Pourquoi le moyen format ?

We love MF

mf-illustration

Comme je me l’autorise de temps à autre, j’écris un billet en improvisant un peu, histoire d’aller sur des sujets moins calculés, plus personnels.

Samedi matin – au moment où j’écris ses lignes -, je me demandais quel sujet j’allais traiter et comme très souvent, c’est un phénomène déclencheur qui m’a fait écrire cet article, une remarque/question d’un membre d’un forum, qui m’a dit ça en commentant l’une de mes photos faite avec un moyen format:

Salut. Euh… J’ai voulu faire “achat en un clic” sur le lien de ton APN, mais ma banque m’a envoyé la police. Rage
Cela dit, l’appareil ne fait pas le photographe (pas uniquement, disons), et le prix peut bien approcher les 30 000 dollars, si on ne sait pas s’en servir… (et tu sais t’en servir, avec virtuosité !)
Blague à part, ça serait chouette que tu développes pour nous ton expérience avec ce moyen format de rêve. Que tu nous dises par exemple ce que dans cette photo tu n’aurais pu faire avec un autre appareil ? Et pourquoi pas, un lien vers un format moins compressé ?
Merci par avance !

KrisprollsForum Pose Partage

Comme il s’agit presque d’une invitation et que ce n’est pas la première fois qu’on me pose la question, mais pourquoi un tel appareil, pourquoi vouloir dépenser autant pour acheter un tel engin, je me suis dit que c’était le bon moment d’y répondre en me mettant dans la peau de la bonne personne.

Il est vrai que pour beaucoup c’est difficile à comprendre ce que peut apporter ce genre d’appareil photo.

Un Canon 1Dx ou un Nikon D4s sont souvent très chers pour pas mal de photographes amateurs, voire même pros.

Pourtant, il reste quelque part accessible, la somme est grande, mais pas totalement irréaliste et on comprend que l’on va payer pour une construction parfaite, un AF impressionnant, une gestion de la lumière aux petits oignons …etc, des éléments qui même s’ils nous paraissent chers trouvent une justification.

Avec le moyen format, c’est plus délicat. Le prix est au-delà de cher et les spécifications ne semblent pas si évidentes pour justifier un tel tarif, souvent, même quand on explique les faits, les personnes on peine à comprendre, le moyen format numérique ressemble un peu à un monde à part.

Je vais donc essayer d’éclaircir tout ça en partant du postulat très simple, que ferais-je en tant qu’amateur …

Si je devais choisir ?

myself-2p1

Pour comprendre mieux l’envers du décor, il faut savoir que parfois, même des pros ne comprennent pas l’intérêt du Moyen Format.

Un jour au bord du lac de Genève – ou Léman pour les puristes  :-P -,  j’étais avec mon Phase One IQ260 je prenais en photo un paysage qui me faisait de l’œil ( et qu’au final je n’ai jamais développé).

Un photographe avec un sourire  très sympathique s’approche de moi, au début il pense que mon appareil est une caméra, puis très vite il comprend son erreur et se rend compte – sans que je lui donne l’info -, qu’il s’agit en fait d’un boîtier moyen format.

La conversation commence simplement par un:  Alors, vous êtes pro?

Nous avons alors parlé un moment de notre métier de photographe, car lui aussi était pro, pro du mariage pour être précis. Cette personne était très aimable, joviale et avait clairement une passion pour l’image.

Quand nous sommes venus à parler matériel, il m’a dit qu’il comprenait que dans ma branche de la photo je sois obligé d’avoir un tel matériel, pour l’image, mais qu’il ne comprenait clairement pas l’utilité d’un tel appareil autrement, qu’à par le nombre de pixels il n’apportait pas grand-chose.

Ce n’était pas une remarque méchante, ni de la jalousie, mais bien un simple constat de sa part sans aucune arrière-pensée.

Il m’a alors posé une question en guise d’affirmation: Si vous n’étiez pas pro, vous n’achèteriez pas un tel appareil ?!

paysage-h5d-50c

Pour être franc, je ne m’étais jamais posé la question ainsi, j’ai la chance  – l’ÉNORME chance -, d’avoir un moyen format et en plus d’en tester régulièrement et de toutes sortes, sans compter qu’en parallèle j’ai d’autres appareils plus classiques, comme mon Canon EOS 1Dx ou mon Nikon D4s et avec pas mal d’optiques, qui vont bien avec.

Autant dire que du côté matériel je ne me pose pas souvent de questions, je sais à quel point j’ai de la chance, je sais que sans mon métier se serait très très … très largement plus difficile.

Pour être franc, je ne m’étais jamais mis dans la peau d’un amateur, qui serait obligé de faire un choix, sans penser à la rentabilité du matériel, mais juste le côté plaisir, passion.

La question est alors pertinente, est-ce que dans cette perspective je choisirais le MF ou un système reflex numérique classique?

Il faut savoir que pour le prix d’un moyen format avec une seule optique, on peut s’acheter plusieurs objectifs et un très bon boîtier 24*36.

Je suis fan de photo animalière, la logique voudrait que je me tourne vers un reflex, un objectif standard, genre 24-70mm f/2,8 et un long télé.

Sauf qu’à bien y réfléchir, même si la photo animalière est ma passion numéro un, elle ne constitue pas le 100% de ma pratique de la photo “loisir”, en réalité, je dirais même qu’elle ne représente que 20% de ma production “plaisir”.

Les raisons sont multiples, déjà si j’aime la photo animalière et que c’est mon sujet préféré, j’adore également photographier les gens, le portrait est quelque chose que j’aime vraiment, j’aime aussi énormément la photo de paysage, la macro, la photo d’objet … etc.

Finalement, avec un moyen format il n’y aurait que la photo animalière qui deviendrait particulièrement difficile – bien que pas impossible -, pour le reste, ce serait à portée d’objectif.

Alors, est-ce que je craquerais?

