Les affûts payants

Avant même de commencer cet article et de vous expliquer ce qu’est un affût payant et vous donner ma vison des choses sur le sujet et les polémiques qui entoure cette pratique, je vais rendre à César ce qui appartient à César.

Il y a encore quelques jours de cela, je ne savais pas ce qu’était un affût payant, pire encore, je ne savais même pas que cela existait !

C’est grâce au dernier numéro de Nat’Images que j’ai découvert cette pratique (très bon Nº 2 je vous le conseille à tous).

Comme toujours quand je lis un magazine que j’apprécie (surtout un mag photo) je regarde en premier lieu toutes les photos, et je lis les articles après.

Et c’est à la page 44 du dernier Nat’image que mes yeux se sont mis à briller !

En double page un balbuzard en pleine action de pêche avec un saumon entre ses serres !

Me voilà amoureux, sous le charme et ma première réflexion est:

Wouaw ! J’aimerais tellement faire une photo pareil, mais pour moi c’est impossible !

La réflexion n’est pas veine, car pour obtenir une image du genre en pleine nature (je regrette de ne pouvoir vous la montrer) il faut une sacrée préparation, beaucoup de patience et ne pas avoir peur de passer des heures en affût !

Le pire, je tourne les pages, et je vois une dizaine de photos du genre, tout aussi belles que la première … j’ai comme une pointe de jalousie qui monte en moi :mrgreen:

Exceptionnellement, je ne continue pas mon tour « photo » je me mets à lire l’article, et là, j’apprends que ces photos ont été faites depuis un affût payant !

Ha bon ? Mais au fait, c’est quoi un affût payant ?

Je me suis donc posé cette question, j’avais en partie la réponse, car la notion d’affût payant a été pas mal traité dans ce numéro de Nat’Image.

J’ai pourtant fait quelques recherches.

Affût payant:

Affût construit en dure (bois ou autre) sur un lieu précis et privilégié de la faune pour se nourrir (spot). Moyennant monnaie les photographes ont accès à ces affûts spacieux et confortables (chauffé, siège, table pour écrire ….etc).

L’affût payant offre surtout la quasi-certitude de revenir avec des images superbes de l’espèce choisie, bien souvent des images qui auraient été très difficiles à obtenir de façon plus traditionnelle.

On trouve des affûts payants pour différentes espèces et dans de nombreuses régions.

Voici une petite liste non exhaustive des espèce que l’on peut photographier:

  • Ours
  • Glouton
  • Loutre
  • Tétra lyre
  • Grand Tétras
  • Plongeon catmarin
  • Grue cendrée
  • Aigle royal
  • Pygargue
  • Balbuzard
  • Cerfs
  • Chouette lapone
  • Oiseaux d’eau
  • Gypaète barbu
  • Grande Outarde

La polémique:

Il y a bien sûr une grosse polémique sur le sujet.

Quelle en est la substance ?

Le monde de la photo nature est coupé en deux, d’un côté les « anti affût payant » de l’autre ceux qui sont pour.

Les anti sont pour la plupart des « puristes » qui argumentent leur choix en expliquant qu’une photo d’un animal doit ce gagner sur le terrain, et que de débourser un peu d’argent contre l’assurance d’obtenir de bonnes images est une sorte de blasphème à la photo animalière.

Ils enfoncent le clou en expliquant qu’en plus de ne pas être éthique, ce genre de pratique tue la photo professionnelle, car des amateurs peuvent vendre le même genre d’image sans trop d’effort.

Au final, le problème finit même par toucher les concours où de plus en plus la question est de savoir si ce genre de clichés peuvent être acceptés.

Quelle est ma position ?

Depuis quelques jours que je fais des recherches sur le sujet, j’ai vu que le débat faisait rage sur les forums et ceci depuis longtemps (je me suis senti largué sur le coup :mrgreen: ).

J’ai donc voulu prendre un peu de recul avec tout ça avant d’émettre un avis.

Quand je regarde ma pratique photo, je me dis que je suis un petit démon qui vit entre deux mondes.

En effet, autant je pratique la photo en pleine nature en me servant d’affût (monté par mes soins) ou en pratiquant la billebaude (pour ceux qui ignorent ce qu’est la billebaude, je vous invite à lire ce super article de sur Aube-Nature ICI) mais je peux aussi faire des photos dans des parcs animaliers et des zoos sans pour autant rougir de cette pratique.

