Test Terrain: Fuji X-E1 (et X-Pro1)

ex-1-et-x-pro1

Si vous connaissez le blog depuis un long moment, vous devez connaitre mon avis sur les appareils photo hybrides.

En effet, je n’ai jamais été charmé par ce format, pour vous faire une idée, voici un article que j’avais écris pour PTI il y a un bon moment de ça, c’était en octobre 2011 : Les appareils hybrides

Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas l’amour fou!

Quand Fuji Suisse (que je remercie beaucoup au passage, pour leur disponibilité, leur gentillesse et leur ouverture d’esprit!) m’ont proposé de tester les X-E1 et X-Pro1, j’étais un peu dubitatif.

J’ai pris le temps de plonger dans la documentation que je pouvais trouver pour mieux connaitre les engins qu’on me proposait en test.

J’ai alors appris que les deux se partageaient un même capteur, le fameux et maintenant célèbre X-Trans au format APS-C, qui a la particularité de s’inspirer du film argentique pour produire une image en couleur, et non plus de la matrice de Bayer.

pic_01

La disposition plus « aléatoire » des filtre R, V et B diminue de façon drastique le risque de moiré et de fait enlève la nécessité d’avoir recours à un filtre passe-bas.

Traduction: Un meilleur piqué sur la photo pour un risque fortement diminué des problèmes potentiels de rendus sur l’image.

Une autre chose a titillé mon esprit, le look définitivement rétro que Fuji a donné à ses deux appareils.

Forcément, en tant qu’amoureux de la photo, cet aspect ne pouvait que toucher la corde sensible!

Mais qu’en est-il sur le terrain?

C’est ce que nous allons prendre plaisir à voir pas plus tard que tout de suite!

Pré-Test:

À la base je voulais faire un test pour chaque appareil, mais en y regardant de plus près, cela aurait été clairement redondant.

En effet, comme noté plus haut le capteur est le même, les différences sont l’aspect, l’écran un peut moins bien défini sur le X-E1 et un viseur hybride sur le X-Pro1 (électronique et optique), et quelques autres petits détails sans trop d’importance.

Pour le reste, la conception et même l’idée de l’ergonomie sont identiques.

Je vais donc me focaliser sur le X-E1 en vous demandant de garder à l’esprit que mes affirmations et conclusions sont tout à fait transférable au X-Pro1.

Je n’hésiterais pas non plus à noter les différences quand il y en a, comme pour la fiche technique que je vais vous présenter ci-dessous:

Fiche technique

  • Capteur : CMOS X-Trans APS-C 16,3 Mpx
  • Monture : X (Fujifilm)
  • Antipoussière : intégré au capteur
  • Viseur : 2 360 000 points Oled (multi hybride pour le X-Pro1)
  • Écran : LCD 7,1 cm, 460 000 points (X-Pro1 3″ pour 1,2 Mpx)
  • Mise au point : TTL par détection de contraste
  • Mesures d’exposition : Mesure TTL sur 256 zones Correction d’exposition +/- 2 IL.
  • Modes d’exposition : P,S,A,M.
  • Vitesse d’obturation : 30 à 1/4000 seconde, Synchro-X 1/180 s
  • Motorisation :  6 images par seconde
  • Sensibilité ISO : 100 à 25600 ISO
  • Mémoire : Carte mémoire SD / SDHC / SDXC (UHS-I)
  • Format image : photo : JPeg / Raw, 4896 x 3264 pixels
  • vidéo : full HD 24 images par seconde
  • Connexion : USB 2, mini HDMI, mini-jack (micro) 2,5 mm et télécommande
  • Dimensions : 129 mm x 75 mm x 38 mm
  • Poids : 350 g sans optique, mais équipé (batterie, carte)

Maintenant que l’on en sait un peu plus sur la théorie, passons à la pratique du terrain en commençant par …

L’ergonomie:

fujifilm

Soyons francs, en recevant ces deux appareils je fus totalement séduit par leur look terriblement rétro. Le coup de cœur direct, je tombai sous le charme!

Il faut dire que Fuji a très bien négocier la chose en offrant ce design « vieil appareil », qui donne une allure très noble à ces boitiers que l’on a plaisir à utiliser tant le charme désuet de la vieille école nous transporte, on sentirait presque l’odeur des révélateurs!

Petite anecdote amusante, j’ai croisé un monsieur d’un certain âge avec le X-Pro1 en main, et il m’a dit:

Voilà un vrai et bel appareil, pas comme ces trucs numériques sans âme!

Je l’ai remercié sans trouver le courage de lui dire la vérité! Mais cette intervention démontre que Fuji a réussi son pari côté design!

Très bon point, alors passons en revue le reste, comme une partie des plus importantes à mon sens dans un appareil…

Le viseur:

Si vous êtes un lecteur assidu de mon blog, vous n’êtes pas sans savoir que le viseur est pour moi une pièce maitresse d’un appareil.

Je me suis longuement posé la question de savoir s’il avait autant d’importance dans un appareil hybride que dans un reflex. Au final, l’ergonomie de l’appareil permet de viser avec l’écran arrière…

Pourtant, je préfère toujours et encore avoir l’œil au viseur.

Le X-E1 propose un viseur OLED tandis que le X-Pro1 propose un viseur hybride qui permet à l’envi de basculer du mode électronique au mode optique.

Soyons francs, que ce soit l’un ou l’autre de ces deux appareils, le viseur électronique continue à me laisser perplexe tant la qualité n’est pas au rendez-vous.