Avant de répondre, je vais essayer de façon non exhaustive de vous expliquer…

les avantages du système moyen format :

moi-hasselblad

Contrairement à ce que l’on peut penser, le premier avantage du moyen format n’est pas son nombre de pixels, qui serait un plus pour les impressions grand-format. Cela va bien entendu aider d’une certaine manière, mais ce n’est pas le plus important pour craquer pour ce système, car comme je l’ai expliqué dans mon article sur l’impression, contrairement à la croyance populaire, il ne faut pas forcément des dizaines de millions de pixels pour faire un tirage grand format.

Il faut donc chercher ailleurs les bénéfices du moyen format, qui vont nous faire craquer.

Le premier avantage du MF est difficilement quantifiable, il est même un peu subjectif – bien qu’induit par des éléments purement physiques -, c’est le rendu particulier qu’il offre.

En effet, il existe des dizaines de débats sur tout autant de forums quant à savoir si un rendu est vraiment spécifique à un appareil photo ou si c’est une simple impression basée sur une sorte d’effet placébo.

Comme c’est un élément du regard, difficile de trancher, pour ma part le rendu du moyen format existe bel et bien, il y a déjà un phénomène physique qui va influencer ce rendu, c’est la taille du capteur, qui va avoir une influence directe sur la profondeur de champ et, qui aura pour résultat d’offrir une PDC plus courte, comme je vous l’ai démontré sur mon article sur la profondeur de champ.

On peut dire que le rapport à angle de champ égal est d’environ 1,6 fois plus courte pour le moyen format.

Petit exemple avec un portrait de mon ami Yoyo réalisé à … f/14 !!!

yoyo-2

Si vous cliquez sur la photo ci-dessus, vous aurez droit à un crop de 30% (hé oui, seulement), qui vous fera comprendre la qualité des images produite par le moyen format cette PDC ultra courte – car là nous somme tout de même à f/14 et l’oreille commence déjà à être floue -, et cette transition si douce entre la zone nette et la zone floue.

Comme on peut aussi le voir sur le crop de son œil, le piqué est juste hallucinant, quelque chose de très spécifique au moyen format, je précise tout de même que le crop est tiré de la photo non traitée, donc, sans accentuation.

Ce piqué vient du fait que les photosites qui composent le capteur son très grand et que celui-ci n’a pas de filtre passe-bas, ajoutez à ça une optique de très haute qualité, et vous avez tous les détails d’une photo qui croustille.

La grande taille du capteur du moyen format – 3,125 fois plus grand qu’un capteur 24*36 -, n’est pas seulement utile à la qualité de la PDC et au piqué, elle permet également d’obtenir une dynamique plus importante.

1dx-vs-h5d50c

À gauche, une photo faite avec un moyen-format, à droite la même photo (ou presque) faite avec un reflex pro 24*36mm, on se rend alors compte que sans retouche spécifique le résultat avec le moyen format est bien meilleur, la dynamique est réellement plus grande.

Cette spécificité permet d’obtenir des photos, qui auraient été difficiles à produire avec un appareil plus traditionnel, moins apte à encaisser les grandes différences de luminosité.

Le moyen format a aussi pour avantage d’avoir une colorimétrie très juste, sans dominance de couleur notable.

Il ne faut pas penser que c’est une qualité utile que pour avoir une reproduction à l’exacte de ce que l’on voit, mais c’est bien un outil fort intéressant justement pour retravailler la colorimétrie en post production.

Si la colorimétrie de base est réellement juste, sans dominance, que les verts sont verts et que les bleus sont bleus, quand on va retravailler la couleur on aura moins de problèmes à faire un traitement très fin de l’image, même si on change drastiquement l’ambiance d’une photo:

ciuri-automn-avant-apres

Comme on peut le voir avec ce portrait de Ciuri, la transformation de la photo pour donner cette ambiance automnale a pu se faire de façon précise grâce à une colorimétrie de base de très bonne qualité.

On observe aussi sur cette image que la retouche a été bien plus loin que la simple correction de couleur, et bien c’est là que le nombre de pixels est cette fois un vrai avantage.

En effet, avec beaucoup de pixels, il est bien plus simple de faire des retouches de façon très précise.

Pour l’exemple, voici une photo d’une simple machine à café, elle a été prise avec un moyen format de 80 millions de pixels.

mf-retouche

Pour bien comprendre, je vais vous montrer le crop 100% de cette image, une petite zone choisie avec soin: Cliquez ICI

Maintenant, je vais la réduire comme s’il s’agissait d’une image réalisée avec un appareil photo de 24 millions de pixels, puis vous montrer le crop 100% de la même zone: Cliquez ICI

Comme vous pouvez le constater, la différence est assez flagrante et il sera clairement plus facile et précis de travailler une retouche sur un fichier de 80 millions de pixels, plutôt que sur un de 24 millions.

Imaginez une retouche beauté, le travail sera particulièrement propre.

La liste des qualités citée ici n’est pas exhaustive, mais nous dirons que c’est les points principaux avec encore, le confort d’un tel matériel, la qualité des optiques juste incroyable, la qualité de construction, le viseur magnifique, la qualité optique, la qualité des fichiers dans l’ensemble, le service après-vente…etc.

Je ne parle même pas des fichiers imprimés, le but de toute photo finalement, tellement cela semble évident.

Après avoir vu tous ces bons côtés, la question qui se pose est, mais …

Quels sont les défauts du moyen format ?

hasselblad

Un appareil parfait, ça n’existe pas!

Bien entendu, les moyens formats ne font pas exception et ils ont des défauts et certains sont un peu difficile à vivre.

Le premier, celui qui va freiner le plus de monde, c’est bien entendu le prix de l’engin.

Pour entrer dans le monde du moyen format, il faut compter minimum 15’000€ et les prix peuvent dépasser les 100’000€ pour un équipement complet. Ce qui est un terrible frein il faut l’admettre.

Les autres points “noirs” sont plus terre à terre et ne concernent pas le point de vue financier, qui a bien entendu toute son importance.

