Test Terrain : Fuji X-E2

Simple évolution ou vraie avancée?

fuji-x-e2

Il y a presque un an de ça, je testais le Fuji X-E1, et soyons franc, j’étais tombé sous le charme de cet appareil qui avait réussi l’exploit de me réconcilier avec les appareils photo hybrides.

Le X-E1 était déjà un appareil que je trouvais exceptionnel. Je me demandais comment Fuji pouvait espérer améliorer les choses, bien que certains points me semblassent effectivement améliorables.

Ce que je redoutais, c’était une mise à jour surtout cosmétique pour pousser les acheteurs vers la nouveauté, mais c’était sans compter sur le savoir-faire de Fuji qui a réussi à réellement améliorer les choses.

Il faut dire qu’en ce moment Fuji ne se repose pas sur ses lauriers, qu’il ne profite pas de l’incroyable succès de leur boîtier pour ne rien faire, bien au contraire. Le 28 janvier de cette année le démontrera très clairement.

Mais nous sommes là pour voir ce que le petit et nouveau X-E2 a dans le ventre, donc, concentrons nous sur lui.

Pré-Test :

Si on ne fait pas attention, il est très difficile de différencier le X-E2 du X-E1, il n’y a que quelques détails qui changent sur son aspect extérieur.

Les plus gros changements sont internes, comme le capteur qui évolue ou encore l’autofocus qui s’améliore, l’écran arrière également ainsi que le viseur, et il gagne même le WiFi très bonne idée que cette ajout.

Toutes ces avancées sont-elles de bonnes choses ou n’est-ce que du marketing ?

Nous allons essayer de répondre à ces questions à mesure du test en faisant la comparaison directe avec le X-E1.

Mais avant penchons-nous sur sa fiche technique :

Fiche technique

  • Capteur : CMOS X-Trans II APS-C 16,3 Mpx
  • Monture : X (Fujifilm)
  • Antipoussière : intégré au capteur
  • Viseur : 2 360 000 points Oled
  • Écran : LCD 3″ pour 1 Mpx
  • Mise au point : AF Hybride intelligent (AF contraste TTL, AF détection de phase TTL), Assistant lumineux d’AF disponible
  • Mesures d’exposition : Mesure TTL sur 256 zones Correction d’exposition +/- 3 IL.
  • Modes d’exposition : P,S,A,M.
  • Vitesse d’obturation : 30 à 1/4000 seconde, Synchro-X 1/180 s
  • Motorisation : 6 images par seconde
  • Sensibilité ISO : 100 à 25600 ISO
  • Mémoire : Carte mémoire SD / SDHC / SDXC (UHS-I)
  • Format image : photo :  JPeg / Raw, 4896 x 3264 pixels
  • vidéo :  full HD 60 images par seconde
  • Connexion : USB 2, mini HDMI, mini-jack (micro) 2,5 mm et télécommande
  • Dimensions : 129 mm x 75 mm x 38 mm
  • Poids : 350 g sans optique, mais équipé (batterie, carte)

Pour les plus attentifs d’entre-vous, vous aurez noté les quelques différence d’avec son prédécesseur.

Maintenant que l’on en sait un peu plus sur la théorie, passons à la pratique du terrain en commençant par…

L’ergonomie :

xe2dos

Comme je le disais un peu plus haut, son aspect général n’a vraiment pas beaucoup changé. On penserait presque que c’est exactement le même boîtier si l’on ne faisait pas attention aux détails.

Dans l’absolu, c’est une bonne chose, car comme je l’avais expliqué lors de mon test de la version 1, l’ergonomie est très bien pensée avec une facilité d’utilisation très agréable bien intégrée au côté vintage de l’appareil.

On pourrait presque conseiller à Nikon de s’en inspirer pour leur future mise à jour du Df à qui il manque ce charme qu’a réussi  à implanter Fuji sur ses boîtiers.

Le viseur:

Si vous êtes un lecteur assidu de mon blog, vous n’êtes pas sans savoir que le viseur est pour moi une pièce maitresse d’un appareil.

Je me suis longuement posé la question de savoir s’il avait autant d’importance dans un appareil hybride que dans un reflex. Au final, l’ergonomie de l’appareil permet de viser avec l’écran arrière…

Pourtant, je préfère toujours et encore avoir l’œil au viseur.

Le X-E2 propose un viseur OLED qui s’est effectivement grandement amélioré part rapport à la version 1 mais qui, soyons franc, continue à me laisser perplexe tant la qualité n’est pas au rendez-vous quand on le compare au confort d’un viseur optique.

Je parle bien d’une comparaison avec un viseur optique, car pour un viseur numérique, il s’en sort très très bien.

