Fujifilm X-T3, séduction intense.

Comme vous avez sans doute pu le remarquer, j’ai été quelques peu absent ces dernières semaines, la faute à un emploi du temps surchargé ainsi qu’à un nouveau projet sur lequel je travaille et dont je vous parlerai bientôt. Et pour le faire pardonner cette absence, quoi de mieux que de vous parler d’un des boitiers le plus attendus de cette année, le Fujifilm X-T3 ?

De l’extérieur, le X-T3 semble être le jumeau du X-T2. Cependant, sous cette robe bien connue, se cachent des dessous complètement nouveaux et diablement attirant. Plongeons au cœur de la bête pour voir ce qui s’y cache.

Nouveautés.

Fujinon XF 10-24mm f/4 R OIS – 24mm – 160 isos – f/9 – 1/200

Au centre du système, se cache une tout nouveau capteur Aps-C Cmos X-Trans de 4ième génération, d’une définition de 26Mpx. Il est épaulé par une puce X-Processor 4, tout aussi nouvelle que lui. Par contre, il ne possède pas de capteur stabilisé.

Le viseur électronique est très précis. Il passe à 3,69 millions de points avec un taux de rafraichissement de 100 i/s en mode boost et 60 i/s en mode normal, le tout avecu n agrandissement de 0,75x. Il est très agréable à utiliser, large, clair et précis.

L’écran tactile a été amélioré pour être plus réactif et incorpore maintenant plus de fonctions tactiles. Il conserve son articulation horizontale et verticale.

Fujinon XF10-24mm f/4 R OIS – 10mm – 160 isos – f/4 – 1/80 

D’un point de vue ergonomique, on retrouve majoritaire les caractéristiques du X-T2, avec les molettes sur le dessus, le look vintage, des roulettes avant et arrière. La poignée a été retravaillée pour être un rien plus profonde, ce qui confère une meilleure préhension. J’ai eu l’occasion d’avoir de plus le grip durant la durée de ce test. Je dois avouer que personnellement, je trouve cela plus confortable, et pas seulement en mode portrait. Ce grip embarque également 2 batteries supplémentaires et nous verrons plus tard que ce n’est pas du superflu.

Les menus restent quasi inchangés. Une petite nouveauté bien pratique y est apparue : le menu Q, qui permet d’avoir un accès direct aux principaux réglages du boitier est maintenant compatible avec les fonctions tactiles du boitier. Cependant, ce n’est toujours pas le cas du menu général.

Notons également la présence d’un double lecteur de cartes mémoires au format SD compatible UHS-II. Il possède également une prise synchro-flash en façade et des prises mini-jack micro et casque, HDMI et USB-C sur le côté (la prise USB-C peut être utilisée pour charger l’appareil). Il est également muni de connexions Wifi et Bluetooth.

Le boitier est bien sûr tropicalisé.

Réactivité et précision.

Fujinon XF56mmF1.2 R – 160 isos – f/1.2 – 1/100

Au rayon des nouveautés se trouve également un nouvel autofocus à détection de phase comprenant 425 collimateurs et dont la sensibilité a été améliorée pour atteindre -3IL. La rafale quant à elle passe à 11 images/secondes en obturateur mécanique et ce même sans le grip, contrairement au X-T2. En obturateur électronique, elle monte à 30 images/secondes mais au prix d’un recadrage de 1,25x.

Il offre tous les raffinements du genre ainsi qu’une reconnaissance faciale et détection oculaire, y compris en mode suivi.

Sur le terrain, je dois bien avouer que ce nouveau module autofocus fonctionne à merveille. Que ce soit sur sujet immobile ou se déplaçant, y compris dans des conditions de lumières difficiles sur des sujets mobiles, je n’ai quasiment jamais su le prendre en défaut. La seule fois où il a eu du mal, c’est en utilisant la détection oculaire avec un modèle portant des lunettes de soleil baissée sur le bout du nez. Le reste du temps, le nombre de déchet de mise au point est assez marginal.

Fujinon XF 18-55mmF2.8-4 R LM OIS – 42.5mm – 160 isos – f/8 – 1/500

Il est possible de déplacer son collimateur de mise au point via l’écran tactile avec son pouce, tout en gardant l’œil dans le viseur. Sur papier, c’est très pratique, efficace et précis. Sur le terrain, par contre, ce n’est pas vraiment le cas. Cette fonction manque de réactivité. Cela reste plus rapide et facile avec le petit joystick. À n’en pas douter que cette possibilité soit plus efficace dans le futur.

Qualité des images

Fujinon XF 80mmF2.8 R LM OIS WR Macro – 160 isos – f/8 – 1/100

Autant vous le dire tout suite plutôt que d’essayer de maintenir un suspens non crédible, la qualité des images est vraiment au rendez-vous. On se situe ici dans le (très) haut du panier. La dynamique du capteur vous permet de bien gérer les grands écarts de luminosité, les contrastes sont agréables à l’œil et comme toujours chez Fujifilm, le rendu des couleurs est absolument magnifique.