Bougez l’appareil (pour suivre un objet en mouvement), et l’image va saccader et ne suivra pas. Photographiez une scène contrastée, et les hautes lumières seront cramées, alors que les ombres seront clairement bouchées.

La définition est bonne, et la colorimétrie juste.

Au-delà de ces défauts qui se retrouvent au demeurant sur TOUS les viseurs électroniques, ceux-ci ont certains avantages qu’on ne peut pas nier.

Afficher les infos importantes en temps réel, telles que l’histogramme ou encore l’échelle de distance en mode macro…etc.

Au final, je trouve les viseurs électroniques pénalisants dans leur capacité actuelle, j’espère que dans un futur proche le niveau sera tel qu’il devienne agréable de les utiliser!

Je fais un petit aparté pour parler du X-Pro1 et de son viseur hybride.

J’ai été séduit par l’idée sur le papier, mais sur le terrain, j’ai trouvé le « switch » un peu laborieux et inutile. D’ailleurs, la plupart du temps j’ai laissé le mode visée électronique.

Nous pouvons passer à …

La prise en main:

ergo-ex1-xpro1

Voilà encore un point qui m’a séduit!

Fuji a fait un travail vraiment superbe du point de vue ergonomie, quelque chose de soigné, esthétique et vraiment fonctionnel.

Tout en gardant l’esprit « vieux » boitier, ils ont réussi le petit exploit de rendre cet appareil très intuitif et avec une facilité d’utilisation impressionnante.

Quand on les prend en main, la première sensation est étrange, ils sont plus légers que ce que leur apparence laisse présager.

Les réglages ouverture vitesse se font à l’ancienne. Sur la bague de l’objectif pour l’ouverture, pour la vitesse, c’est une molette que l’on va tourner sur laquelle toutes les valeurs sont gravées.

On peut saluer le placement très logique et qui tombe sous la main des boutons.

Comme l’excellente idée de la molette cliquable ou encore celle qui permet de directement accéder à la correction d’exposition.

On peut régler la plupart des fonctions l’œil directement au viseur, d’autant plus facilement que ledit viseur est électronique (un des avantages.. Oui, il en a quand même… ^__^) qui de fait affiche les menus.

Menus qui sont simples et logiques, avec une ergonomie agréable.

J’ajouterai qu’on trouve de sympathiques fonctions, comme la simulation des émulations ou encore la possibilité de constituer un panorama directement à la prise de vue. Je dois pourtant avouer que je préfère réaliser ce genre de chose tranquillement en post-traitement.

La prise en main est bonne, très agréable, sa compacité et son poids ont pour effet qu’il sait se faire oublier et que de fait on l’emporte facilement avec soi. En photographie de rue, pour les prises de vues « spontanées », c’est un vrai avantage.

On peut donc saluer le superbe travail de Fuji du côté ergonomie prise en main!

Qualité d’image:

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut savoir que le capteur très spécial que Fuji a placé au cœur de ces deux appareils demande un dématriçage des RAW tout particulier.

À l’heure actuelle, des programmes comme Lightroom <-(ce qui ne sera plus vrai lors de sa prochaine mise à jour) ou DxO ne savent pas tirer le meilleur de ce qu’offrent les images brutes de ce capteur.

Il faut donc tenir compte de ce détail qui a toute son importance, si on ne veut pas brider la qualité qu’offre ces fichiers.

Ceci étant dit, passons à la suite…

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, voici les points principaux sur lesquels je me penche pour tester la qualité d’image.

Ces différents points, qui rentrent en ligne de compte pour offrir la meilleure qualité d’image qui soit dans toutes les situations possibles, sont:

  • La qualité de l’exposition.
  • La qualité de l’AF.
  • La qualité des images fournies et la gestion de la montée en ISO.

Nous allons donc les détailler afin de voir ce que ces appareils ont à offrir!

La qualité d’exposition:

fuji-x-e1-x-pro1-test-paysage

Désolé pour ceux qui attendent une critique cinglante, ici pas de quoi se plaindre, l’exposition est juste parfaite.

Quelles que soient les conditions, les deux boîtiers relèvent le défi haut la main, même pas moyen de les piéger avec un beau paysage de neige! Non, elle ne ressortira pas grise et terne à cause d’une sous-exposition, l’expo sera juste et vous offrira une neige digne de ce nom.

Les 256 zones font très bien leur travail et on sait que l’on peut compter sur une exposition de qualité, un gros plus bien agréable.

Autofocus et piqué:

Le piqué est en relation directe avec l’autofocus, mais aussi tributaire de l’optique que l’on met devant le capteur.

Il faut savoir que Fuji a un très grand savoir-faire dans le domaine de l’optique. Ils produisent beaucoup d’objectifs pour les caméras professionnelles. Un savoir-faire que leurs Maîtres opticiens ont utilisé pour réaliser des objectifs de très bonne qualité.

Ceci étant souligné, nous pouvons continuer comme à notre habitude.

L’auto-focus qui annonce une mesure sur 49 zones n’est de loin pas le plus rapide du monde, mais cette « lenteur » (sans être problématique) est compensée par une précision plutôt efficace, qui d’ailleurs fonctionne très bien même en macro, ce qui en démontre la qualité.

fuji-x-e1-x-pro1-test-macro-2

Pour le piqué, c’est presque une évidence, entre les optiques de très bonne qualité et le capteur sans filtre passe-bas, on ne pouvait pas avoir de mauvaises surprises!

Le piqué est tout simplement superlatif, le summum dans cette catégorie d’appareils!