Il y a le poids, les moyens formats font un peu moins de 3kg en général, ce qui au bout d’un moment finit par peser sur les bras, surtout si on est à main levée. Au moins, l’avantage c’est qu’on fait du sport.

Le prochain point noir est l’autofocus, certains m’argueront qu’avec un tel viseur l’AF n’est pas indispensable, je répondrais que ça reste un confort et que sur un moyen format on est clairement au moyen âge.

Je pense qu’un simple 1’200D de Canon fait le point largement plus rapidement et tout aussi précisément que ces appareils, qui en plus sont très loin d’être silencieux!

La rafale est presque inexistante, ce qui est compréhensible au vu de la taille des fichiers, mais il ne faut pas vraiment compter sur plus de 1,5 images par seconde.

Si on fait un peu exception des derniers nés avec capteur CMOS, la montée en ISO n’est de loin pas le fort de ces boîtiers, bien que comme précisé juste avant, la nouvelle génération de capteur CMOS me fait mentir et offre une belle qualité jusqu’à 6’400 ISO, comme vous le verrez dans le prochain article qui est justement le test du Hasselblad H5D-50C.

Pour le moment, les moyens formats CMOS sont limités à 50 millions de pixel et ne sont pas de réels plein format 6X45, mais je pense que des capteurs plein format et de plus de 60 millions de pixels ne devraient pas tarder.

Le dernier gros point faible pour moi est l’autonomie, ces boîtiers sont gourmands en batterie et une demi-journée de shooting demande facilement deux accus, c’est d’autant plus vrai quand l’alimentation doit supporter le dos et le boîtier, comme chez Hasselblad.

On s’en sort un poil (de rien du tout) mieux chez PhaseOne, car il y a un accu pour le dos et un pour le boîtier, ce qui facilite un peu la vie.

Voilà dans les grandes lignes les points noirs du moyen format, il y en a bien sûr d’autres, mais ils restent moins important.

Alors, la question posée en début d’article reste ouverte …

Est-ce que je passerais en moyen format si j’étais amateur ?

Phase One IQ250 - 35mm - f/8 - 1/1'000s - 100ISO

J’ai mûrement réfléchi cette question, et la réponse vous semblera peut-être étrange, mais c’est OUI!

Je sais que ce serait bien plus difficile, que je ne pourrais pas avoir autant de matériel à budget égal, mais, au vu de ce que cela apporte, il est clair que j’envisagerais le moyen format, même si cela devait être mon seul système.

Les avantages prennent clairement le pas sur les inconvénients et, quand on a goûté au MF, que ce soit pour du portrait, du paysage, de la macro, du shooting d’objets…etc, il est vraiment difficile de revenir en arrière.

Je conçois que cela peut sembler étrange, voire même un peu exagéré, mais je pense qu’il faut essayer une fois ce genre de matériel pour comprendre pourquoi tous ceux qui ont travaillé au moyen format numérique ne pourront certainement pas passer à autre chose.

Dans tous les cas, j’espère que ce petit article un peu particulier vous aura fait plaisir.

Si vous avez des questions auxquelles je n’aurais pas répondu dans ce billet, n’hésitez pas, je me ferais un plaisir que de vous apporter les réponses.

Pour finir, quel que soit votre appareil, je vous dis bon courage et bonnes photos!

Un Tips pour pleins de superbes contre-parties

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

75 Comments
    • En ce qui concerne l’utilisation jouissive du moyen format vous avez raison à 100%, pour ma part je dispose d’un Hasselblad HD5 en 50 millions avec un capteur dont la taille du pixel fait 6 microns. Il est impensable de ne plus pouvoir s’en passer, sur un petit format on voit toute suite la différence, néanmoins il y a des réalités physiques qui font qu’un format 24×36 full frame sera un outil plus adapté pour réaliser un autre type de travail. Tout photographe fait une lecture a posteriori de son travail passé, sans être masochiste on dira toujours : “on aurait pu”, c’est normal, n’ayons pas peur des mots : on ne fait qu’exprimer “le sel de la vie”.
      En ce qui concerne la taille des capteurs en moyen format, il semblerait que la production devienne monopolistique, le CMOS prendrait la main de façon définitive, le CCD deviendrait un marché de niche compte tenu du coût de fabrication (capteur très grand). Le 200 millions de pixels se fait en CMOS avec un capteur dont la dimension s’est réduite, on peut s’autoriser à penser que la dimension du pixel fait moins de 3 microns. Plus le pixel est petit plus on risque de perdre en modelé, dans certains cas une résolution à finalité microscopique demeure l’essentiel : il s’agit de détecter un point de détail qu’on ne pourrait discerner à l’oeil nu ; ou alors d’adorer s’égarer dans un travail de post production : “à chacun sa promenade”.

  1. C’est bien gentil de faire un article comme celui ci mais maintenant que tu donnes envie d’essayer le MF (alors qu’avant ça ne m’avait pas effleuré l’esprit), quant est-ce que l’on peut faire une séance découverte en ta compagnie autour de lac LEMAN :tumbsup:

  2. nicolaos

    encore un très bel article qui fait rêver!!!! les résultat par l’image nous montre bien la qualité du rendu autant sur la réalisation direct que sur la post production!!!
    comme tu le dis le plus gros défaut c’est le prix et je ne connais pas beaucoup d’amateur qui pourrait se le permettre, un investissement si important nécessite je pense une rentabilité certaine monétaire donc quand même réservé a un public pro!!!!
    mais il est quand même très agréable de bon matin de rêver en lisant ce genre d’article!!! merci

  3. Effectivement ça donne envie! Ceci dit pour un amateur, il faudrait vraiment qu’il soit fortuné et passionné!!! Et sacrément maitriser la photographie pour que ce soit utile. C’est un peu comme de s’acheter une Lamborghini pour rouler en ville, juste après avoir passé le permis :-D Plaisant mais un peu ridicule aussi…

    Si parmi tes lecteurs, un amateur a franchi le pas, je serai curieux de voir quelques unes de ses photos!

