et le graphisme, il existe une marge de progression mais là je te renvoie à mon commentaire qui détaillera mieux mon point de vue à ce sujet. https://blog.darth.ch/2009/12/28/bilan-photo/#comments

  13. Quand je te dis que tu es une encyclopédie de mon site :shock:

    Mais sérieusement, cette foi j’ai compris, si tu insiste je peux te faire une dissertation sur le sujet :lol:

0 Pings & Trackbacks

Répondre à Kekez Annuler la réponse

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