Du coup ma position, vous l’aurez deviné, sera en faveur des affûts payants.

Mes arguments seront les suivants :

J’aime la nature, et la prendre en photo est bien sûr une de mes grandes passions.

Malheureusement, comme beaucoup de personnes, j’ai un emploi du temps chargé. Il y a certaines priorités dans ma vie que je dois faire passer avant ma passion.

De ce fait, certaines espèces d’oiseaux m’étaient tout simplement inaccessibles dans la nature.

Comment avoir la chance de photographier un balbuzard pêcheur en pleine action alors que ce merveilleux rapace n’habite même pas du tout dans ma région ?

J’imagine mal me permettre de partir trois mois dans le nord de l’Europe histoire de mettre tout en œuvre pour photographier cet oiseau (et je peux vous assurer que trois mois ce n’est pas exagéré).

Surtout qu’à moins d’avoir une assurance de vendre le sujet au retour, je ne peux pas financer une telle expédition … donc, autant oublier.

Pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque de voir ces superbes scènes de pêche et immortaliser ces balbuzards qui évoluent en pleine liberté.

C’est un exemple parmi tant d’autres.

Les affûts payants permettent à des personnes qui sont dans mon cas, qui ne savent pas comment s’y prendre pour faire ce genre de photo,  qui ont des problèmes de mobilité…etc., de pouvoir toucher ce rêve du doigt.

Pour ce qui est des concours, j’avoue ne pas avoir une position tranchée, disons que je comprends mieux certaines photos, mais cela ne me dérange pas plus que ça.

Il ne faut pas oublier qu’avoir la possibilité de faire une photo ne veut pas dire que vous allez forcément la réussir.

L’argument expliquant que c’est tricher, car on obtient forcément des clichés de bonnes qualités ne peut pas tenir, sinon toutes les photos dans les zoos mériteraient des prix !

La qualité et le savoir-faire du photographe sont d’une importance capitale où que soient prises les photos.

Je pense simplement que tous concours devraient préciser ce qu’ils acceptent et ce qu’ils n’acceptent pas.

Pour la critique qui explique que les amateurs tuent le métier avec ce genre de chose, j’avoue (au risque de me faire quelques ennemis) qu’elle me fait doucement sourire.

Le reproche ne peut pas tenir la route quand on sait que parmi les pros qui crient au scandale, pas mal pratique l’affût payant !

Comment reprocher à une personne une activité que l’on pratique soit même ?

Est-ce que certaine technique doivent rester uniquement dans un cercle restreins ?

Les bons côtés des affûts payants :

Il faut savoir que dans la plupart des cas, exception mise à part, les affûts payants ont une action positive pour les espèces qui sont photographiées.

Il y a toujours des profiteurs, mais très souvent ce sont des passionnés et des groupes de protection qui mettent ces infrastructures à disposition, des personnes qui se battent pour préserver la faune qu’ils vous permettent de prendre en photo.

Le deuxième point positif, c’est « canaliser » les amateurs qui parfois faute de savoir comment s’y prendre font des bêtises en montant leur propre affût, avec des conséquences non négligeables sur la faune.

Je trouve bien plus terrible un photographe qui va déranger plusieurs espèces pour quelques images, le tout pour respecter une certaine vision de la photo qui lui interdit l’affût payant.

Malheureusement, certaines personnes posent bien des problèmes voulant poser leur propre affût sans se rendre compte des conséquences qu’il y a sur l’environnement direct, car ils ne savent pas s’y prendre.

Un affût payant est intégré dans son environnement accepté par la faune qui cohabite avec cette construction.

Cela permet de prendre des photos sans déranger l’espèce que l ‘on convoite ni le reste de la faune environnante.

Je sais que certain vont parler du nourrissage pour attirer le sujet que l’on veut photographier, mais en toute franchise, qu’elle photographe animalier n’a jamais mis une noisette pour attirer un écureuil, quelque graine pour attirer des oiseaux … etc. ?

Conclusion:

Je sais que cet article ne va pas faire plaisir à tout le monde, car il est de bon ton de dénigrer certaines photos.

On devient vite une sorte de sous photographe si on ose dans certains forums « nature » avouer qu’on a pris une photo dans un zoo, dans un parc animalier ou encore en affût payants.

Triste façon de rendre cette passion élitiste, de faire culpabiliser les photographes et les pousser à faire des bêtises !