    En plus avec le budget nécessaire, tu peux t’équiper avec tout le matos pro classisque chez Canon ou Nikon.

  4. Mumuom

    Très intéressant ton article.
    Par contre, 15 000 € pour un moyen format… Pentaxiste à mes heures perdues, je rappelle que Pentax (décrié dans bien des domaines) a sorti l’année dernière une nouvelle version de son Moyen format 645D ) 5000 € boitier nu et 6000 € avec une optique 55mm…

    Moi je dis ça, je ne dis rien hein :zooh:

    • C’est vrais !

      J’avoue avoir hâte de le tester pour pouvoir donner un avis sur cette engin.

      La fiche technique paraît intéressante, bien que certain point me laisse perplexe, comme le viseur à 98%

  5. Ben

    Ah… Le moyen format! Il est vrai que ça fait rêvé. Cependant, penses tu vraiment qu’un amateur, même très avertis, mettrais ce genre de prix et de temps dans un boitier ? J’imagine déjà la gueulante pour un peu qu’il/elle soit marié et claque le PEL dans un appareil photo.
    Pour avoir tester le MF numérique avec du phase one et du hasselblad dans un contexte pro, ça fait bizarre de revenir ensuite sur du FF qui nous paraissait si modelé et si jolie. Alors concrètement comment faire pour profiter des joies du MF sans pour autant se ruiner? J’ai ma petite solution!!
    Les boitier MF argentique sont vraiment des aubaines! Ils coutent une certaine somme pour de l’argentique d’occasion mais le rendu est vraiment hors du commun! honnêtement, le rendu de ce genre de photo profite de tout les avantages de ce format (Très faible profondeur de champ, piqué hors du commun, velouté général de l’image etc…)
    En tout cas merci pour l’article matinal :tumbsup:

  6. Bien sympa
    Il est clair que le prix est ce qui me freine de mon coté pour avoir un MF, c’est clairement une question de moyen.
    Dans ta photo comparative avec le 24×36, j’aurais rajouté la meme vue prise par un APS-C
    Je veux dire, à t’on entre un MF et un FF, la même impression de différence qu’entre un FF et un APSC?

  7. belnea

    Il ne faut pas oublié que les raws du MF sont traités dans capture one pro et que les profils icc fourni en input sont quand même bien plus pointus que ceux de lightroom/acr ou jpeg de sorti de boitier des canon et nikon dans ton image de comparaison.
    j’ai re-imprimé le port de Copenhague issu d’un raw de focus-num fait à l’IQ280. un poil de vibrance, un soupçon de netteté et…rien d’autre à faire, c’est magnifique. à chaque fois, les gens pensent que j’ai tiré çà sur une imprimante spéciale dernière génération alors que ce n’est qu’une simple epson en K3 même pas vivid.
    bon, y’a quand même 40 000 euro de matos rien que pour la prise de vue. :-P
    par contre, le pentax 645D ne commence pas à 15 000 euro mais 12 500 euro environ mais bon, çà reste une belle somme. :zooh:

  8. Un Mf c’est comme un bus/semi remorque

    1) En ville il faut de vraies compétences et une grosse expérience de la conduite.
    Un dos numérique ne pardonne aucune lumière moyenne. Essence de la photographie.

    2) Le coût de possession n’est pas anodin. L’infrastructure et la logistique sont primordiales.
    Essence de entrepreneuriat, la gestion des flux et des couts.

    3) Les plus gros acheteurs sont des loueurs. Les budgets les plus élevés sont eux, consacrés par des productions. Très peu d’amateurs ont les moyens d’être up-to-date. Même si ce sont eux que les fabricants prospectent en ce moment.

    4) Le coût fait l’objet d’un ratio rentabilité. Si ce ratio vos convient, on s’en fout que vous soyez pro ou amateur. Combien de cavaliers amateurs transportant plus de deux chevaux ont des camions porteurs ? Beaucoup, sans retour financier sur investissement.

    Un mf, c’est un élément d’un système à caractère utilitaire, conçu pour les très gros volumes. Dans un but de production.
    Mais l’utilisateur est libre de se le payer si il en a les moyens.

    L’analogie avec des outils de construction de tarif et de qualité “pro” est aussi valable.

  9. corto8

    en fait pour le MF soit on est un pro avec possibilités de rentabiliser , soit………………..on à un compte en suisse !!!!. :zooh: ok je sors…………….

  10. Michaël

    J’aime bien ce genre d’article…qui nous fait découvrir et rêver un tant soit peu. Je pense aussi que tu t’es fait plaisir en l’écrivant et je te remercie, une nouvelle fois encore, de partager ta passion de l’image avec tes lecteurs.

  11. Hier tu sors un article fort intéressant et le soir même une pub pour le chocolat met un scène, un bref instant, un photographe avec son appareil moyen format en train d’attendre la mariée qui se régale de chocolats. Si cela n’est pas le destin :nawak:

    Mise à part cela je trouve que le moyen format est utile aux personnes qui effectue des prises de vues bien spécifiques, dans un environnement ou les réglages et la prise de vue peuvent se faire dans le calme comme du portrait, des packshop, des paysages destinées aux offices de tourismes ou autre. Avec 1.5 images/seconde je vois mal les photographes de sport se balader avec ce genre d’appareil à la patinoire ou lors d’un meeting d’athlétisme où les personnes sont toujours en mouvements.

    Et ce n’est pas tout, avec 80mio de pixels il faut avoir un bête de course qui suit pour pouvoir retravailler les images et créer l’environnement voulu. Du coup cela augmentera aussi la facture finale :-P

    Par contre une question me vient à l’esprit, tu places quelle type de carte: SD – CF – un petit module wifi qui envoie dirctement sur une tablette?