La gestion de la montée en ISO:

Encore une fois (n’en déplaise à ceux qui cherchent du sang) Fuji a superbement travaillé!

Comme vous le savez maintenant, si vous êtes un habitué, cela fait un moment que j’ai pris parti de ne plus faire une série de photos à chaque valeur ISO pour vous les présenter.

Je pense simplement que prendre un objet en augmentant la valeur ISO n’est pas un compte rendu juste de la réalité du terrain!

En effet, un éclairage qui donne un 1/20 de seconde à f/5,6 pour 100 ISO, donnera 1/5’000 de seconde à la même ouverture pour 25’600 ISO, ce qui est loin d’être la situation lumineuse la plus catastrophique. De fait, le fichier présenté ne souffrira que très peu du manque de lumière, ce qui sur le terrain est bien différent. En règle générale, on utilise de telles valeurs pour pallier un manque de luminosité.

Quand on regarde la photo d’illustration de ce chapitre (ci-dessous), on voit qu’elle a été prise à 1/40 de seconde, à une ouverture de f/4 pour 6’400 ISO.

Comme on peut le constater si on clique sur l’image pour regarder le crop 100% (crop brut avant traitement), le fichier est tout particulièrement propre que ce soit dans les hautes ou dans les basses lumières!

fuji-x-e1-x-pro1-test-iso

Une très belle maîtrise de la montée en ISO.

Il faut savoir que les valeurs de bases de ces boitiers sont comprises entre 200 et 6’400 ISO, que l’on peut étendre de 100 à 25’600 ISO.

Je dirais que les fichiers supportent sans trop de problèmes la montée jusqu’à 3’200 ISO, à partir de 6’400 c’est jouable pour l’impression avec un bon travail de post-traitement. Au-delà, je déconseille, ou alors uniquement pour un affichage web qui ne dépassera pas 1’200px de large.

Mini-conclusion qualité d’image:

Exceptionnellement, je vais vous offrir une mini-conclusion pour ce chapitre.

En effet, je me devais de souligner le fait que le capteur de Fuji est pour le moins incroyable et d’une qualité qui a vraiment réussi à me surprendre.

Plusieurs personnes m’avaient affirmé que ces deux boitiers délivraient des images d’une qualité supérieure à ceux que peuvent produire les derniers Leica M

J’avoue que j’étais clairement dubitatif, tant la qualité des Leica est entrée dans la pensée collective comme le nec plus ultra.

Mais force est de reconnaitre que si les Fuji n’écrasent pas de façon catégorique les fichiers produits par la marque allemande, ils ont tout de même une petite longueur d’avance qui nous fait regarder les choses sous un angle nouveau!

Je sais que les Leicaistes purs et durs me détestent déjà, mais je ne fais que rapporter ce qui est clairement un fait!

L’avis d’un utilisateur:

Rappelez-vous, j’ai inauguré cette nouvelle rubrique lors de mon dernier test sur le Canon EOS 6D.

L’idée est de vous donner un avis différent du mien, d’un utilisateur qui possède ce boitier et qui l’utilise de façon très régulière.

Aujourd’hui, je suis très heureux d’accueillir LesMonier qui a eu la gentillesse de répondre aux quelques questions que je lui ai posées.

Sans plus attendre, commençons cette interview:

Salut LesMonier, pourrais-tu te présenter aux lecteurs qui ne te connaissent pas ?

Au départ, attiré par les arts graphiques, j’ai doublé ma formation principale de linguiste d’un cursus d’histoire de l’art, avant de me tourner vers la pratique de la photographie. Ma compagne est également photographe, nos styles sont nettement différents,  LesMonier est notre « nom commun » d’auteurs-photographes.

Est-ce que tu as un autre appareil que le Fuji XE-1, si oui, quel est-il ?

Comme beaucoup, j’ai commencé la photo avec des appareils argentiques, puis j’ai opté pour les boitiers numériques. Actuellement, j’utilise un Nikon D700, que j’apprécie pour son format de capteur et ses possibilités, ainsi qu’un Fuji X10, appareil à tout faire, un « bloc-notes », que je glisse dans ma poche (de veste) lorsque je dois me déplacer sans sac photo.

Pourquoi avoir choisi un hybride?

L’arrivée sur le marché d’appareils de taille légèrement réduite, permettant de choisir ses optiques me semble correspondre à une diversification et à une demande réelle. Disposant d’une série complète d’objectifs Leica M, j’ai été intéressé par la sortie des appareils hybrides, qui semblaient permettre de les utiliser.

J’étais attiré par ces boitiers, moins encombrants, plus discrets. J’ai utilisé pendant quelque temps un Sony Nex7, surtout avec mes objectifs M.  Sur ce boitier, j’ai trouvé le système de mise au point manuelle « focus peaking » très pratique et rapide. Mais l’ergonomie générale ne me convenait pas.

Il y a évidemment un effet de mode dans l’apparition de ces appareils – surtout les Fuji, qui jouent sur l’effet « vintage » – mais pas seulement : leurs possibilités sont novatrices et attirantes.

Qu’est-ce qui t’a motivé à choisir le XE-1 ?

La prise en main et l’ergonomie des Fuji X-Pro1 et X-E1 sont suffisamment intuitives pour  permettre de se concentrer sur la prise de vue et la composition.

La taille du X-E1 me convient : il est un peu moins volumineux que le X-Pro1, tout en offrant un viseur électronique de meilleure qualité, ce qui permet de vérifier directement le cadrage à travers l’objectif utilisé. Il est également moins coûteux à l’achat, alors que les performances des deux boitiers sont similaires.

