Les étapes d’une photo

marc-7d-live-view

Quand on parle de photo, on parle souvent technique, matériel, cadrage et autres joyeusetés du genre.

Quand je fais des formations, je pose toujours une question simple à mes élèves : quelles sont selon vous les étapes de la création d’une photo.

Ce qui est amusant, c’est de voir que, le plus souvent, même certains experts réfléchissent ces étapes de façon un peu discutable.

Je ne dis pas que ma façon de « voir » est forcément la bonne et la seule mais par contre, je pense que si vous la suivez, vous pouvez être certains que les résultats seront à la hauteur de vos espérances.

Commençons tout de suite avec la …

Première étape :

making-off-studio

Quelle est la première chose que 99% de mes élèves font quand ils veulent prendre une photo ?

Et bien la réponse peut sembler logique, mais on verra si cette logique l’est vraiment …

Il porte leur œil au viseur!

Vous trouvez ça normal?

La scène est toujours la même, je dis à mon élève, photographie cet objet, cela peut être n’importe quoi, un arbre, une voiture, une maison … etc. Le geste est toujours le même, l’élève porte son appareil à l’oeil et commence à chercher son cadrage.

C’est là, la plus grande erreur qu’il aurait pu faire.

La première étape d’une photo, c’est de la penser, de la voir dans sa tête, de l’imaginer par le détail!

Si vous décidez de photographier un sujet, la première chose à faire c’est de l’observer, de regarder sa forme, ses couleurs, sa matière, son volume, comment la lumière réagit avec l’objet, d’où vient cette lumière.

De là, il faut chercher la meilleure façon de mettre l’objet en valeur, le meilleur angle, le meilleur cadrage, comment orienter ma photo, qu’est-ce qui devra entrer dans le champ, quel sera l’arrière-plan, l’avant plan, comment me positionner …etc.

À ce stade, on n’a toujours pas porté l’œil au viseur et on n’a pourtant pas fini!

C’est maintenant que notre réflexion va évoluer, on sait comment la lumière réagit avec l’objet, on sait comment ce qui entoure l’objet a une influence sur le cadrage qu’on vient de déterminer, il nous faut penser aux rendus esthétiques, comment sera visuellement cette photo.

Courte profondeur de champ ou au contraire profondeur étendue, comment va-t-on faire ressortir la lumière, en couleur, en noir et blanc, contrastée, douce, une expo au poil ou un peu surex ou au contraire un peu sombre …etc., comment sera la photo au final ?!

Le mot là, est bien choisi, l’idée que l’on doit avoir, l’image qui doit être dans notre tête, c’est la photo finale!

La photo que l’on va montrer, celle que l’on va présenter, la photo finie doit déjà être très claire dans notre esprit à ce moment-là, elle doit se dessiner avec le plus de détails possibles, avant même de porter l’œil au viseur de votre appareil!

C’est indispensable, car c’est le rendu final de cette photo, l’idée que vous en avez, qui va déterminer toutes les autres étapes.

Deuxième étape :

shooting-sous-la-pluie

La deuxième étape consiste à appliquer, en terme de réglages, les idées que l’on a pour être au plus proche du rendu désiré.

Le plus gros d’une photo se fait à la prise de vue, non pas pour jouer les puristes mais du simple fait que, plus on s’approche du rendu recherché à la prise de vue, moins on devra travailler en post-traitement pour obtenir ce que l’on veut.

Il n’est toujours pas temps de porter l’appareil à nos yeux, pour le moment, on doit penser aux réglages.

Où me placer pour cadrer idéalement, comment régler mon appareil pour avoir ce rendu spécifique, quelle ouverture, quel mode, quelle valeur ISO, correction d’expo … etc.

Cette étape sera plus ou moins rapide si on a l’habitude, si on est moins à l’aise, cela demandera un peu plus de travail.

Prise de vue :

darth-work

Certainement la plus facile et la plus rapide de toutes les étapes!

Si on a bien travaillé en amont, on colle notre œil au viseur, on déclenche et c’est fini …

Bien sûr, ce n’est pas toujours aussi simple et il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour peaufiner les réglages de l’étape deux, si on a le temps de le faire, cela va sans dire.

Mais dans l’absolu, la prise de vue n’est clairement pas le plus difficile.

Quatrième étape :

eizo2

La dernière étape indispensable, même si une vision erronée de la photo laisse à penser que les « vrais photographes » devraient s’en passer, je veux bien sûr parler du post-traitement, le développement de l’image.