    Et si un jour tu organises un essai au bord du lac LÉMAN et que les dates me le permettent je ne dirais pas non, il faut bien essayer ce genre d’objet une fois dans sa vie :tumbsup:

  12. Hello!!
    C’était très intéressant comme article! Bon moi je m’arrêterai au prix et je passerai mon chemin à vie. :momi:

    Mais par contre la retouche automnale… l’arrière plan est bizarre. Je trouve que ça se voit affreusement entre la droite et la gauche de la petite. Ah je suis très déçue par ta prestation!! :twisted:
    Mon oeil refuse d’y voir quelque chose de normal, ça le choque. :plok:

  13. très bon article comme d’hab… mais j’avoue que je ne suis pas convaincu… je trouve que l’investissement est trop lourd par rapport aux bénéfices, mais je me trompe peut être.
    Par exemple, est-ce que tu arriverais a quantifier le “saut technologique” ou le “saut artistique”, est-ce que passer d’un plein format au moyen format c’est comme de l’APS-c au plein format ? du compact a l’APS-C ? ou encore mieux ?

    • Saut technologique n’est pas le mot le plus adapté, saut qualitatif serait plus juste.

      Quand à le quantifié, c’est difficile à l’écris, il faudrait que je fasse exactement la même photo avec différent système pour faire la démonstration.

      Ce que je vais certainement faire un jour pour le fun.

  14. Zambaz

    Encore un bel article que j’ai eu plaisir a lire.
    Il est vrai que les avantages qu’offre ce genre d’engin, surpasse largement les inconveignents (ci on laisse de côté l’inconvénient du prix, bien sur). Déjà rien qu’au niveau de la dynamique et de la PDC, je craquerais.
    La lecture de ton article a soulevé une question à la quelle tu pourra me répondre à coup sur.
    Tu m’avais dis que ton Phase One était pourvu d’un obturateur central qui te permettait de ne pas avoir de limite de synchronisation avec ton flash. Est-ce un avantage propre à la marque ou est-ce une particularité des moyens-formats?

    • En fait pas tous …

      Par exemple, le Pentax 645Z (et le D aussi) on un obtu normal, et de fait il a une synchro à 1/125s.

      Le Hasselblad H5D n’a pas de limitation, car il a un obtu centrale … sauf que sa vitesse d’obturation maximum est de 1/800s …

      Il n’y a donc que le Phase One qui peut se permettre d’aller plus loin :tumbsup:

      • Cocagne

        les obtus centraux sont sur les optiques donc Pentax qui dispose aussi d’optiques centrales dans sa gamme propose les mêmes performances avec l”avantage de pouvoir hors cas particulier du flash declencher avec un rideau qui permet des durées d’expo plus courtes que les optiques à obtureur

    • Oui, dans l’abslu c’est vrai, mais il n’y a que quatre objectif qui ont un obturateur centreal:

      Pour le format 645:
      smc PENTAX 645 LS 75 mm F2.8
      smc PENTAX 645 LS 135 mm F4.0

      Ou via une bague d’adaptation optiques 67 -> 645
      smc PENTAX 6×7 LS 90mm f2.8
      smc PENTAX 67 LS 165mm f4

      C’est donc quand même restreint, alors que tous les objectif H de Hasselblad son a obturateur central, et tous les objectif Schneider pour PhaseOne le sont aussi.

      On va dire que Pentax est quand même mal lotis pour le coup :tumbsup:

  15. Il est presque dérangeant cet article, preuve qu’il atteint son but. C’est pas toujours très simple dans le domaine de la photo de s’y retrouver et l’on s’attache à quelques certitudes pour se raccrocher aux branches et ne pas sembler perdu. C’est toujours très appréciable de s’ouvrir l’esprit et d’aiguiser sa curiosité mais non, je vais en rester à mon plein format comme un phare dans la tempête. C’est aussi une logique financière qui dicte mes rêves. Dommage… Il n’empêche que j’ai apprécié cet article qui développe ma culture photographique et me permet de voir de belles choses et des gens passionnés. Merci et très chouette la déco Halloween:du site :tumbsup:

  16. Ludo

    Super l’article, je suis pro et j’aimerai investir dans un moyen format un jour, donc ton article tombe à pic…
    Une question:
    Y a til de l’obsolescence dans le milieu du MF ? Un hasseblad H1D d’il y a 8 ans est il encore à la hauteur aujourd’hui face à du FF genre D810 ?

    merci!

    • La question est pertinente.

      Dans l’absolue, le fait est là, la taille du capteur est d’une importance capitale, donc, 30 millions de pixels d’un MF ne sont pas vraiment comparable à 30 millions de pixels d’un D800E.

      Le MF aura clairement le dessus sur un point de vu rendu, qualité d’image, là ou le D800 va reprendre la main, c’est sur la montée en ISO.

      Avec un H1D, le problème qu’il va y avoir, c’est qu’à la valeur nominal il sera très bien, mais il ne vas vraiment pas supporter la moindre montée en ISO.

      Pourquoi visé un H1D?

      Il y a de belle occasion avec du matériel plus récent, tu peux trouver des
      HASSELBLAD H3D-31 pour moins de 3’000€

      Et même des PhaseOne 645DF + p45+ pour un peu plus de 10’000€ en neuf.

      Je pense qu’il y a moyen de s’équiper sans se ruiner.

  17. Avant tout merci pour cet article intéressant qui m’a appris plusieurs choses :tumbsup:

    Par contre, même après lecture, j’ai toujours du mal à comprendre ^^ Ok c’est bien qu’un plein format (suivant le domaine photographique) et heureusement, mais tout de même, c’est excessivement cher ! Pourquoi un appareil MF est-il si cher ? Mais pourquoi ?? :lol:

    Il faut avoir le budget, même si on est passionné par la photographie, il faut vraiment être à l’aise financièrement ! Il faut ne pas avoir besoin d’acheter une voiture, ne pas avoir d’enfant, ne pas avoir besoin d’acheter une maison… bref, je trouve que même pour le plus grand des passionnés il y a d’autre priorités/obligations avant de pouvoir investir dans un appareil aussi cher :plok:

    En tout cas, je trouve que ton article permet confirmer, selon moi, qu’il n’y a pas tant de différence que ça entre un APS-C et un FF (la différence est bien plus parlante entre APS-C et MF).