Le format du capteur (APS-C) ajoute un coefficient de 1,5 à la focale des objectifs M (format 24×36). Cela peut être un handicap si l’on aime utiliser de courtes focales (35mm, 20mm) d’autant plus que les optiques grand-angles d’autres marques ne produisent pas sur les Fuji des images parfaites (en attendant des objectifs dédiés).

Le fait que la gamme d’objectifs Fuji XF se développe progressivement, et propose des objectifs de belle qualité a été un point décisif.

Qu’est-ce que t’a apporté ce boitier par rapport à ton équipement précédent (ou parallèle) ?

J’ai retrouvé le plaisir d’un équipement léger, très maniable : l’élément essentiel est un gain de volume et de poids, c’est appréciable au cours d’une journée de prise de vue.

L’aspect moins voyant (ou la gêne pour les profanes) n’est pas un élément majeur dans ma pratique : lorsque je photographie des personnes, elles me voient et le savent. J’essaie toutefois de faire en sorte que ma présence soit discrète et supportable : je préfère les instantanés sur le vif aux photos posées ou aux attitudes figées.

Pour toi, quels sont les points forts de cet appareil ?

Les points forts sont la taille et le poids de l’ensemble boitier + objectif (objectifs de la marque).

Qualité des fichiers produits par le système capteur X-Trans  et traitement interne.

Le bruit du déclencheur est très léger, certes audible, mais pas gênant pour les personnes qui se situent à proximité, il est doux et rassurant. On est loin du bruit des reflex. Dans les lieux où il est important de ne pas déranger les autres personnes, c’est un atout primordial.

Possibilité d’utiliser des objectifs « tiers » (par exemple monture M) dont je dispose déjà.

L’utilisation d’objectifs Leica permet de retrouver certaines qualités de ces optiques, notamment les flous d’arrière-plan et la douceur des nuances.

Et ses points faibles ?

Le collimateur de l’autofocus n’est pas forcément au centre du viseur, mais son emplacement doit être choisi à l’avance, et il est difficile, pour ne pas dire inutile, de chercher à le déplacer au moment du cadrage et déclenchement. Un accès direct et facile à ce réglage serait un grand progrès (par exemple à la place du contact « macro » que l’on enclenche souvent par erreur).

En dépit de la qualité du viseur et des informations affichées (modifiables) le cadrage et la composition sont un peu délicats lorsque l’on est habitué au grand viseur des Reflex.

La mise au point manuelle nécessite un certain doigté. Il me faut souvent recourir à la loupe intégrée au viseur (très pratique) pour assurer le point de netteté au bon endroit.

La molette de sur/sous-exposition est parfois involontairement déréglée lors des sorties de sac. Comme son échelle de réglage peut être affichée dans le viseur, il vaut mieux prendre l’habitude d’y jeter un coup d’œil.

Ces inconvénients s’estompent en partie, sans disparaître, grâce aux automatismes (de l’utilisateur) issus d’une pratique régulière.

Les fichiers Raw nécessitent un logiciel adapté, et une période de tâtonnements pour parvenir à un bon résultat.

Les objectifs XF sont relativement volumineux et proéminents, ce qui annule en partie la compacité du boitier. Cela est probablement dû à l’électronique embarquée (autofocus, stabilisation sur le zoom) qui tient de la place, et au tirage nécessaire entre lentille arrière et capteur X-Trans.

L’utilisation des objectifs en monture M ne permet pas d’obtenir à coup sûr une netteté, un « piqué », impressionnants. Cela tient à leur conception optique, et au tirage déjà évoqué. Les objectifs XF Fuji me paraissent mieux adaptés, leur qualité optique est optimale pour ce capteur (à l’inverse, d’autres marques ont négligé leur gamme optique).

La réactivité de l’autofocus ne constitue pas le point fort du Fuji, et l’on se retrouve parfois dans la situation que l’on connaissait avec les appareils à mise au point manuelle : un bon cadrage, mais une photo ratée si la netteté est essentielle…  Cela peut convenir aux adeptes du flou intempestif !

Et pour finir, je te laisse carte blanche, qu’as-tu à rajouter sur le XE-1 ?

Le X-E1 se place, dans ma pratique, à mi-chemin du Reflex et du compact X10. Il est léger, maniable, très pratique lorsque je préfère ne pas m’encombrer de matériel volumineux ou pesant. Il permet d’obtenir des photos de bonne qualité et donc d’assurer la réussite d’une séance sans gros matériel.

Le choix du boitier est souvent fonction du type de photos que je souhaite réaliser. Pour certaines photos pour lesquelles je sais qu’il faudra des fichiers de grande qualité (pour de forts agrandissements),  je choisis le D700 et ses optiques dédiées.

Mais il faut avouer que l’on s’habitue vite au poids léger du système Fuji, qui se fait oublier, et que l’on peut emporter partout.

En photo de rue, je continue à passer du Reflex au boitier hybride, chacun ayant ses qualités propres.

Mais je choisis souvent le X-E1 pour les longues virées à pied, en ville, où le volume et le poids sont un handicap en fin de journée.

Si je devais ne conserver qu’un seul appareil, ce serait toutefois le réflex plein format.

Par ailleurs, je serais également ennuyé si je devais me séparer du Fuji X10, qui offre souvent,  lorsqu’on connait bien ses possibilités, des clichés de belle qualité (non repérables au milieu d’autres photos), pour un encombrement négligeable. Cet appareil est un jouet sophistiqué.