D’autant, que tous ont commencé par être des débutants qui ont fait leurs apprentissages petit à petit, même un Vincent Munier (un de mes photographes préférés) a été un débutant !

Je préfère, et de loin, voir quelqu’un qui commence petit à petit , qui saura se faire plaisir avec un affût payant et qui au final fera des photos en pleine nature avec le respect et le savoir-faire quand il aura acquis l’expérience nécessaire, qu’une personne qui veut sauter des étapes et qui fera de grosses bêtises en pensant que la lecture d’un simple livre lui offrira tout ce qu’il a à savoir pour faire ses photos.

Je dirais simplement, ne culpabilisez pas, ne laisser pas votre amour de la photo et de la nature être dicté par les préjugés de certains puristes qui se battent pour une photo élitiste.

Faites-vous plaisir dans le respect de la nature, c’est la seule chose qui compte !

Bon courage et bonne photo … que ce soit en pleine nature ou dans un affût payant ! ;)

 

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

21 Comments
  1. Bon article qui va lancé le débat :mrgreen:
    Pour ma part, je serais tenté de ne pas cautionner l’affut payant pour les concours, c’est une manière de se faciliter la vie et d’avoir la photo que l’on veut facilement…
    Mais d’un autre côté, ce n’est pas plus de la triche que les personnes habitant ou passant beaucoup de temps en Afrique et gagnant avec des photos d’animaux de la savane.
    Ce n’est que notre point de vue et notre amour propre qui nous pousse à penser de la sorte.

    Comme tu le dis, mieux vaut un affut payant aménager par des experts de la région et qui ne dérangera pas la faune (ou très peu) que plein d’affut de photographe qui feront fuir l’espèce ciblée, ou pire conduirons à la perte de sa couvée (ou sa propre perte….).

    Bref je pense que dans certaine région, il n’y a pas d’autre choix pour respecter au maximum la faune que d’avoir ces affuts payant. De plus ça permet de prendre contact avec les gens responsables de la région, de nouer des liens et peut être de pouvoir, si la confiance s’installe, aller dans d’autre site non ouvert au public.

    La seule chose au final, c’est que le photographe se montre honnête sur l’origine de sa photo et sur sa démarche.

  2. J’aime braucoup ta dernière phrase qui pour moi sonne très juste !

    En effet le plus important c’est d’être honnête quant à l’origine de ses images !

    Merci pour ton commentaire avec lequel je suis à 100% d’accord !

  3. taz

    En effet, le plus important est l’honnetete du photographe quant à l’origine de sa photo (voir le prix wildlife de la BBC…)

    Après tout est ce pire de payer un affut accessible à tous et toute l’année ou se payer un guide qui connait les bons coins et a ses affuts perso. De même, si je vais dans un affut monter à l’année mais gratuit est ce mal ou pas ?

    Dernier point, il est parfois difficile d’acquérir de l’expérience seul et il est également de trouver un photographe nature prêt à nous enseigner. L’affut permanent présente donc l’avantage de faire de la photo nature sans déranger les espèces et en plus de rencontrer des gens ce qui est toujours sympa.

    Je ne fais pas d’affut payant mais des sorties LPO payantes, c’est grave docteur ?

    • Ce qui est grave cher patient, c’est de faire passer ce genre d’activité pour une de sacrilège photographique.

      J’aime la photo et tous ceux qui font vivre cette passion, malheureusement, il y a beaucoup trop de personne qui pensent avoir la réponse à toutes les questions et que leur façon de penser doit devenir LA façon de penser.

      En tout cas, c’est rassurant de voir que d’autre personne partage ma vision des choses !

      Merci pour ton commentaire ;)

  4. Danielle

    En quoi un affût payant serait-il plus dérangeant qu’un safari photo dans un parc naturel ?
    L’important étant toujours de respecter les animaux – le nourrissage ne me parait pas une bonne pratique cependant ….-
    Quant à dire honnêtement où et comment la photo a été prise me semble la moindre des choses.

    • En effet, les safari photo sont bien plus accepté que les affût payant, alors que le principe reste à peu de chose près le même.

      De plus, il ne faut pas oublier que ce qui pousse aussi pas mal de personne à vouloir faire ce genre d’image, c’est la banalisation qui est faite des espèce plus « accessible »

      Montrer la photo d’un moineaux est devenu presque source de moquerie sur certain forum.