J’en profite pour faire une petite digression en rapport avec la qualité des images : vous pouvez avoir le meilleur capteur qui existe, si vous lui mettez un cul de bouteille devant, vos images seront décevantes. Je vais donc vous parler des objectifs Fujinon. Pour ce test, j’ai pu obtenir 4 objectifs supplémentaires en plus du 18-55 f/2.8-4 vendu en kit avec le boitier. J’ai donc pu utiliser 2 focales fixes : le 56mm f/1.2 R et le 80mm f/2.8 Macro ainsi que 2 zooms : le 10-24 f/4 et le 100-400 f/4.5-5.6. Vous trouverez d’ailleurs en-dessous de chaque photo les exifs et l’objectif utilisé. Il faut avouer que la qualité des optiques est largement au niveau de celle du boitier.

Fujinon XF80mmF2.8 R LM OIS WR Macro – 160 isos – f/2.8 – 1/100

Revenons-en aux images. Les RAW générés vous permettront d’en tirer le meilleur au développement et les Jpegs générés sont d’excellente facture et suffisamment souples pour vous permettre un bien sympathique développement. Il est à noter que vous pouvez toujours sélectionner toute une gamme de filtre pour vos Jpegs, y compris l’Eterna, récemment apparu sur le X-H1.

La montée en Iso est plutôt bien gérée, les isos natifs sont 160 isos. Selon vos goûts personnels, ce sera propre jusque 6.400 isos et cela peut rester exploitable jusque 12.800 isos. La photo ci-dessous est un Jpeg issu du boitier. 

Fujinon XF100-400mmF4.5-5.6 R LM OIS WR – 400mm – 2500 isos – f/5.6 – 1/500

Il y a malgré tout un petit bémol lié à l’autonomie. Elle est annoncée pour 390 images/batterie. Sur le terrain, lors de mes tests, cela s’est traduit par 2 heures/batterie (écran désactivé et détection oculaire sur le viseur) Je précise que j’étais en mode boost pour bénéficier des meilleures performances du viseur, mode qui a priori consomme 30% d’énergie en plus. Comme j’avais le grip emportant 2 batteries supplémentaires, cela ne m’a pas vraiment posé de problème. Cependant, si je devais utiliser le boitier à la place de mon bon vieux reflex, je pense que j’aurais besoin de 3 batteries constamment avec moi. Pensez à prendre cet élément en compte si vous envisagez un achat.

Vidéo.

Fujinon XF100-400mmF4.5-5.6 R LM OIS WR – 400mm – 400 isos – f/5.6 – 1/640

Je ne suis pas un spécialiste de la vidéo, que du contraire même. Et malheureusement, pour des raisons de disponibilités, je n’ai pas eu l’occasion de le faire tester par un vrai spécialiste du domaine.

D’un point de vue technique, le X-T3 vous permet un enregistrement 4K DCI (4 096 x 2 160 px) en 60p (sur une zone recadrée) et en 4:2:0 10 bits à 200 Mb/s en interne. Si vous utilisez la sortie HDMI, il est possible de passer au 4:2:2 10 bits. Les formats suivant sont également disponibles : H.264 ou H.265 en All-Intra (4K 29,97p/25p/24p/23,98p 400 Mb/s et 2K/HDTV 1080 59,94p/50p/29,97p/25p/24p/23,98p 200 Mb/s) ou Long-GOP.

En 4K 60/50p, vous aurez droit à 20 minutes d’enregistrement. Cette durée passe à 30 minutes dans les autres modes.

Pour ce que j’en ai vu, l’autofocus fait le job et l’option de suivi des visages me semble plutôt assez efficace.

Conclusion

Fujinon XF56mmF1.2 R – 1600 isos – f/1.2 – 1/200

Le X-T3 semble être le compromis idéal : très bon en photo, bon en vidéo, pas trop encombrant, pas trop lourd, tropicalisé, bénéficiant d’un solide parc optique et le tout pour un prix loin d’être exorbitant. Il a tout pour séduire. Bien évidemment, il n’est pas parfait mais honnêtement, nous avons peut-être affaire là au meilleur rapport prix/performance actuellement disponible sur le marché.

À propos de l'auteur:

Photographe belge, une fois. :-)Passionné par la lumière.Mes champs d'activité couvrent le portrait, les paysages, l'architecture, les voyages ainsi que les mariages et la famille.Mon travail a été publié dans différents magasines, tel le Photoshop User Magazine ou le Dark Beauty Magazine et j'ai également été lauréat de plusieurs concours internationnaux, notament dans le domaine du portrait, du mariage et du paysage.