C’est avec cette étape que l’on va concrétiser son image, c’est cette étape qui va permettre de finaliser notre photo pour qu’elle se rapproche le plus possible de ce qu’on avait imaginé, de cette représentation que l’on s’est faite de ce qu’on voulait à l’étape une.

Pour démystifier un peu la partie retouche, qui est trop souvent perçue comme une sorte de « tricherie », je vais vous inviter à lire un article, si ce n’est pas déjà fait: La retouche c’est quoi?

C’est donc une étape primordiale dans la conception de votre photo et c’est surtout une étape sur laquelle on ne peut pas passer, comme certains le suggèrent un peu trop simplement pour ne pas dire naïvement.

Tout n’est pas si simple …

mirage-650

Comme vous avez certainement dû le remarquer avec la différence de taille pour chaque chapitre, l’étape numéro un est de loin la plus importante.

On peut la résumer à savoir exactement ce que l’on veut avant même de prendre sa photo, à savoir à quoi ressemblera son image et quel en sera le résultat final, avant même de commencer à penser comment prendre cette photo.

Je sais que cette vision des choses n’est pas si simple et je suis sûr que, durant cette lecture, beaucoup se sont dit que dans certains cas, on n’a « pas le temps » de faire et d’agir ainsi, certaines photos demandant une réactivité bien plus rapide.

Comme je l’avais écrit dans un article de 2011 très proche de celui-ci, réfléchir à sa photo, même pour des sujets « surprise » ultra rapides, vous donnera bien plus de chances de réussir votre image que de la photographier au petit bonheur la chance: Festina Lente

Il ne faut pas oublier qu’une merveilleuse photo sans réflexion peut survenir, c’est un fait, mais c’est aussi un coup de chance!

Une photo, plus elle est pensée, plus elle est préparée, plus elle sera réussie.

On peut improviser une photo, la photo de rue, la photo d’animaux, la photo … etc, sont des photos, qui s’improvisent sur le moment, mais cela ne veut pas dire que ce ne sont pas des photos réfléchies.

Improviser ne veut pas dire y aller sans réflexion, cela veut juste dire qu’on a un tout petit peu moins de temps pour la réflexion.

Le concept est simple:

On imagine sa photo, on règle son appareil pour s’approcher le plus de son idée, on prend la photo, on développe la photo pour obtenir ce qu’on voulait.

Conclusion:

helico-hug

Comment je l’ai dit en introduction, je ne vais pas avoir la prétention d’affirmer que ma façon de voir les choses est sans conteste la meilleure et la seule à suivre, par contre, je peux affirmer qu’elle est partagée par bon nombre de grands noms de la photo.

Je peux aussi affirmer que sauf exception, la plus grande majorité des photos qui vous font vibrer sont le résultat d’une réflexion, d’une idée poussée jusqu’à son aboutissement.

Il faut surtout garder à l’esprit que, même s’il y a peu d’étapes entre la photo que vous avez imaginée et le résultat final, celle-ci ne sera jamais exactement ce que vous aviez prévu.

Ce n’est pas un drame, cette part d’imprévisibilité fait aussi le charme d’une image, mais cela veut aussi dire que plus on est précis sur ce que l’on veut, plus l’image sera proche de notre idée de base, plus on aura un résultat qui saura nous satisfaire.

Car dans le fond, votre premier public, c’est vous … et vous, vous ne pouvez pas vous mentir, si votre photo est réussie ou non, vous le savez, alors, autant vous faire plaisir!

Bon courage et bonnes photos

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

23 Comments
    • Tu l’as déjà publié, je l’ai pas vu ?

      Mais c’est pas la première fois que ça nous arrive d’ailleurs, mais c’est vrai que ça faisait longtemps qu’on était pas synchro ^^

      Comme d’hab, on met le lien de l’article de l’autre pour avoir le point de vu différent :tumbsup: 8)

  1. Tsss… tu compliques toujours tout quand meme hein:

    Etape 1: Tu prends une photo n’importe comment, les reglages on s’en fout, c’est pour les beauf’s.
    Etape 2: Tu ne la developpes surtout pas et retouche encore moins! Ca c’est le mal!
    Etape 3, la plus importante: tu precises au-dessus et en-dessous de ta photo « C’est de l’art, public ignare, vous pouvez pas comprendre! »
    Et voilà comme on reussit de vraies photos!