Ces trois appareils sont réellement complémentaires pour moi.

Merci d’avoir répondu à ces quelques questions !

Merci à toi pour ce partage d’expérience, et je souhaite de belles séances à tous : le plus important, c’est d’aller faire des photos !

Voilà un avis extérieur bien intéressant, une bonne transition pour passer à la…

Conclusion:

fuji-x-e1-x-pro1-test-macro

Comme vous avez pu le lire en début d’article, je n’étais pas vraiment fan des appareils hybride, je peux même dire que c’était tout le contraire.

Après un bon moment passé en tête à tête avec ces deux appareils, mon avis n’a pas changé, mais il comporte une exception!

Je ne suis toujours pas convaincu par les hybrides, mais j’avoue que les Fuji X-E1 et X-Pro1 ont réussi à me séduire au point que j’ai une terrible envie d’acheter le X-E1 pour mon usage personnel.

Un boitier qui a une allure plus que sympathique et des performances qui permettent d’envisager de le prendre comme un bon second boitier quand on veut partir léger, quand on veut faire de la photo calme, reposée, réfléchie.

La qualité d’image et le feeling qui se dégagent de leur côté rétro, en font un très bon compagnon pour les amoureux de la photo.

Au final, je me demande même si la dénomination d’hybride leur rend justice?

Oui, je le reconnais, je suis tombé amoureux!

Quel que soit votre boitier, je vous souhaite bon courage et bonnes photos!

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

117 Comments
  1. Quand je l’ai essayé, je me suis dit que si on me volait mon matériel, j’envisagerai sérieusement le switch.

    Je ne l’ai pas fait, tout simplement parce que le cout reste quand même assez élevé, et redondant avec mon matériel actuel. Il y a pire comme motif !

    S

  2. Prems :tumbsup:
    Un joli test intéressant car c’est le genre de matériel qu’on connaît moins.
    Cependant, ton passage sur le viseur est rédhibitoire pour moi malgré la qualité d’image que ce genre d’apn peut produire.

  3. Je t’avais dit! Tu es tombé amoureux!
    Tu as bien su retranscrire toutes les qualités de ces appareils et je pense que quand Fuji sortira le x-pro2 et le x-e1 avec les progrès réalisés sur le x-100s on sera proche de la perfection pour un boîtier compact!

    Si seulement Canon et Nikon se lançaient dans des capteurs du type X-Trans… T’imagine un FF avec cette qualité de capteur???

  4. Sartarius

    Darth:
    Haaaaa

    Ce serait vraiment un truc impressionnant je pense!

    Quand on voit la qualité des fichier en APS-C, ça laisse rêveur.

    Faut espérer que Fuji nous sortent un FF

    Tiens justement tu as oublié de parler de prix et au vue des prix annoncés on est plutôt très près des « entrée de gamme FF » pour le Xpro-1. Apres il est vrai que le EX-1 en complément d’un reflex est plutôt un bon compromis et permet d’avoir des images de très bonne qualités, j’avais lu des articles sur lui et certains disait que la comparaison avec certain Full Frame d' »entrée de gamme » était à l’avantage de FUJI.

    En tous cas, je n’entend que des éloges de ses 2 boîtiers, mais comme ma bourse pleine va me servir a passer au FF et a renouveler mes obj ça attendre quelques SIÈCLES :lol: :lol:

    sinon un très bon articles comme à ton habitude, merci d’enchanter nos yeux avec ceux-ci :tumbsup:

  5. C’est clair que ça donne envie ! Moi qui adore la photo de rue, j’adorerais avoir un fuji avec un 35mm dessus ! Mais comme dit Oud’s, ça coûte cher !

    En lisant ton test j’ai l’impression que ces hybrides sont meilleurs que des reflex d’entrée de gamme. C’est le cas ?

    Et dernière question, tu as parlé de « simulation d’émulation », c’est quoi ?

  6. Adil

    Comment placerais tu le X100/x100s dans tout cela ?

    Je le considère pas mal pour son prix attractif par rapport au Xpro-1 et son OVF.

  7. Pfff mon commentaire est pas passer.
    Donc je disais sympa ce test, je ne connais pas les hybrides j’en ai jamais tester, ça à l’air pas mal tout de même , plus discret qu’un réflex.

    • Oui, c’est quelque chose de plus discret, pour de la photo plus calme, moi « rapide ».

      C’est une autre philosophie que le reflex, du moins, comme présenté par Fuji!

      • c’est un numérique amélioré lol
        faut que je me retrouve un numérique plus gros que celui que j’ai actuellement le ixus 105 est sympa mais pas top, mon powershot déconne de trop je peut plus l’utiliser et son format je le trouvais top je pouvais le trimballer partout.

        • Cocagne

          Regardes du coté du Sony RX100, cet appareil est surprenant ! Tu le sors d’une poche de pantalon pour faire des clichés à 3200 isos qui ne bronchent pas jusqu’au A3.

    • Dans le fait, oui, mais la philosophie est un peu différente.

      À mon sens, ceux qui vont acheter un Fuji, ne sont pas les même qui vont acheter un hybride.

  8. Donquichotte68

    Hello Darth,

    Sympa ce petit (!) test.
    Tout comme Lesmonier, dont je possède le même équipement Reflex mais avec un XPRO1, ma conclusion est identique.
    Complémentaire plutôt qu’hybride, dernière dénomination qui me semble injuste et qui ne sert pas le Fuji à sa juste valeur.