      J’ai même vu sur CI des personne expliquant que photographier des mouette était trop facile et que c’était pas vraiment de la photo animalière.

      Ces mêmes personne qui quelques topic plus loin vont crier au scandale quand on leur parle d’affûts payants.

      Bref, il devrait surtout réviser leur façon de penser :mrgreen:

  5. Oud_s

    Je précise tout de suite que je ne fais pas de photo nature à l’affut.

    Payant ou pas payant ? Secondaire selon moi. Ton article fait plus ressortir le fait qu’il reste important que ce soient d’excellents connaisseurs des la faune et de la flore qui s’occupent de mettre en place un affut. En parfaite symbiose.

    Ensuite l’accès, l’accompagnement sont très importants vis à vis des newbies : on rentre dans un cadre éducatif/plaisir de la pratique de la photo à l’affut, avec des contraintes environnementales obligatoires à prendre en compte. C’est vraiment à mes yeux le point le plus important. Payant n’est alors plus un soucis loin de là.

    Des contradictions dans ces pratiques et choix ? Totalement humain ( je me déplace quasiment qu’en vélo mais j’adore les grosses cylindrées).

    Qui plus est quelqu’un qui se la jouerait à ce propos ne ferait pas long feu (1 ou 2 ans) dans ce petit milieu qu’est la photo naturaliste à notre époque.

    Amitiés

    • Je crois (comme à ton habitude) que tu résumes parfaitement les choses !

      En effet, c’est pas tant le fait qu’un affût soit payant qui doit être important, mais bien la qualité du service proposé (par rapport à la nature et à l’apprentissage du photographe, et non pas d’un côté luxe :D )

      Encore merci pour ta présence et tes commentaires toujours plein de bon sens !!! ;)

  6. steve54

    Je ne connais pas cette pratique, mais je trouve en cela une bonne façon d’accéder à la photo nature. Je pense, aussi, comme souligné plus haut, que l’accompagnement peut nous apprendre,afin de respecter ces occupants, les rites et les coutumes des habitants des étangs et forêts .
    Quant au fait que les pros dénigrent cette manière de procéder, nous pourrions aussi dénoncer les pièges lasers pour choper les oiseaux/insectes lors de leur passage, qui me semble monnaie courante et tendus par ces mêmes donneurs de leçons. Moi, je me limite à la beauté de l’image !!!!

    Merci d’avoir posté le 2’000e commentaires de ce blog !

    • Tu fais bien de militer pour la beauté de l’image, car si c’est fait dans le respect de la nature, c’est ce qu’il y a de plus important au final.

      En tout cas merci pour ton commentaire, qui, comme tu le vois est le 2’000e de ce blog ;)

  7. taz

    J’ai feuilleté (en fait avalé..) natur’images ce week end. Une chose m’a choqué dans le premier reportage : c’est le nourrissage… En effet, je trouve qu’on s’éloigne de la recherche de la nature. Le gardien nourrit les oiseaux sur un lieu afin de garantir son arrivée. Certes c’est dans la nature, il n’est pas certain que l’oiseau vienne mais quand même…. Dans ce cas, on se rapproche de la photo au zoo (de mon point de vue)
    je connais des lieux de nourrissage de sangliers et autres gibiers et je ne vois pas trop l’intérêt à aller faire de la photo à cet endroit (si ce n’est améliorer la technique pure…) d’un point de vue observation, intérêt nul…

    Mon regret vis-à-vis de la rédaction, cette fois, est qu’il ne présente pas vraiment d’avis sur les affuts payants, par exemple les couts, avantages, inconvénients, ce qu’en pense la rédaction, des grands photographes, etc.
    Ils présentent un reportage en affut payant comme un fait (tout en sachant le débat que cela va susciter) mais en expliquant rien… dommage

    • J’aurais aussi aimé un avis sur le sujet plutôt qu’une simple présentation du fait !

      Mais je pense qu’il est difficile pour la rédaction de donner leur avis sachant que le monde de la nature est divisé en deux sur ce phénomène.

      Du coup, prendre position de façon tranchée, c’est risquer de ce mettre à dos la moitié de ses lecteurs, et c’est pas tout à fait une bonne chose quand on lance un nouveau mag.