Bougez l’appareil (pour suivre un objet en mouvement), et l’image va saccader et ne suivra pas, bien que ce point ait vraiment été amélioré par rapport au X-E1. Photographiez une scène contrastée, et les hautes lumières seront cramées, alors que les ombres seront clairement bouchées, encore une fois, bien que ce détail  soit aussi meilleur sur cette version.

La définition est bonne, et la gestion des couleurs juste.

Au-delà de ces défauts qui se retrouvent au demeurant sur TOUS les viseurs électroniques, ceux-ci ont certains avantages que l’on ne peut pas nier.

Afficher les infos importantes en temps réel, telles que l’histogramme ou encore l’échelle de distance en mode macro… etc.

Au final, je trouve les viseurs électroniques pénalisants dans leur capacité actuelle, j’espère que dans un futur proche le niveau sera tel qu’il devienne agréable de les utiliser!

La prise en main :

xe2details

Voilà encore un point qui m’a séduit!

Fuji a fait un travail vraiment superbe du point de vue de l’ergonomie, quelque chose de soigné, esthétique et vraiment fonctionnel.

Tout en gardant l’esprit « vieux » boîtier, ils ont réussi le petit exploit de rendre cet appareil très intuitif  avec une facilité d’utilisation impressionnante.

Quand on les prend en main, la première sensation est étrange, ils sont plus légers que ce que leur apparence laisse présager.

Les réglages ouverture vitesse se font à l’ancienne. Sur la bague de l’objectif pour l’ouverture, pour la vitesse, c’est une molette que l’on va tourner sur laquelle toutes les valeurs sont gravées.

On peut saluer le placement très logique et qui tombe sous la main des boutons.

Comme l’excellente idée de la molette cliquable ou encore celle qui permet de directement accéder à la correction d’exposition, qui sur cette version 2 passe d’une correction maximum de plus ou moins deux stops à plus ou moins trois stops, très bonne évolution.

On peut régler la plupart des fonctions l’œil directement au viseur, d’autant plus facilement que ledit viseur est électronique (un des avantages.. Oui, il en a quand même… ^__^) qui de fait affiche les menus.

Menus qui sont simples et logiques, avec une ergonomie agréable.

J’ajouterai qu’on trouve de sympathiques fonctions, comme la simulation des émulations ou encore la possibilité de constituer un panorama directement à la prise de vue. Je dois pourtant avouer que je préfère réaliser ce genre de chose tranquillement en post-traitement.

La prise en main est bonne, très agréable, sa compacité et son poids ont pour effet qu’il sait se faire oublier et que de fait on l’emporte facilement avec soi. En photographie de rue, pour les prises de vues « spontanées », c’est un vrai avantage.

On notera que les molettes du X-E2 sont bien plus fermes, ce qui évite tout changement accidentel, encore une bonne évolution, qui reste bien plus pratique que le bouton de sécurité.

On peut donc saluer le superbe travail de Fuji du côté ergonomie prise en main !

Qualité d’image :

Le Fuji X-E2 embarque la nouvelle mouture du capteur X-trans que l’on avait découvert avec le X100s qui a cette belle particularité d’offrir des images d’un piqué incroyable et d’encaisser encore mieux les différence de luminosité. Voyons si cela change les choses dans l’absolu.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, voici les points principaux sur lesquels je me penche pour tester la qualité d’image.

Ces différents points, qui rentrent en ligne de compte pour offrir la meilleure qualité d’image qui soit dans toutes les situations possibles, sont :

  • La qualité de l’exposition.
  • La qualité de l’AF.
  • La qualité des images fournies et la gestion de la montée en ISO.

Nous allons donc les détailler afin de voir ce que ces appareils ont à offrir !

La qualité d’exposition :

Garage Contre-jour

Si le X-E1 travaillait déjà de façon incroyable, la version 2 va encore plus loin, aidée en ça par son capteur qui a une dynamique impressionnante, ce n’est pas encore du Moyen Format, mais c’est étonnant!

Quelles que soient les conditions, le boîtier relève le défi haut la main, il est extrêmement difficile de le piéger, comme on peut le voir sur la photo d’illustration qui est loin d’être facile à négocier question expo.

Les 256 zones font très bien leur travail et on sait que l’on peut compter sur une exposition de qualité, un gros plus bien agréable.

Autofocus et piqué:

Le piqué est en relation directe avec l’autofocus, mais aussi tributaire de l’optique que l’on met devant le capteur.