  18. Cocagne

    D’une part on peut fort bien en tant qu’amateur sans contraintes de production utiliser des moyens formats argentiques qui se bradent dans les annonces et dont certains modèles comme les Fuji/ Bessa sont encore en stock, d’autre part ce n’est pas nécessairement le cout d’acquisition qui bloque l’accès au MF mais la commodité de mise en œuvre.
    Il faut bien entendu accepter les contraintes de l’argentique mais si on recherche non pas à posséder un boitier comme les cow boys promenaient leur colt mais à obtenir un résultat photographique naturellement époustouflant alors les vieux argentiques font le job.
    Ces appareils ne sont pas plus difficiles à manipuler que les Pleins formats par contre entre deux prises ils font sentir leur présence. C’est d’ailleurs pour cela que Léica s’est démarquè en créant sa série S qui est une sorte de petit moyen format conçu pour la photo de reportage il est une étape obligée dans la réflexion avant les usines à gaz de Phase One de Pentax ou de Hasselblad
    Il m’arrive encore quoique rarement de mettre dans ma voiture mon sac de moyen format argentique (c’est un vieux Bronica) et je prend vraiment plaisir à l’utiliser même en reportage par contre ceux qui se plaignent du poids de leur plein format comprendront qu’ils passeraient la une limite physique car sinon tant que à faire il y a, encore meilleures, les chambres 4×5.
    De toutes manières même les moyens formats subissent aujourd’hui la loi du renouvellement des technologies et les capteurs de l’ancienne génération qu’ils soient pixelisés ou pas font triste mine devant les nouveaux à technologie CMOS pour se consoler Darth tu pourras te dire que tu n’as que le dos à changer ..

    La remarque sur les pixels du D800/810 est juste si on prend en compte les limites de performances qu’ont atteintes les meilleurs optiques de plein format en terme de pouvoir de séparation en fait ce sont les caractéristiques des optiques des moyens formats qui s’adaptent parfaitement avec les capteurs car leur capacité de séparation tout en étant parfois pas meilleurs que celles des optiques PF s’applique sur un support plus grand donc plus tolérant.
    Pour ma part j’avais à l’époque ou les MF argentique coutaient le prix d’une bonne moto choisi le format 645 en Bronica parce qu’il s’insérait sans choque parmi mes autres photos prises en 135 avec un PF argentique puis numérique car si on si on va par la certains considéraient que le 645 n’était pas du moyen format l’acceptant à peins pour du 6×6

  19. C’est vrai que le 645 n’est pas à proprement parlé un moyen format, mais il y a des imprécision depuis longtemps dans le monde de la photo.

    Quand on parle de plein format pour les appareil qui ont un capteur 24*36, c’est aussi un abus de langage, car certain capteur moyen format ne sont pas des plein format ….

    Il faut malheureusement un peu s’adapter on langage courant :lol:

  20. Bonjour et merci pour cet article qui répond à une partie des questions que je me pose.
    En passant de l’APS-C au FF, j’ai redécouvert la photo : ça a changé ma pratique de la macro et je me suis mis à m’appliquer davantage, mais en restant à mon très modeste niveau, des portraits plus travaillés, du paysage en prenant le temps de réfléchir un peu. Je suppose que de pouvoir tester un jour un MF ce serait pour moi un grand chamboulement… Le problème est là étant donné les tarifs ;) Je sais que certains pratiquent la macro en MF. D’un autre côté, n’ayant jusqu’alors pu voir que des images au format web, je me demande bien si la macro hors studio à sa place dans le monde du MF. Pour l’heure je n’ai aucune idée de la réponse.
    En tout cas merci. Je retourne à la lecture silencieuse (et en retard) de votre blog.

  21. J’aime les articles magiques qui me tombent sous les yeux au moment même où je me pose une question.
    Merci, c’est très clair, mais le problème c’est que je vais commencer à en rêver.

  22. Bonjour Darth,
    Depuis notre entrevue à Balexert je suis passé du D800e au M240, pas vraiment la même chose mais un bonheur retrouvé de pouvoir avoir mon appareil constamment avec moi.
    Bon mais venons en au sujet de ton article car oui le moyen format semble magique mais le ticket d’entrée est sérieux… as tu essayé le Leica S ?

  23. Ollie

    Bonjour Darth,
    Tout d’abord merci pour cet article fort sympathique. C’est en tombant un peu par hasard dessus que j’ai découvert le MF dont j’ignorais totalement l’existence jusque-là. Hein, un capteur MF est plus grand qu’un capteur Plein Format ?!? WTF ?!? C’est après moult recherches que j’ai compris qu’il s’agit juste de l’appellation argentique qui a été reprise pour le numérique. Oui, tu me diras que le résultat wikipédia est affiché juste avant ta page dans google et que tout ça y est expliqué dans les 4 1res lignes mais la tournure de la phrase rend la compréhension plus “compliquée”. Dommage que tu n’aies pas effectué un petit “rappel” concis en début d’article donc.
    Après avoir lu ton article et d’autres aussi, je comprends mieux pourquoi le MF est souvent décrié par des pros. Les critiques qui reviennent le + souvent sont :
    _ les prix indécents
    _ son aspect + ou moins repoussant
    _ son poids
    _ les limites d’utilisation sur le terrain
    _ son encombrement
    _ son autonomie
    _ une meilleure qualité d’image par rapport aux FF pros plus sujette à la perception de chacun qu’autre chose
    Bref, je veux bien que la perfection n’existe pas mais je suis désolé, quand on parle de plusieurs dizaines de milliers d’euros, je ne m’attends personnellement à rien d’autre que la perfection !

