[Pré-Test] Nikon D850

Je ne fais pas très souvent des prétests quand un appareil sort, en règle générale, je le fais pour des appareils d’exception.

La raison est simple, je n’aime pas parler d’un appareil dont je n’ai eu en main qu’un exemplaire de présérie, je préfère largement tester un exemple définitif pris au hasard au bout de la chaine de montage, pour donner un avis objectif sur un appareil, sans être bridé par les restrictions qu’impose un boitier pas encore définitif.

Si aujourd’hui je fais une nouvelle fois exception, c’est que le Nikon D850 fait fort, très très fort!

Caractéristiques techniques et ergonomie :

Nikon nous présente un appareil avec une fiche technique plutôt impressionnante et c’est d’ailleurs celle-ci même qui fait tant parler de lui.

C’est n’est pas tant les 45,4 millions de pixels, qui sont étonnants, finalement face au Canon 5Ds (R) ou le Sony A7R II, on dira que c’est une évolution assez attendue, presque normale.

C’est plus ce qui va avec cette montée en pixels, qui motive les nombreux commentaires que l’on voit.

Déjà, il faut savoir que c’est le premier capteur 24*36 sur un  Nikon à être rétroéclairé, sans entrer dans les détails, l’avantage est une meilleure gestion du bruit et une gestion plus efficace du signal, nous verrons dans la qualité d’image ce qu’il en ressort.

L’exploit se trouve également dans sa capacité à être véloce malgré ses 45 millions de pixels, en effet, de base il enchaine sans problème 7 images par seconde et si on lui adjoint le grip vertical on passe à 9 images seconde, le tout en pleine résolution, ce qui laisse vraiment rêveur.

Comme en prime il hérite du module AF de son grand-frère le  Nikon D5, (voir le test ICI) autant dire que lorsqu’il va accrocher sa cible, il ne va plus la lâcher !

Ce qui est génial, c’est que du coup, le  Nikon D850 est aussi à son aise en studio avec une définition suffisante, qu’en photo d’action avec un AF et une cadence de tir à la hauteur de ce qu’on peut attendre d’un appareil taillé pour le sport ou la photo nature.

Avec une plage ISO annoncée de 64 à 25’600 ISO avec position étendue de 32 à 102’400, sa montée en ISO est dans une plage attendue et permettra de couvrir la plupart des situations.

Question ergonomie, on voit disparaitre le flash pop-up, pour laisser place à une superbe viseuse comme on en a rarement vu, vraiment magnifique (après, ne venez pas me parler de viseurs électroniques, quand on a mis son oeil dans ce viseur, on a plus envie de parler de viseurs électroniques).

Nikon a aussi mis un écran orientable et tactile, par contre, les menus sont toujours aussi mal organiser, on va faire semble de ne pas le voir tant le reste est bien.

Ils ont également prévu quelques petites choses bien sympas, comme un obturateur électronique pour un déclenchement parfaitement silencieux, la possibilité de faire un focus stacking auto à l’instar du PhaseOne XF et d’autres petites choses comme la connexion WiFi …etc.

Même la partie vidéo est juste impressionnante, images capturées sur la totalité du capteur en 4K (UHD), on peut enregistrer en 4.2.2, pas de log mais une version flat pour un étalonnage facilité.

Qualité d’images :

Je ne vais pas entrer dans les détails, car comme expliqué en introduction, n’ayant pas eu un exemplaire définitif de l’appareil, il est difficile pour moi de donner un avis objectif et surtout concluant de ce point précis.

Ce que je peux dire, c’est que la montée en ISO semble très bonne, en fait, je ne la trouve pas meilleure que celle de son prédécesseur le Nikon D810 tout comme la dynamique que je trouve très bonne, mais qui ne me semble pas non plus au-dessus du D850.

Je sais que certains sites ont annoncé un gain de 2IL par rapport à son petit frère, je ne doute pas de leur conclusion, mais pour le moment du moins, ce n’est pas mon constat, pour autant, ce constat pourra évoluer avec un exemplaire de série, donc, ne sautons pas aux conclusions

Dans le cas où mon ressenti serait vrai, si vous trouvez ça décevant, il faut pondérer mon propos et ceci pour deux raisons.

La première est simple, maintenir un tel niveau avec presque 10 millions de pixels en plus, ce n’est pas rien et la deuxième chose à prendre en compte, celle, qui fait que je ne vais pas en dire beaucoup plus, c’est encore une fois que je n’ai pas pu tester une version définitive, qui peut changer bien des choses.

Conclusion :

Je m’amusais l’autre jour en disant que vu les difficultés financières de Nikon, ils nous ont peut-être offert leur chant du cygne avec un des plus beaux appareils qu’ils n’ont jamais présenté.