18 Comments
  1. SamD

    Un article très intéressant (comme toujours).
    Étant équipé en Pentax K5, je souhaite changer de matériel pour du plus récent et pourquoi pas de l’hybride. Ma pratique photo est un peu divers mais j’aimerais faire un peu plus d’animalier en forêt (la tropicalisation est nécéssaire). Avec le XT3 j’ai peur d’être limité en focale (100-400), comme avec Pentax. Y ajouter un extenseur 1.4 voir 2 ne va-t-il pas nuire lors des scènes à basses lumières ? D’où mon questionnement et hésitation entre différentes marques.
    Bonne continuation et de bonne fêtes de fin d’année 👍

    • Merci Sam.
      Comme il s’agit d”un capteur Aps-C, tu as l’equivalent d’un 150-600. C’est quand meme pas si mal :)
      Il existe un doubleur et un 1.4. Comme je ne les ai pas eu, je ne peux pas te donner d’avis dessus.
      Cela dit, tu es deja sur du f/5.6 a 400mm, va te falloir un jour bien lumineux et taper dans les hauts isos, vu qu’a la base, une foret n’est pas l’endroit le plus lumineux du monde. Cela dit, tu pourras faire de tres belles choses avec, surtout compte tenu du prix par rapport a un 600 f/4 et pour un encombrement pas trop important.

  2. Hello, pas sur qu’un mirroless soit l’ideal Puisque l’attente est un paramètre à prendre en compte. Avoir l’oeil Dans le viseur prendra de la batterie !
    L’avantage de l’obturateur électronique pour ne pas faire de bruit est intéressant… mais si y’a plus de batteries… ;-)

      • Cela dépend combien de temps tu restes à l’affût et si la scène change de manière à avoir l’oeil dans le viseur de longues heures :-) Mais il est vrai que dans ce cas effectivement ça aide :-)
        Ça reste un très joli boîtier que j’ai eu en main quelques Minutes. Comme tu dis, aujourd’hui aucune boîtier n’est mauvais, et les optiques Fuji sont pratiquement toutes de très bonnes qualités.

        • En 2h, j’ai consommé 1 batterie donc avec un grip, ca te donne 6h. Ca te laisse une marge sympa.
          Et tu as amplement raison, a l’heure actuelle, il n’y a quasiment plus aucun mauvais boitier. ;)

  3. Bonjour, merci pour cet article très intéressant et très complet, je ne suis pas un spécialiste de la vidéo non plus, donc son absence de test ne m’a pas gênée. On ne sait plus quoi choisir aujourd’hui avec les constructeurs qui se positionnent sur le marché avec les hybrides. Lorsque l’on fait le ration poids qualité prix, cela donne bien envie de franchir le pas, surtout pour un second boîtier. Passez de bonnes fêtes

    • Content que l’article vous ait plu Roger.
      Le point positif pour les utilisateurs, c’est que cette concurrence va forcer tout le monde à innover et avec un peu de chance aussi a se livrer bataille sur le terrain des prix
      Pour le point, c’est vraiment a voir au cas par cas: des fois ca vaut la peine, des fois non.
      Passez de bonnes fêtes également. ;)

    • Je dois dire que ce qui m’a toujours Embêté avec
      Les boîtiers fuji c’etait les couleurs. Mais, je n’ai pas re eu des boîtiers Fuji depuis leur changement de capteur. La colorimétrie s’est aujourd’hui bien améliorée. Je crois qu’il n’y a plus rien à dire…
      Mais faire un switch aujourd’hui me coûterait trop cher pour une pratique amateur. Nous sommes la plupart lié à une marque par l’investIssement que l’on a réalisé pendant des années. Le professionnel réagit différent, il lui faut un appareil, un outil.
      Bien que les optiques Fuji m’ont toujours parues peu plus « fragiles. »
      Bonnes fêtes !

  4. Mathieu F.

    Je ne me poserais même pas la question. Je n’aime pas les viseurs électroniques (et j’ai testé les derniers modèles).
    Donc je reste Reflex (et compact 1 pouce quand je veux être très léger).
    Je pense qu’il en faut pour tout les goûts. Et ça risque de durer longtemps d’avoir ce choix Reflex / Hybride. Et tant mieux…
    Chouette article et photos.

  5. Salut Denis,

    Article toujours aussi intéressant :tumbsup:

    Un ami photographe ma prêté le temps de quelques heures le x-t2 pour comparer avec mon x-t20. Que dire super boitier hybride, donc j’image que celui-là doit être TOP. Il photographie des mariages avec, personnellement je n’en suis pas à ce stade pour cette utilisation avec ce type de boitier. Au vue du x-t2, le x-t3 doit être formidable. Le reproche que j’aurais à faire au X-T c’est le capteur qui n’est stabilisé. J’ai des élevés qui ont des hybrides Olympus capteur stabilisé, ils descendent à des vitesses 1/2 seconde à main levés sans notre flou de bougé !

    Je vous souhaite de bonne fête :ll:

  6. À chaque fois j’ai ce syndrome ou lorsque je vois une démonstration avec un appareil photo j’ai envie de l’acheter. Je suis trop compulsif haha. Encore merci pour ce partage, on voit clairement toutes les aptitudes de ce matériel et ses différentes caractéristiques. À partager !

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