    • Mouais, tu reprends un peu les arguments sans trop réfléchir non plus :
      – Prix : ok car 30 000€ c’est cher pour le péquin moyen (y compris moi-même). Mais indécent par rapport aux FF et petit capteur. Dans l’absolu j’en sais rien, et toi non plus. Je ne connais pas le coût de production de ces boitier et les marges qu’ils se font dessus. Mais je pense que ce n’est pas pire que le canon 5D mark iii vendu comme des petits pains et qui se vend cher malgré tout.
      – Aspect plus ou moins repoussant. Tu choisis un appareil photo pour frimer ou pour faire de la photo ?
      Fin c’est possible d’avoir un reflex juste pour frimer et se toucher la nouille. Mais dans ce cas là on ne parle pas de photo. ;) (J’ai un forum de photo et j’ai monté une association photo. T’es le premier à me parler de l’esthétique de l’appareil…)
      Mais ça se voit que tu en a jamais pris en main. J’ai testé le H5D-50C une soirée. C’est super bien à prendre en main. Bien mieux que les reflex hauts de gamme (1Dx, 5D mark iii et j’en passe)
      – Poids : +1
      – Encombrement : C’est plus grand en effet.
      Pour ces deux derniers arguments (poids encombrement), c’est toujours relatif. Si tu bosse en studio, tu t’en branle un peu car tu pose l’appareil quand tu veux. Pour le reste, ça dépend toujours ce que tu fais. :)
      – Limites d’utilisation terrain : +1. Tu ne vas pas faire du reportage en mariage car il faut être réactif et que l’autofocus est trèèèèès lent. Mais pareil, chaque boitier est adapté à certaines situations. Tu ne prends pas un 5D mark ii pour faire de l’animalier. (Avec le iii c’est une autre histoire car l’autofocus est bien meilleur).
      – Autonomie : +1
      – Meilleure qualité d’image : Non ce n’est pas de l’effet placébo. Il y a une réelle différence de qualité entre un moyen format et un FF.
      Si tu veux mon avis, tu as vu pas mal de critique faites par des pros qui n’ont jamais touché un seul moyen format de leur vie et qui se permettent de critiquer.
      Je ne dit pas que c’est l’outil parfait. Mais chaque appareil photo correspond à certaines utilisations et pas dans d’autres. Chacun à ses avantages et ses inconvénients.
      Après demander un outil parfait selon une fourchette de prix, c’est complètement absurde. Peut être que THE appareil photo parfait coute 300 000€ à produire ?
      Enfin, je te suggère de trouver l’opportunité de tester un tel boitier. (avec quelqu’un qui t’explique un peu mais ce n’est pas compliqué non plus). Et récupère les fichiers. Et on en reparle. :)

  24. Merci pour cet article bien sympa.
    Ça confirme exactement ce que je pensais des MF. Tant en qualité qu’en défaut.

    J’ai eu l’occasion de tester le Hasselblad H5D-50C. Une belle bête.
    Je peux dire que je regrette de l’avoir tester. Depuis je n’ai qu’une envie, passer sur du moyen format !

    Le rendu, c’est un truc de malade, une dynamique de ouf. Avec un très beau rendu des couleurs.
    Top pour le retouche, (juste 2/3 défauts enlevés pour s’amuser. Tu as tellement de détail que c’est un vrai jeu d’enfant. ^^
    Par contre je ne me suis pas amusé à retoucher les couleurs, lumière et tout ça. Je dégradais l’image plus qu’autre chose !

    Maintenant quand je reprend mon 60D, petit capteur, je pleure :(
    Et je ne peux que passer au FF, avec un peu moins de 5000€, je ne suis pas du tout sur de pouvoir m’équiper de quelque chose, même en occasion. :/
    Et puis je pense pas que c’est adapté à ma future utilisation pro : mariage et photographe plateau ou je dois être plus réactif qu’autre chose.
    Par contre pour les portraits, je ne dis pas ! Ca peut aussi être un très bel argument de vente (la qualité d’image)

    Pour finir, je trouve que le gouffre est plus important entre le FF et MF qu’entre petit capteur et FF.

  25. FAUVERGUE

    Un article intéressant,

    je propose une alternative aux amateurs qui voudraient tester le moyen format à moindre coût : l’argentique. Beaucoup d’appareils professionnels sont disponibles sur le marché de l’occasion pour le prix d’un reflex numérique premier prix (mamiya RB67, C330, rolleiflex, pentax 6×7, hasselblad pour plus cher…..).

    Et le moyen format était disponible sur des appareils plus compacts et encore plus abordables sur le marché de l’occasion que les références que j’ai citées.

    Pour ceux qui veulent jouer la carte de l’originalité lomography propose des toycams à prix dérisoire….

    Quand on s’intéresse au moyen format c’est qu’on a déjà une certaine expérience en photo, et pour beaucoup, quand on est à ce niveau d’expérience on a envie de revenir aux fondements de la photo avec l’argentique, une belle opportunité de faire d’une pierre deux coups en prenant du plaisir à manipuler de beaux objets, du matériel professionnel et savourer les qualités du MF.

  26. Menelas

    Merci pour cet intéressant article. Juste une question, importante selon moi. Le Pentax 645 Z est le seul moyen format dont le prix est proche de celui des 24 x 36 professionnels, et donc “abordable” pour les amateurs que nous sommes. Mais, précisément, peut-on le considérer comme un véritable moyen format dans la mesure où son capteur est plus petit qu’un capteur 6 x 4,5 cm ? N’est-il pas plutôt une sorte de “moyen format APS-H”, au capteur d’une dimension intermédiaire entre le 24 x 36 plein format et le véritable moyen format à 30 000 euros et plus ? Dans l’affirmative, conseilleriez-vous tout de même son achat en considérant que les qualités du moyen format (notamment la plus faible profondeur de champ) sont réunies ? Je vous pose cette question parce que ce boîtier m’apparaît comme une première approche raisonnable du “moyen format”. De plus, l’ayant eu en mains, j’ai trouvé que son ergonomie était très agréable et qu’il était en définitive moins lourd que ses caractéristiques ne le laissaient supposer.