    Mefci pour ton article.
    Cordialement
    DQC :tumbsup:

  9. HENRY André

    Bonjour, Je posséde un XE1 depius Novembre et j’en suis content. Je ne suis pas un grand photographe , J ‘aimerais savoir si il existe un livre en Français sur le XE1 pour apprendre tout ce que l’on peut faire avec.
    Je suis content de savoir que les photos sont presques aussi belles que les LEICA.
    Merci pour vos testes. à +

  10. Je sais pas pour vous mais j’ai des; bugs sur ton blog depuis 2 j, ça me met des lignes de codes chelou. même sur mon autre pc cela me fait cela avec ton blog.

  11. Hello,
    Merci pour ce test complet.
    Perso, même avec la qualité élevée que tu loues je ne suis pas convaincu :
    – soit j’ai de l’objectif interchangeable et je reste dans ce cas fidèle au matos que j’ai déjà (j’y ai passé un budget important, je vais pas changer de fusil d’épaules maintenant), et là je pense que un reflex FF a quand même encore quelques arguments pour lui ;-)
    – soit je veux quelque chose de compact, et là je ne vois absolument pas l’intérêt d’avoir à se casser la tête à changer d’objectif : donc plutôt un bon compact pro dans ce registre (genre un Sony DSC-RX100 ^^ )
    – soit je veux du rétro, et là je me prends un Semflex, un Mamiya M645 (pas le pro :nonnon: ) , un Noblex voire un Voigtlander Bessa ;-) :ll: :ll:
    #my2cents

    • J’étais comme toi, mais pourtant j’ai bien aimé le côté compact qui permet également le changement d’objectif.

      Après, je ne prendrais pas 36 optique, un grand-angle, un 35 mm et un macro.

      Si tu as l’occasion de l’essayer, tu sera étonné!

    • Au fait, tu fais quand ton article où je t’ai imposé un équipement léger obligatoire ? ;)
      … bon je n’avais pas pensé aux hybrides mais… interdit !
      Boîtier compact ou réflex (j’admets que je préférerai que tu prennes un réflex ça serait plus « sport » pour toi)

  12. J’admets que je reste dubitative sur ta phrase

    Darth: À mon sens, ceux qui vont acheter un Fuji, ne sont pas les même qui vont acheter un hybride.

    J’avais eu l’occasion de tester le Sony Nex…7 ou 5 je ne sais plus. Et comme l’a dit LesMonier, l’ergonomie du Sony m’a fait fuir.
    … Mais les objectifs interchangeables aussi.

    Cependant j’ai un critère de compacité très élevé !! :-P Ca doit tenir dans un « petit » sac à main de fille.
    Donc je vais garder mon s95 et il aura dans quelques années un remplaçant j’imagine du même gabarit. :ll:
    Je trouve que l’encombrement total du s95 par rapport à ses performances et possibilités très bon (mais j’ai pleuré quand le s100 est sorti peu après…) :cry: :cry:

    • Faut pas s’attarder sur les sortie des compacts, sinon, tu ne finis plus de pleurer.

      Le renouvellement de la gamme est trop rapide malheureusement.

      SInon, si de manière tout à fait basique les hybride sont tous les même, Sony ou Fuji, il faut avouer que Fuji a su donner un supplément d’âme à leur boitier. Un petit truc en plus qui fait qu’on est vite sous le charme!

  13. Cocagne

    Assez d’accord sur ta remarque concernant les différents tests proposés ici et la qui tentent de mesurer la présence de bruit dans les fichiers affichés.
    Il est pour moi pratiquement évident que, si pour augmenter la puissance du capteur en affichant une valeur iso plus forte, on doit diminuer la durée d’exposition en proportion on obtiendra quasiment le même résultat car même si le capteur voit son rendement diminuer lorsqu’il monte « dans les tours » cela ne ne verra quasiment pas puisqu’il le fera moins longtemps.

    Un bon test implique de ne changer qu’une donnée à la fois ce qui et compliqué en photo mais on devrait par exemple modifier les éclairages pour tester la montée en Isos et non pas la vitesse évidement en ouverture constante pour ne pas faire intervenir les propriétés de l’optique.

    Cela faisait un moment que je ne passais pas chez toi, m’étant pris au jeu de Pix ,je vois avec plaisir que tu suis ton bonhomme de chemin avec bonheur

  14. Bonne analyse des possibilités de ces deux boitiers et nous nous rejoignons sur la déception apportée par le viseur EVF qui n’est pas au niveau du reste….
    Avec l’arrivée du X100s je fais cadeau du X100 à mon fils et j’hésitais entre le X100s et le X Pro, mais je reprends un X100s pour le côté passe partout de qualité et j’attends (on peut rêver non ?) un X Pro en FF… sans forcément plus de pixels.
    PS : N’ayant aucun objectif autre que Nikon, qui vont très bien sur mon D700 je fais l’impasse sur le XE1 qui me fait l’impression d’être un Hybride d’hybride et d’avoir perdu le grain de sel des autres boitiers de la marque.
    Encore merci pour le boulot.

  15. Frédéric Boebaert

    Bonjour à tous et merci à l’auteur du test.

    Juste ce petit message pour vous dire que je viens d’acquérir un Fuji X-Pro 1. Quelle ne fut pas ma surprise après le développement des premières photos. La qualité est absolument incroyable.
    Dans quelques jours je pars pour la Thaïlande pour 5 semaines. Je possède 1 Nikon D3s et un Sony Nex7. Je n’hésite pas et c’est bien le Fuji qui sera du voyage.