Il faut savoir que Fuji a un très grand savoir-faire dans le domaine de l’optique. Fuji produit beaucoup d’objectifs pour les caméras professionnelles. Un savoir-faire que ses Maîtres opticiens ont utilisé pour réaliser des objectifs de très bonne qualité.

Ceci étant souligné, nous pouvons continuer comme à notre habitude.

Dans la première version de cet appareil, je trouvais l’autofocus un peu poussif, et il est vrai que ce n’était pas une foudre de guerre.

Fuji avec le X-E2 a vraiment travaillé sur ce point pour nous offrir un tout nouvel AF digne de ce nom et qui est incroyablement rapide pour un système qui ne fonctionne pas par détection phase.

On peut dire qu’ici Fuji a relevé le défi et a réussi à nous offrir une mise au point auto qui fonctionne réellement de façon très efficace et nous permet de photographier à peu près tout les sujets, comme le démontre la photo ci-dessous.

Mouette en vol

Pour le piqué, c’est presque une évidence, entre les optiques de très bonne qualité et le capteur sans filtre passe-bas, on ne pouvait pas avoir de mauvaises surprises !

Le piqué est tout simplement superlatif, le summum dans cette catégorie d’appareils !

La gestion de la montée en ISO :

Encore une fois (n’en déplaise à ceux qui cherchent du sang) Fuji a superbement travaillé !

Comme vous le savez maintenant, si vous êtes un habitué, cela fait un moment que j’ai pris parti de ne plus faire une série de photos à chaque valeur ISO pour vous les présenter.

Je pense simplement que prendre un objet en augmentant la valeur ISO n’est pas un compte rendu juste de la réalité du terrain !

En effet, un éclairage qui donne un 1/20 de seconde à f/5,6 pour 100 ISO, donnera 1/5 000 de seconde à la même ouverture pour 25 600 ISO, ce qui est loin d’être la situation lumineuse la plus catastrophique. De fait, le fichier présenté ne souffrira que très peu du manque de lumière, ce qui sur le terrain est bien différent. En règle générale, on utilise de telles valeurs pour pallier un manque de luminosité.

Quand on regarde la photo d’illustration de ce chapitre (ci-dessous), la fameuse Maison-Blanche Lego que vous connaissez bien maintenant, on voit qu’elle a été prise à 1/12 de seconde, à une ouverture de f/4 pour 6’400 ISO.

X-E2 haut ISO - 6'400ISO 1/12s f/4

Comme on peut le constater si on clique ICI pour regarder le crop 100%, le fichier est tout particulièrement propre que ce soit dans les hautes ou dans les basses lumières!

Une très belle maîtrise de la montée en ISO encore meilleure que son prédécesseur qui était déjà très très performant.

Il faut savoir que les valeurs de base  de ces boîtiers sont comprises entre 200 et 6 400 ISO, que l’on peut étendre de 100 à 25 600 ISO.

Je dirais que les fichiers supportent sans trop de problème  la montée jusqu’à 6 400 ISO, à partir de12 800 c’est jouable pour l’impression avec un bon travail de post-traitement. Au-delà, je déconseille, ou alors uniquement pour un affichage web qui ne dépassera pas 1 200px de large.

Conclusion :

X-E2 Gastronomique

J’étais déjà amoureux du Fuji X-E1, et je dois dire que je suis encore plus séduit par sa nouvelle version, le X-E2 qui semble presque combler toutes les faiblesses de la version 1.

Il ne lui manque pas grand-chose pour que je sois totalement et pleinement sous le charme.

En effet, j’ai toujours un peu de peine avec le viseur électronique, mais on finit par s’y habituer.

Ce que je peux dire, c’est que de tous les hybrides du marché, le X-E2 a clairement ma préférence, c’est un appareil qui sait vraiment réunir le côté vieil appareil et la modernité du numérique.

Fuji a bien écouté les remarques de ses clients et nous livre ici une version 2 réellement aboutie.

Voilà un appareil que je conseille sans le moindre doute, un superbe boîtier.

Bon courage et bonnes photos !

Pour acheter cet article, cliquez ICI: Fujifilm X-E2 + Objectif Fujinon XF 18-55mm

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

116 Comments
  1. Après quelques semaines d’utilisation, j’arrive à la même conclusion. Quelle belle évolution.
    Par contre j’ai remarqué quelques petites choses à améliorer, comme le bouton View Mode qui a disparu.
    Mais rien de bien grave.