En effet, que demandé de plus, un appareil aussi à son aise en studio qu’en photo d’action, qui permet de filmer de façon très qualitative, qui offre des performances vidéo que l’on attendait plus chez Nikon, on peut dire qu’ils ont su écouter leur client.

Bien sûr, on aurait aimé un AF par détection de phase sur le capteur, pour une plus grande performance en liveview ou encore une fois l’AF est plus un nom qu’une aide ou encore une refonte des menus, histoire de leur donner une cohérence et pas ce bordel que personne ne comprend sauf les fans de la marque.

Dans l’absolu, et je suis certain que mon test terrain le confirmera, on a affaire à des gros gros poids lourds de la photo en 2017, un appareil, qui je l’espère, fera réagir la concurrence.

Bon courage et bonnes photos

Pour du contenu supplémentaire et exclusif ➡

À propos de l'auteur:

Il est beau, fort et musclé... Enfin, s'il n'est pas tout ça, il est passionné de photo, passion qu'il essaye de vous transmettre du mieux qu'il peut!

15 Comments
  1. “ils nous ont peut-être offert leur chant du cygne avec un des plus beaux appareils qu’ils n’ont jamais présenté.” Mais complètement, tout le savoir faire de Nikon semble bien être dans le D850 … Excellent pré-test mon grand, encore et encore …

  2. JDP

    «… un des plus beaux appareils qu’ils n’ont jamais présenté.»
    JAMAIS dans cette tournure signifie UNE FOIS, donc il n’y a pas de N’, qui signifie qu’il n’y a pas eu de présentation.

    On met S à «présentés», parce qu’ils n’en ont pas présenté qu’un. Donc: «… un des plus beaux appareils qu’ils ont jamais présentés.» (Ou «aient jamais».)

    Ce N’ en trop, on pourrait le glisser avant le A dans : «on a plus envie de parler de viseurs électroniques», parce que cette orthographe signifie que l’on a davantage envie de parler de viseurs électroniques…

    De même, pour un autre pluriel, « écouter leur client», j’espère qu’ils en ont écouté plus d’un.

    C’est quand même dommage de ne pas voir quelques photos originales par Darth du D850 dans ce «pré-test»… Allez, bon vent et bonnes photos

  3. Alex

    Salut Darth,

    Je ne vais pas faire de corrections orthographiques mais dire qu’il est bon de préciser que les 9ips nécessitent le grip ET la batterie EN-EL18, le déclenchement silencieux ne concerne que le liveview et ENFIN on a le focus peaking (pour la vidéo ou certains anciens objectifs manuels Nikon, c’est une aide appréciable qui devrait à mon sens être disponible sur les reflex depuis longtemps).
    Pour les menus, déjà quand on est habitué chez Nikon on s’y retrouve assez vite mais surtout quand on achète un appareil aussi personnalisable et bourré de raccourcis on prendra du temps pour paramétrer le menu les 1ers jours puis on n’y mettra plus souvent les pieds ;) .

  4. anthony

    j’en est tester un ce matin, c’est une bombe !!!!!!!!!!!!!!! il m’en faut un. Un conseil “ne le test pas!!”.
    si tu est comme moi, j’ai tester, maintenant j’en veux !!!! je suis prêt a vendre le D810 pour commencer a le financer

  5. Pierre Blattner

    Yes il fait envie. D’abord il faudra économiser et surtout attendre pour laisser passer les maladies d’enfance!

  6. Bruno T

    Bonjour,
    une grande relecture pour retirer toutes fautes serait pas mal…
    Concernant le viseur revu et amélioré avec coef 0.75 et dire qu’il ne faut plus parler après cela de viseur électronique, il y a de quoi être surpris.
    Il suffit de mettre un oeil au viseur d’un A7RII et son 0.78x pour mettre ce constat en doute.
    C’est oublier que le viseur d’un réflex et les performances de l’AF s’écroulent à faible luminosité, viseur inexploitable à 22h un soir d’été sauf à estimer le meilleur contraste obtenu en tout manuel et prier (macro et proxi).
    Avec l’A7rII, pour comparer de gamme à gamme, la visée est ultra spacieuse, sans parler de la couverture AF qui n’a rien à voir avec les modules réflex de haute de gamme…
    Concernant la couverture AF du D850 rien ne change et il est amusant de lire que l’AF est à 153 points (D5 et D500), argument commercial repris en boucle alors que seulement 55 point sont sélectionnables pour une couverture (presque) identique. pas de quoi être en extase…
    Autre point important, il faut espérer que Nikon a revu son protocole de calage AF parce que ce n’était pas une réussite avec la série D800 et 810 et ça risque de faire désordre encore une fois.
    A part cela, Le D850 est une évolution intéressante par rapport à mon D800 mais pas une révolution avec un mode LV qui sera encore à la traine, inexploitable pour de l’action et une obturation électronique juste bonne pour exploiter de la nature morte sans visée optimisée.
    Au final le D800 passé au banc de calage AF ne sera pas remplacé pour avoir maintenant un piqué exemplaire, bien plus qu’un 36Mpx sans filtre passe bas non optimisé. (merci Nikon…)
    Si , peut être avec D900 si il y a une rupture, une révolution sauf si un Sony ou Pentax moyen format ne sera pas venu le seconder pendant ce temps.