      Mais en acceptant de publier deux reportage fait en affût payant, il donne quelque part de façon détourné leur avis. ;)

  8. Arf je l’ai acheté, j’ai vu les reportages (et j’ai naturellement pensé à ce post) mais je n’arrive pas me mettre à la lecture… ca ne m’inspire pas ce second mag’. Autant le premier était une découverte sympa, autant celui (du peu que j’en ai lu) semble d’un superficiel…

    Bon la n’est pas la question (il faudrait que j’arrête de me plaindre moi :roll: )

    Le fait de nourrir l’oiseau pour assurer sa présence et faire payer ensuite les gens pour le photographié est pour moi du spectacle… ou est le plaisir de voir l’animal dans la nature? Pour moi on perd totalement le sens de « photo nature »…

    PS: étonnant comme cet article à passé un peu inaperçu, je m’attendais vraiment à un débat plus prononcé

    • J’avoue que je m’attendais aussi à un débat un peu plus marqué, d’autant que cette article a eu beaucoup de visites.

      Malheureusement, j’ai l’impression que les gens n’ont pas osé donner un avis tranché sur le sujet.

      Si on reste silencieux, on offusque personne, on reste « ami » avec tout le monde !

      Bref, merci de m’avoir donné ton avis, même s’il ne va pas dans le même sens que le mien ;)

  9. Oui… mais donner son avis ne veut pas dire ne plus aimer ceux de l’autre avis… (hein mon Darthounet :mrgreen: )
    Mais bon quand je comprendrais le genre humain c’est qu’on m’aura greffé un nouveau cerveau :razz:

    • Heureusement qu’on peut apprécier une personne sans forcément avoir le même avis sur tout.

      Malheureusement, certain, à vouloir trop plaire oublie ce petit détail !

      Personnellement, cela fait bien des années que j’ai renoncé à comprendre le genre humain :mrgreen:

  10. Salut !
    Je suis certain que tout le monde ne sera pas d’accord avec mon point de vue.
    Pour moi la photo est avant la vision qu’a le photographe d’un instant. Donc je privilégierais toujours l’artistique sur la fidélité au sujet. De même je post traite mes photos jusqu’à ce qu’elles ressemblent à ce que « voyais » à la prise de vue. Ca plait ou ca ne plait pas mais c’est ma conception.

    Dans cet esprit, bien sur, je ne vois pas l’importance du purisme par rapport à la qualité du produit fini. Et bien sur les arguments écologiques évoqués plus haut militent quand même en faveur de l’affut payant.
    B

    • Mais comme je l’ai dit juste avant, l’important n’est pas que les gens soient d’accords entre eux, heureusement, on a tous notre avis.

      L’important est de savoir affirmer ses choix, et je respecte tout les points de vues, pour autant qu’on ose entrer dans le débat.

      De plus, tu as une philosophie de la photo qui t’appartient, et c’est une bonne chose de le dire haut et fort, il faut savoir avancer dans ce domaine sans se préoccuper des préjugé !

  11. Fredo

    Ca m’amuse de voir Vincent Munier cité comme référence dans cet article sur les affûts payants …

    Il est devenu dur et pur, mais les photos qui ont rendues Vincent Munier célébre ont été réalisées en affût payant !

    Ses harfangs, qui en ont fait une star, sont des harfangs appelés par un appât lancé à la main, dans un affût payant canadien et toute la communauté le sait. Ca ne leur enlève rien, mais arrêtons de critiquer ceux qui ont, après, suivi son exemple !

    • Je ne comprends pas ce qui t’amuse, vu que ma phrase sur Vincent dit:

      D’autant, que tous ont com­mencé par être des débu­tants qui ont fait leurs appren­tis­sages petit à petit, même un Vincent Munier (un de mes pho­to­graphes pré­fé­rés) a été un débutant !

      Je souligne justement qu’il à été débutant et commencé en tant que tel.

      Si tu lis bien mon article, je ne critique pas l’usage des affût payant, donc, il n’est pas cité pour dire:

      – Ne le faites pas

      Au contraire!

      Mais peut-être que j’ai mal compris ton commentaire…un peu fatigué que je suis ces derniers jour :lol:

      • paumard jean-louis

        En affûts payants en Finlande j’ai pu en deux ans voir des combats accouplement fuite devant des goélands ours cerné par des loups et bloqué pendant plusieurs heures baignades Et ce n’est pas en me balladant avec un gros télé sous le bras que l’on peut voir un tel spectacle aimons la nature le reste est chicaneries

One Ping
  1. […] L’article de Darth sur les affûts payants, en partie à l’origine de celui que vous venez de lire […]

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