  2. Chantal

    Merci d’avoir joué avec le X-E2 pour nous Darth. J’hésite encore….
    J’ai le X-E1. Faut-il attendre le X-T1 sans passer par le X-E2 ??
    Y-aura-t’il un test du X-T1 avant la sortie presque prévue du X-Pro2 (des bruits courent déjà) et son fameux viseur optique ? :)

  3. Stéphane

    Merci Darth pour ce nouveau test.
    Plus je lis de tests sur tous ces derniers boîtiers, plus je me rends compte que mon 7D commence à accuser son âge… Il est certes toujours efficace, mais en qualité d’image, tout le monde lui passe devant avec ces nouveaux capteurs APS-C. Et même les capteurs 4/3 semblent largement égaler celui du 7D (en montée ISO…)

    Bref, un joli boîtier que ce dernier Fuji, cela promet du tout bon pour le prochain X-Pro !

    En revanche, je me demande toujours si ces boîtiers pourrAIENT remplacer un reflex pour du travail pro ?
    Je suis convaincu que pour du mariage, portrait, urbex, paysage même, un X-E2 ou sa future version « Pro » pourrait largement faire le job.
    En revanche, et malgré ta mouette qui semble plus bien nette, qu’en est-il pour du sport ? De l’équitation ? Du surf ? Pire… de la danse en intérieur ?

    Comment réagit l’AF en suivi en faible lumière ?
    Pas mal d’optiques me semblent également encore manquantes. Un 70-200mm f2.8 Fuji ?

    Bref… on dirait que ça limite encore l’usage de ces boîtiers hybrides, ou en tous cas les écartent d’un usage polyvalent pro.
    C’est pour ça que je piste avec bcp de curiosité les futures sorties Sony, en monture A (APS-C et FF), qui pourront peut-être concilie le meilleur des 2 mondes !

    • Non, sincèrement, même si la mouette était net (et croit moi elle l’est vraiment), je connais bien l’oiseau, il vient face à moi, et donc c’est plus simple.

      Si un X-E2 peut remplacer un boîtier pro pour de la photo « standard », il n’est clairement pas près à rivalisé sur de la photo plus musclé, la photo d’action reste du côté des reflex!

  4. Merci pour ce test qui vient très justement compléter le retour d’expérience de Eiffair :-)

    Ils ont vraiment une super gamme d’appareils photo chez fuji ! Je ne regrette absolument pas mon X100s, et je bave devant ce X-E2 ^^

    En comparant les deux (d’un point de vue ergonomie), la molette de correction d’exposition du X-E2 me parait moins pratique, puisque elle est ancrée dans le boitier, accessible uniquement par la face arrière de l’appareil, d’après ce que je vois.

    Et niveau plage dynamique, tu le trouve fort sur ce point, c’est lié au capteur ? Il est possible de régler cette plage, mais ne la maitrisant pas du tout, je l’ai laissé sur « auto ». Et j’ai cru comprendre qu’on pouvait la modifier en fonction des valeurs ISO qu’on utilise, c’est vrai ? Aurais-tu un conseil de ce côté là pour l’optimiser ?

    Merci encore pour ce très bon test ;-)

    PS: ta photo de mouette est magnifique !!

  5. Jean-Seb

    Je regarde depuis un moment du côté de chez Fuji pour trouver de quoi seconder mon bon D800 lorsque je n’ai pas envie de m’encombrer.
    Du coup ce X-E2 tombe à pic. Attendons de voir de quoi demain sera fait (avec l’annonce toujours chez Fuji du X-T1), voire d’après demain (X-PRO2?) mais en attendant celui ci est très très tentant.

  6. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’avoir un hybride entre les mains.. Mais j’avoue que là tout de suite cela ne me tente pas plus que ça ^^
    Par contre, j’ai vraiment l’impression que Fuji cartonne sur ce créneau ! Ca donnerai presque envie d’essayer ;)
    :)

    Merci pour ce test Darth :tumbsup:

  7. Michael

    Très intéressant comme essai. Ça nous fait voir autre chose et titille ma curiosité. C’est bien qu’une autre marque se « démarque », cela va forcer certaines à se réveiller un peu:)

  8. Un point (vital pour moi) mais qui ne semble pas avoir été abordé dans ce test : qu’en est-il des collimateurs ?

    Peut on, comme sur un reflex, choisir un collimateur précis ?
    Et si oui quelle est la sensibilité des collimateurs ? (collimateur central plus sensible je suppose)

    Et encore merci pour ce test :)

  9. Le look rétro redevient de plus en plus à la mode. Je commence à devenir ringard avec mon D90 8-O

    Après tu peux monter n’importe qu’elle optique sur ce ce Fuji ou tu es très vite limité?

  10. En faites, je viens de relire ce que tu disais déjà sur le XE-1, tu aurais presque pu reprendre cet article et y ajouter les mises à jour faites par Fuji :lol:

    Je reste persuadé que Fuji nous livres depuis quelques temps le meilleur dans ses catégories et qu’il a pas fini de nous surprendre.