    Je reconnais quelques petits défauts à ce boitier mais il me semble s’atténuer une fois que l’on défini exactement les sujets à traiter… ne compter pas faire de la photo de circuit avec le Fuji… par contre pour ce qui est du portrait, des photos de rue, etc c’est assez jouissif.

    Voilà ma petite contribution à ce sujet.

    Frédéric. ;^)

  16. Bonjour Darth,
    depuis le test, je me rends compte que le X-E1 est l’appareil que j’emporte le plus souvent à présent, et comme tu le dis, il induit d’autres comportements : je me surprends à n’embarquer qu’une seule optique (ou seulement le 18-55mm, équivalent 27-80, même si un peu « juste » en grand angle et en télé).
    Pourtant le reflex FF offre des possibilités supérieures, mais je me suis pris au jeu de ce petit boitier, maniable.
    Comme tu le dis, cet appareil renvoie aux pratiques photo antérieures, où l’on emportait un boitier et 3 optiques, genre 20, 35, 135mm.
    Et ses défauts (molette volage, AF lent ou hésitant en basse lumière) deviennent un jeu, je reviens parfois aux réglages manuels, mise au point et exposition, ou pré-réglage de l’hyperfocale.
    Il n’en reste pas moins un appareil complémentaire, il vaut mieux le concevoir ainsi, ou de voyage.
    Et si les optiques XF Fuji sont de grande qualité, leur encombrement est pénalisant (notamment le nouveau – et gros – 55-200mm, dont l’aspect en extension est hideux et dissuasif).
    Je pense consacrer ce boitier aux focales « raisonnables », pour lui conserver ses qualités de légèreté, de discrétion et d’encombrement réduit.

  17. Pat-du-75

    Bravo Darth pour cet essai et les commentaires des intervenants. Merci LesMonier pour ton avis éclairé ! Pourrais-tu développer un peu sur l’utilisation des optiques M avec la bague et ces problèmes de netteté (mise au point ?).
    J’adorais mon Minolta CLE en monture M (je n’arrive pas à m’en séparé même si je ne l’utilise plus jamais) et j’aimais aussi ses objectifs 28 – 40 et (un peu moins) le 90. Je les utilisais sur mon Epson RD-1 (précurseur des Fuji !) avec aussi un Zeiss 18 f4 (en hyperfocale) et un Hexanon 28 (doublon avec le Minolta mais en prévision au cas ou les champignons du Minolta s’aggraveraient..). Je me disait qu’un XE-1 me permettrais de réutiliser ces objectifs… sont-ils tous utilisables ? ET surtout, comme tu dis sur ton dernier commentaire que tu n’utilises plus que l’optique Fuji 18-55… est-ce pour la qualité qui serait meilleure qu’avec les optiques M ou… simplement pour le côté pratique.
    Pour info, j’ai un X100, j’adore son look et son ergonomie… il a, bien sur, des défauts (ou du caractère !?) et me donne satisfaction… alors, avoir le même avec objectifs interchangeables me tente beaucoup.
    Merci pour tes lumières !

  18. Cathy

    hello tout le monde,
    merci pour tous vos commentaires.
    je suis photographe et suis lasse de tout le matos encombrant qui pèse une tonne dans le sac…
    je m’apprête à franchir le pas du XE1 ou du XPro1 + 3 optiques de base – j’entends déjà parler du XM1? – mais j’aimerais quand même savoir :
    quels sont vraiment les + et les – entre les deux boitiers
    si le viseur optique du XPro1 est un confort indispensable?
    est-ce que ces appareils sont stabilisés ou non et de quelle façon – intéressant en mode vidéo
    enfin comment ça suit sur Mac

    le X100s est aussi une belle machine!
    merci d’avance !

  19. Chateaur

    Bonjour,
    Bon test, mais étant utilisateur régulier d’un Fuji Xpro 1 et des optiques 35, 18 et 18/55 je dois apporter un petit bèmol à l’appréciation du viseur hybride du Xpro 1:
    allergique aux viseurs électroniques pour la photo ( j’ai commencé avec un Kodak folding 6×9 ) n’attendait l’arrivée du Xpro avec intérêt …
    Bientôt 6 mois de recul, et je ne sert que du viseur optique sans passer par le viseur électronîque que je ne supporte qu’en macro car là, il est indispensable ,,,
    Le cadre suit même le zooming avec le 18/55, quand à l’autofocus, depuis la dernière MAJ du firmware ,il est tout à fait convenable .
    Par contre j’ai conservé mon matériel Nikon FF pour les applications où le Fuji baisse les bras : spectacles avec zooms télé ou focalles fixes lumineuses.
    Et je goûte au plaisir de travailler en JPEG direct contrairement au travail sur FF Nikon …

  20. Chaldovise

    Bonjour a tous
    J’ai lu avec intérêt tes tests Darth et bravo pour ces analyses :tumbsup: , je suis un photographe familial mais les divers commentaires m’incitent à développer mon goût pour une photographie plus « travaillé ». N’ayant pas la fortune à Rodchild je possède un budget de 500 a 700€ j’avais jeté mon dévolu sur un Fuji X20 ou un Sony RX100 II . Je sais bien que c’est loin d’être le summum mais peut être existe- il d’autres appareils dans cette gamme de prix et quand penses tu ??
    Merci d’avance et encore bravo