    Etape 4: si on me cherche, je suis loin, mais loin, mais loin loin loin… :zooh: :zooh: :zooh:

    :nawak: :lol: :-P ;) :lol: :-P

  2. Paul

    Je dirais plutôt :

    étape 1: tu prend une photo mal cadrée, mais symptomatique de notre époque (bouche cul de poulpe inside)
    étape 2 : tu mets un filtre
    étape 3 : tu compte les like
    étape 4 : tu sors de chez Darth, tu change de pseudo, de vie, d’ami, de résidence et de chien
    :zooh:
    ou alors tu écoute les pro….

    Cela dis je me souviens d’un conseil : attendez vous à ennuyer votre entourage si vous voulez faire de la photo. A force d’attendre que l’on prenne des photos, ils finissent par se lasser.

    très bon article au demeurant, cela fait plaisir de te lire à nouveau :ll:

  3. Comme beaucoup trop de monde je n’applique que trop peu ces étapes que pourtant je recommande aux autres :lol:
    Je suis donc tout a fait d’accord avec Denis euh, non, toi Darth ^^

    Merci pour cet article :tumbsup:

  4. Arvernhà

    Nonobstant l’article très intéressant (comme d’hab !), c’est surtout ton retour à l’écriture qui fait plaisir.
    ;)

  5. Très bon article bonne d’hab darth! Je me souviens que les photographes culinaire utilisent le papier est le crayon avant d’appuyé sur le déclencheur…. comme quoi!

  6. Réflexions intéressantes et assez juste sur le temps de la réflexion nécessaire avant une prise de vue « réfléchie »
    Néanmoins, en ce qui me concerne, je porte l’appareil à l’œil bien avant la prise de vue parce que j’aime bien voir le cadre et tourner autour du sujet avec l’appareil et une focale donnée bien que je déclenche rarement à ce stade.
    Quand je travaillais à la chambre, beaucoup plus rarement maintenant, j’avais un viseur multi focale qui me permettais de choisir mon cadre et la focale en fonction du sujet photographié.

  7. Ah j’aime bien ton cheminement mais je pêche complètement à l’étape 2 en général.
    A part une idée de la profondeur de champ, mais sincèrement je n’ai pas de grande certitude sur le rendu avant de le voir sur mon écran arrière.. et ce n’est pas le testeur de profondeur de champ qui m’est d’une grande utilité… Sur mon 50D, je trouve ça tellement sombre que je ne retrouve pas la zone de netteté de ma photo ainsi. L’écran arrière me donne une meilleure idée de l’image.

    Sans compter que je n’arrive pas à anticiper le cadrage des différentes focales. Sans parler de l’élément que je vais rater dans mon arrière plan et que je verrai au mieux sur mon écran arrière, au pire sur mon écran d’ordinateur et là c’est un peu tard…

    Je suis convaincue que ton approche peut aider à s’améliorer mais j’ai le sentiment de ne pas avoir le niveau pour l’étape 2 ! :lol:
    Bilan, je bouge autour de mon sujet pour trouver un point de vue, j’ai dans les grandes lignes l’idée générale de ma photo… et les 3/4 du temps quand je mets l’oeil derrière mon viseur, je trouve le cadrage totalement nul! Je dois donc recommencer à l’étape 1 et je mixe un peu avec l’étape 3 jusqu’à trouver un compromis qui me plaît sur le moment.
    :mrgreen:

    C’est compliqué des fois de faire une photo. :dead:

  8. Arf quand je pense que pour tirer mes images je ne suis absolument pas ton raisonnement

    Étape 1: Grimper au sommet de la montagne le plus vite possible et le plus tôt possible pour avoir une belle lumière
    Étape 2: Reprendre son souffle durant la belle lumière car je suis incapable de réfléchir autrement
    Étape 3: Prendre des photos et remarquer que la belle lumière s’est fait la malle pendant que je reprenais mon souffle
    Étape 4: Juré haut et fort que cette fois sera la dernière
    Étape 6: suivre depuis l’étape 1 :nawak:

    Bref j’ai encore beaucoup de boulot :tumbsup:

    • La prochaine fois, prévois de dormir en haut de la montagne, comme ça tu seras en forme pour profiter de la belle lumière le lendemain matin. (bon OK côté logistique ça change pas mal de choses…) ;)

      Pour ma part c’est impossible la belle montagne la plus proche est à des centaines de km en voiture. :cry:

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