    • teiki arii

      “Concernant le viseur revu et amélioré avec coef 0.75 et dire qu’il ne faut plus parler après cela de viseur électronique, il y a de quoi être surpris.
      Il suffit de mettre un oeil au viseur d’un A7RII et son 0.78x pour mettre ce constat en doute.”
      Oui, sans doute. Cependant, le viseur du A7RII est une réelle catastrophe comparé à celui du Leica SL que je considère le seul abouti à ce jour. Enfin, personne ne parle un seul instant des ravages occasionnés par ces viseurs EVF sur la rétine à moyen terme… À suivre..

  7. Je ne vais pas évoquer le tests, seulement la principal accroche marketing : les 45 millions de pixels.
    Ces dernières années, j’ai utilisé un D300, un D700 (beaucoup aimé le 700 !!) et un D800, avant d’acquérir récemment un D4 d’occasion avec ses 15 ou 16 millions de pixels.
    Je savais bien que le D850 allait sortir, mais j’avais reculé avant même qu’il sorte. Pourquoi ? Parce que je me demande quel est le véritable intérêt photographique de cette course aux millions de pixels. Il faudrait, en même temps, acquérir des objectifs adaptés et, peut-être surtout, un ordinateur de course pour pouvoir avaler les images et les traiter. Pour l’heure, avec le D800 de 35 millions, une image combinée jpeg/NEF atteint voire dépasse les 100 Mo, avant même un traitement sérieux. Alors, avec le D850, on risque de frôler les 150 Mo ? Ca va être chouette, je n’en doute pas, mais qu’est ce qu’on va en faire, de tous ces Mo ? Sauf dans quelques cas très très particuliers.

    • Alex

      Bonjour imre,

      En l’occurrence, l’argument “marketing” du nombre de pixels était déjà applicable du temps du D700, combien à l’époque pensaient avoir besoin de 12MP? Sur un forum, j’ai vu il y a 2/3 jours quelqu’un comparer les tailles de tirage équivalents à une visualisation sur écran FHD et UHD pour comparer D700 et D850, sauf qu’il omettait totalement de dire qu’à l’époque du D700 les écrans HD étaient récents et les UHD simplement inexistants. L’argument des 46MP du D850 s’accompagne d’ailleurs d’un argument encore plus mis en avant, la possibilité de choisir des “vrais” raw de résolution inférieure de 26 et 12MP, donc potentiellement d’utiliser ce D850 pour qu’il sorte des raw de taille de ceux du D700 ou du D750.
      Les boitiers continueront à évoluer en pixels tant que les périphériques de visualisation le feront, rendez-vous compte que ds écrans 8K existent déjà (soit un total de + de 32MP!). Est-ce utile d’avoir de la 8K sur un écran de 1.5m de diagonale en étant assis à 5m? Non. Est-ce utile d’avoir de la FHD sur un smartphone? Non plus, pourtant en trouver un qui a une définition inférieure aujourd’hui est de plus en plus rare.

      • teiki arii

        Il apparaît que le nombre de Mp soit corrélé avec la gamme de tonalités et l’échelle de gris… Être passé d’un boîtier de 20Mp (Canon EOS 6D MKI) à un boîtier de 36Mp (Pentax K-1) n’a pas fait de moi un meilleur photographe. Cependant, la qualité du processus de traitement des ombres avec le K-1, sa gamme de tonalités, sa réduction du flou de bougé intégrée au boîtier (SR/IBIS), sa gestion du bruit, m’ont permis d’aller plus loin et dans les prises de vue (1/8s sans flou de bougé par exemple) et dans le traitement des fichiers RAW.
        Il en va probablement de même avec le D850. J’attends avec impatience les tests finaux du D850. Là où Canon a fait un flop avec son EOS 6D MKII, il semble que Nikon n’ait fait aucun compromis… À suivre.

  8. Merci Darth,

    J’attends avec impatience la suite de ton test, car j’ai le D800 et par rapport au D500 AF est :cry: . Heureusement, que l’on pourra choisir plusieurs format de RAW comme Canon ;) car 45 millions pixel c’est OUF :arrow:

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire

;) :zooh: :twisted: :tumbsup: :roll: :plok: :ouch: :oops: :oops2: :nawak: :nange: :mrgreen: :momi: :mmmh: :lol: :ll: :l: :houla: :hihi: :grrr: :gne: :evil: :dead: :cry: :arrow: :D :-x :-o :-P :-? :) :( :$$: 8-O 8)

↓