  27. Menelas

    Bonjour Darth,
    J’ai deux autres questions à vous poser à propos de votre article.
    1) Sur les photos comparées du pas de porte vitrée ouvrant sur un jardin, j’aimerais savoir quelles focales ont été utilisées Le rendu, en 24×36, d’un 35 mm est très différent de celui d’un 50 mm ou d’un 90 mm. Et le rendu d’un 90 mm est plus proche de celui du moyen format que le rendu du 35 mm. Pour comparer moyen format et 24 x 36, il faut prendre la même focale en équivalent (par exemple, en 24×36 on prendra un 50 mm et en 30×45, un 70 mm).
    2) Je ne comprends pas pourquoi la colorimétrie d’un capteur est plus neutre lorsque ce capteur fait 30 x 45 mm que lorsqu’il fait 24 x 36 mm. Il me semble que la plus ou moins grande neutralité des couleurs dépend du firmware de l’appareil bien plus que de la dimension du capteur.
    Merci par avance pour votre réponse.

  28. Daniel

    Bonjour
    Merci pour cet article.très intéressant.
    Simple amateur, je l’ai lu à titre de curiosité. Je n’envisage pas l’achat d’un moyen format (pas même d’un Pentax 645Z), et même un 24×36 me semble encore onéreux. Je n’ai actuellement que des APS-C ou plus petit format, et le plus cher d’entre eux m’a coûté 700 €. Le dernier est le Samsung Nx500, payé moins de 500 € avec son zoom de kit, et pesant ainsi moins de 400g et offrant de très bonnes couleurs.
    J’ai toutefois noté quelques points.
    – La plus faible profondeur de champ du Moyen format découle d’une loi physique. On peut aussi l’obtenir sur un plus petit capteur en augmentant l’ouverture… ou en cadrant plus serré.
    – Je trouve qu’au niveau dynamique, montée en iso, ou même couleurs, les capteurs modernes ont bien progressé.
    – Pour du paysage, des tableaux ou d’autres sujets non mobiles, si on ne dispose que d’un APN à plus petit capteur, on peut envisager le panorama. On aura ainsi une plus faible profondeur de champ et une meilleure définition.

  29. Je vais essayer de répondre point par point à ce que tu as noté:

    La plus faible profondeur de champ du Moyen format découle d’une loi physique. On peut aussi l’obtenir sur un plus petit capteur en augmentant l’ouverture… ou en cadrant plus serré.

    On ne peut pas aller contre la physique, ce que tu fais là, est une tentative d’adapter ton matériel, mais c’est impossible et ceci pour une raison simple, à angle de champs égale et à ouverture égale, un moyen format aura TOUJOURS un PDC plus courte. Si j’ouvre à 1,4 avec un objectif qui aura un angle de champs de 24mm, en APS-C, avec un objectif qui aura le même angle de champs, même ouvert à 1,4 je n’aurais pas la même PDC.

    – Je trouve qu’au niveau dynamique, montée en iso, ou même couleurs, les capteurs modernes ont bien progressé.

    Oui, c’est un fait, mais si les capteur progresse, il progresse dans toutes les taille, à ceci près, (encore une fois à cause de la physique), plus le capteur est grand, plus sa latitude à l’amélioration sera meilleur, donc, de fait et dans tous les cas, le MF restera devant, car il bénéficie des mêmes avancée mais avec une plus large marge de progression.

    – Pour du paysage, des tableaux ou d’autres sujets non mobiles, si on ne dispose que d’un APN à plus petit capteur, on peut envisager le panorama. On aura ainsi une plus faible profondeur de champ et une meilleure définition.

    Tout à fait, il y a toujours moyen de bricoler pour obtenir plus ou moins ce que l’on veut, mais cela ne change rien au fait, ça démontre juste qu’avec un peu d’astuce, on peut passer par-dessus certaine difficulté :tumbsup:

  30. Hugo

    Question stupide mais que je pose néanmoins… ^^
    Comme je viens de découvrir que le 1dx ou le 4s ne sont pas le summum de l’apn, je me demandais si il existe encore une gamme au dessus du moyen format ?
    Sinon super article ;)

  31. patrice

    C’est clair que rien que la dynamique de la photo de la porte-fenêtre ne peut que donner envie, le piqué de l’oeil est magnifique aussi.
    Je ne suis que débutant et avec un plein format, mais c’est vrai que beaucoup de limites sont présentes et que beaucoup de retouches sont nécessaires en aval.

  32. Duroselle

    Bonjour, je souhaite acquérir mon 1er appareil moyen format. Un ami me vend son Hasselblad H3D à 6000 euros avec un dos numérique de 50 mp. Me conseillez vous d’attendre et de prendre plutôt le H5D 40mp ? Lequel des 2 est le mieux d’après vous ? Je n’arrive pas trouver de vrai comparateur de moyen format numérique… Ce serait pour faire de la photo en studio et en extérieur mais posée…

    Merci d’avance

  33. bonjour,
    suite à la sortie très proche du nouveau moyen format de fuji film j’ai cherché à en apprendre plus sur ce type d’appareils et suis tombé sur votre article. vous dites que la PDC est plus courte, qu’en est-il pour la photo de paysage où on cherche à avoir une très grande profondeur de champ ? de même je fais surtout des photos de voyage (paysages donc) mais aussi en milieu urbain avec parfois des gens, des voitures ou autres sujets mobiles (ne serait-ce que la végétation ou de l’eau) : est-il facile de prendre ce genre de photos avec avec un moyen format ?
    Merci

  34. Thierry

    Merci beaucoup pour ton article, j’ai eu le plaisir d’essayer un MF (dos P25 sur un V), j’ai pris clairement mon pied. Ce n’est surement pas la technologie mais l’ensemble, le contexte, le concept “attentif” et j’ai retrouvé les sensations, les vibrations et l’oeil de mes 20 ans avec mon FM2 !

    Bref, tout ca à cause de ton article. Merci encore

One Ping
  1. […] Pourquoi le moyen format ? – Darth Blog […]

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