    Quand je vois que certains constructeurs si essaye aussi et se vautrent, je dit BRAVO Mr Fuji :tumbsup:

    En tout cas les photos présentent dans le test sont toutes TOP et j’aime particulièrement l’ambiance lumineuse dans le parking. :tumbsup:

  11. Chantalp73

    Possédant depuis plusieurs mois le X-E1 (achat « coup de coeur »), j’y suis vraiment attaché et complète à merveille mon Canon 6D. Et je ne peux qu’être d’accord sur la qualité photographique délivrée par cet appareil. J’imagine donc sans peine que le X-E2 lui est supérieur.

    Ceci dit, Fuji délivre, avec son fameux « Kai Zen », un message très positif à ses utilisateurs. Même si nous avons sorti un nouvel appareil, on ne vous laisse pas tomber si vous posséder le modèle précédent. Les mises à jour suivent et améliorent grandement le X-E1, autant que les objectifs.

    Concernant les objectifs justement, Fuji délivrent des optiques de très grande qualité et leur catalogue commence à avoir fière allure. Ensuite, à l’aide d’une bague adaptatrice, on peut monter des objectifs à monture M (Leica, Voigtländer, Carl Zeiss). Avec un peu de chance, en occasion, on peut tomber sur des petits bijoux pour un montant correct.

    Toujours en bagues adaptatrices, on arrive à trouver des bagues pour objectifs à monture FD (Canon), Nikon, M42, Pentax, etc… A savoir que l’utilisation de ces bagues adaptatrices rendent les objectifs manuels, donc pas d’autofocus.

    Ensuite, pour la molette de correction d’exposition qui est très sensible sur le X-E1, on peut compenser ceci en ajoutant un « thumb rest » sur l’appareil.

    Voili, voilà, j’ai fini de vous gaver :lol:

    Et encore bravo pour tes photos magnifiques Franky :ll:

  12. Salut et merci pour cet article sur XE2. Je suis actuellement dans une bonne réflexion car je souhaite m’acheter un compact expert et je n’arrive pas à me décider. J’ai déjà un réflex mais il me faut quelque chose de plus simple à transporter, avec un bon piqué et une bonne montée en ISO… Et si possible pas trop gros.

    Penses-tu que le XE2 peut-être un bon choix ou est-ce qu’un RX100 peut tout à fait suffire ?

    Merci

  13. Boris

    J’ai un XE2 depuis un mois. Les photos sont excellentes, même en mode auto.
    Un regret : la connexion Wifi n’apporte pas grand chose. On ne peut que transmettre les photos. Peut-on espérer une mise à jour du firmware pour ajouter la possibilité de commande à partir d’un smartphone, comme sur le récent XT1 ?

  14. Hello et merci pour ce test. Tes photos sont superbes. Franchement. Je sais que ce n’est pas forcément ton truc mais est ce que tu as eu l’occasion de tester la vidéo ? Paraît que ce n’est pas le point fort de Fujifilm mais est ce que c’est exploitable pour des tests de produits et autres unboxings par exemple.

    Merci d’avance

6 Pings & Trackbacks
  1. […] Lire l’intégralité de cet article sur darth.ch […]

  2. […] Le Fuji X-E2 embarque la nouvelle mouture du capteur X-trans que l'on avait découvert avec le X100s qui a cette belle particularité d'offrir des images d'un piqué incroyable et d'encaisser encore mieux les différence de …  […]

  3. […] Le X-E1 était déjà un appareil que je trouvais exceptionnel. Je me demandais comment Fuji pouvait espérer améliorer les choses, bien que certains points me semblassent effectivement améliorables.Ce que je redoutais, c’était une mise à jour surtout cosmétique pour pousser les acheteurs vers la nouveauté, mais c’était sans compter sur le savoir-faire de Fuji qui a réussi à réellement améliorer les choses.Il faut dire qu’en ce moment Fuji ne se repose pas sur ses lauriers, qu’il ne profite pas de l’incroyable succès de leur boîtier pour ne rien faire, bien au contraire. Le 28 janvier de cette année le démontrera très clairement.Mais nous sommes là pour voir ce que le petit et nouveau X-E2 a dans le ventre, donc, concentrons nous sur lui.  […]

  4. […] Si vous voulez creuser, je vous colle deux tests, à lire, un plus technique chez Les Numériques, et l’autre plus « le X-E2 au quotidien » : – Fujifilm X-E2 : Test complet sur LesNumeriques. - Test Terrain : Fuji X-E2 sur Darth’s Blog. […]

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