  21. Bonjour à tous

    Très belles explications, un article parfait.
    J ai un d800 et j ai acheté un Fuji EX1 pour la facilité de transport au départ, époustouflant , un superbe appareil, j ai fais un test : même sujet , éclairage et tirage en 30/45 d un fichier Raw du D800 et Raf du Ex1 importé via Camera Raw, et bien il faut chercher pour voir la différence entre les deux photos, je suis bluffé .
    Je viens de faire tout un shooting en studio et extérieur avec les 2 appareils et la encore de superbes résultats avec le Fuji EX1, j attend avec impatience une version Ex2 ou autre pour voir si je garde mon D800. Je n agrandi jamais plus que 60×40 ou 50×75.
    Je viens de tirer un 40×60 du fichier Raf Fuji et la encore , parfais rien à redire.
    Bonne journée à tous.
    Jean-pierre :tumbsup:

  22. Bruno

    Bonjour,

    J’ai actuellement un nikon D700 et je cogite à acquérir le Fuji X-E1 en raison de sa taille, ainsi que de son zoom transtandard 18-55 qui n’a pas d’équivalent de qualité chez Nikon. Cependant, je m’interroge sur la qualité de l’image du Fuji X-E1, en particulier sur la dynamique entre les hautes et basses lumières? En effet, la qualité d’image du D700 sur ce point a été un saut qualitatif géant par rapport à ses prédécesseur.
    Est-ce que quelqu’un peut me dire ce qu’il en est de la dynamique du Fuji X-E1 par rapport à celle du D700?
    Cdl,
    Bruno

  23. Hello
    J’envisage sérieusement le switch de mon coté.

    J’ai repris mon Canon 500D après plusieurs mois passés avec le X100 et j’ai pris une sérieuse claque : le Canon ne pique pas du tout, quand il monte à 1600ISO c’est horrible. Je pense le revendre pour prendre un XE1 (soit avec le zoom standard ou avec le 35mm f/1.4).

    Merci pour cet article qui me confirme mon choix ^^

  24. Nemofoto

    Bonjour Darth,

    Je dois avouer que le test que tu as fait sur ces deux hybrides ne m’a pas laissé indifférent. Je suis actuellement possesseur d’un 6d, que j’adore. Toi qui connais bien le 6d, peux-tu me dire si tu trouves le rendu de ces fuji meilleur que celui du 6d? Et si oui, à quels niveaux (piqué, rendu des matières…).
    Merci pour ton retour. Bonne journée.

  25. hoguais

    Bonjour
    « Ne comparons pas un M9 avec un Fuji X100 S »
    Désolé mais j’en ai fait la comparaison uniquement sur des résultats images obtenus en Jpeg
    Couleurs réalistes obtenues directement en automatique sur Fuji – Au M9 il faut ajuster presque à chaque fois la température de couleur
    A ouverture de 4 le 35 Summicron est homogène partout – Le Fuji 23 est exceptionnellement piqué au centre, excellent au 2/3 mais assez mou sur le bord bord droit et franchement extrêmement mou sur bon bord gauche
    Soulignons que nous sommes sur une optique de base Fuji. Il faudrait voir ce que donne le 35.
    J’ai pu tester le 56 Fuji (il pique à la japonaise – on aime ou on n’aime pas – mais là, c’est une affaire de goût – on aime ou on n’aime pas) Mais il est assez homogène à 4 et il est vraiment fabuleux

    J’attends le x-X Pro 2 pour lui mettre un 50 Touit Zeiss

    J L

  26. daguet

    bonjour
    je possede un boitier x pro 1 et l on me propose un zoom fuji 18/135 f 3.5 – 5.6r lm ois wr
    mais je ne suis pas certain que ce zoom se monte sur mon boitier
    pouvez vous m’aider
    cordialement merci

  27. Bonjour
    Possesseur d’un XPRO1 depuis peu, je suis assez dérouté devant sa gourmandise en énergie. Lors d’une ballade la batterie ne dure que tout au plus 3 heures.
    Je l’utilise en mode manuel, souvent avec l’OVF. Y-a-t’il un réglage que je devrais changer ou que je n’ai pas fait dans la configuration?
    Pouvez-vous me renseigner sur ce sujet, merci.

6 Pings & Trackbacks
  1. […] En effet, comme noté plus haut le capteur est le même, les différences sont l'aspect, l'écran un peut moins bien défini sur le X-E1 et un viseur hybride sur le X-Pro1 (électronique et optique), et quelques autres petits détails …  […]

  2. […] Test Terrain: Fuji X-E1 (et X-Pro1) | Darth’s Blog Encore un test terrain très complet chez Franky… Si tu es intéressé par les hybrides et en particulier les modèles de Fuji, tu vas être servi […]

  3. […] Test Terrain: Fuji X-E1 (et X-Pro1) | Darth’s Blog Encore un test terrain très complet chez Franky… Si tu es intéressé par les hybrides et en particulier les modèles de Fuji, tu vas être servi […]

  4. […] Test Terrain: Fuji X-E1 (et X-Pro1) (Test Terrain: Fuji X-E1 (et X-Pro1) | Darth's Blog http://t.co/ZinxoEFVST via @Frankydarth)  […]

  5. […] quelques liens intéressants pour compléter mon test de terrain : > Le blog de Darth : Test Terrain : Fuji X-E1 (et X-Pro1) > Pixelistes : Test de la rédac’ : le Fujifilm X-E1 > Les Numériques : Fujifilm X-E1 : test […]

  6. […] Lire l’intégralité de ce test matériel sur darth.ch […]

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